Chassez les fantômes par le Collectif ildi ! eldi

Théâtre des Halles, Rue du Roi René – Avignon
du 7 au 30 juillet 2022, à 11h (relâches les mercredis 13, 20, 27 juillet)

(c) Pauline Le Goff

Elle est Parisienne, il est Africain. Elle le rencontre pendant un séjour dans son pays. Ils tombent amoureux et se prennent à rêver d’un avenir ensemble. Elle se démène pour le faire venir à Paris. Il arrive enfin et commence alors le désenchantement. Mis à l’épreuve de la vie à deux, leur amour ne résistera pas à leurs différences, et le conte de fée tournera au cauchemar.

Ainsi résumé, cet argument aurait pu donner lieu à un épouvantable mélodrame, agrémenté de quelques bons sentiments sur l’accueil des migrants et l’ouverture à l’autre. Chasser les fantômes est en réalité un spectacle poignant sur la difficulté et parfois l’impossibilité de vivre ensemble, quand le couple se résume à la juxtaposition de deux égoïsmes et quand la vie à deux se limite à une cohabitation forcément problématique.

Dans ce texte puissant écrit par Hakim Bah, sur une idée originale de Sophie Cattani, en se basant sur les témoignages de nombreux couples franco-africains, l’énonciation même participe à l’expression de cette difficulté existentielle à simplement communiquer : plutôt qu’un dialogue entre les deux amants, il s’agit de la confrontation de deux monologues. Et plus que le récit d’un amour partagé, c’est le récit de deux solitudes parallèles, qui par définition ne pourront jamais se rencontrer.

Dirigés par Antoine Oppenheim, qui signe la mise en scène, Sophie Cattani et Nelson Rafaell Madel sont totalement habités par leurs personnages. Ils sont accompagnés en live sur scène par un musicien, Damien Ravnich qui, à la batterie, rythme la scansion par les comédiens de ce texte qui n’est pas sans rappeler parfois le slam par son débit saccadé.

Du théâtre comme on l’aime qui, loin d’être donneur de leçons, nous parle avec beaucoup d’autodérision de nos propres faiblesses individuelles, pour aborder finalement avec modestie et délicatesse les grands problèmes de notre société contemporaine. Un spectacle à la fois tragique et drôle. Comme la vie. À ne manquer sous aucun prétexte. Un coup de cœur de Libre Théâtre.
Critique de Jean-Pierre Martinez
Spectacle vu le 11 décembre 2021 au Théâtre des Halles

Texte Hakim Bah, d’après une idée originale de Sophie Cattani
Mise en scène Antoine Oppenheim
Avec Sophie Cattani, Nelson-Rafaell Madel et Damien Ravnich (musicien)
Scénographie et création lumière Patrick Laffont de Lojo,
Création son Benjamin Furbacco
Musique Damien Ravnich

 

Print Friendly, PDF & Email