J’entrerai dans ton silence d’après les textes de Hugo Horiot et Françoise Lefèvre

Vu au théâtre du Balcon le 12 octobre 2021

Photo (c)GilbertScotti

Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

L’autisme reste encore aujourd’hui une affection mystérieuse, d’autant plus mal traitée par notre société qu’elle fait peur, justement parce qu’elle est mal connue du grand public et que les spécialistes peinent à s’accorder sur les solutions médicales ou psychologiques à mettre en œuvre pour y apporter si ce n’est un remède du moins une prise en charge adaptée à la fois pour le patient et pour ses proches. L’objet de ce spectacle est donc de nous faire entrer dans ce silence qu’est l’autisme, tout en brisant le silence qui l’entoure. Et si l’autisme était une affection que seule l’affection pouvait apprivoiser ?

Comment cependant donner à entendre les pensées d’un enfant autiste ? Comment faire partager son ressenti, ses obsessions et ses terreurs ? Comment, pour une mère, faire face avec courage aux silences ou aux cris de son enfant, en assumant la part de douleur de cette incommunication, mais en tentant de la conjurer par la force de l’amour ? C’est le défi relevé avec ce spectacle poignant par Serge Barbuscia, en s’appuyant sur les écrits de Françoise Lefèvre et sur ceux de son fils Hugo Horiot, qui quelques années après sa mère nous a livré son témoignage sur sa propre expérience de l’autisme.

Sans pathos, mais avec beaucoup de délicatesse et d’humanité, se jouent sur le plateau au décor cubiste, éclairé par de magnifiques lumières surréelles, des scènes du quotidien qui nous permettent peu à peu, de pénétrer dans le monde étrange d’Hugo, pour tenter de le comprendre. Comme le cubisme, en effet, l’autisme suppose la superposition de points de vue multiples et contradictoires, difficiles à concilier. Comme les hiéroglyphes projetés sur la scène, le langage de l’autiste semble une énigme, que seul l’amour d’une mère pourra déchiffrer, en luttant contre ses propres doutes, contre l’inhumanité des psychiatres ou contre la violence du milieu scolaire.

Un spectacle porté par une écriture, une mise en scène et une interprétation puissante. Dans notre société soumise à la dictature d’une communication permanente, confinant souvent à l’absurde par sa surabondance même, ce spectacle, qui nous parle de la difficulté à trouver un langage commun pour tout simplement être ensemble à la vie, apparaît d’autant plus nécessaire.

Critique de Jean-Pierre et Ruth Martinez

DISTRIBUTION

Metteur en scène et Adaptation Serge Barbuscia
D’après les textes de Hugo Horiot et Françoise Lefèvre
Composition Sonore et Musicale Eric Craviatto
Avec Camille CarrazFabrice Lebert et Serge Barbuscia
Création lumière Sébastien Lebert
Assistante Anna Massonnet
Complicité artistique Aïni Iften

Lien vers le site du Théâtre du Balcon et de la Cie Serge Barbuscia
(spectacle en tournée)

Print Friendly, PDF & Email