Chronique sur des pièces ou des auteurs dramatiques du XIXème siècle.

Le Théâtre de Sedaine

Le Théâtre de SedaineFils d’un maître maçon parisien, Sedaine se présente comme «maçon poète».  Il publie d'abord des pièces poétiques puis du théâtre : de 1756 à 1761, il écrit des comédies accompagnée de musique. Il collabore avec des musiciens connus, Philidor, Monsigny, Grétry. En 1764, il fait jouer Rose et Colas, pleine de fraîcheur et de conventions.Il écrit deux pièces pour la Comédie-Française : Le Philosophe sans le savoir (1765), drame bourgeois  et La Gageure imprévue (1768), sorte de marivaudage.  Le succès de Sedaine continue à l'Opéra-Comique avec notamment le Déserteur (1769). Le succès de Richard Cœur de Lion (1784) ouvre à Sedaine les portes de l'Académie française (1786). La Révolution le ruine.

Continuer la lecture Le Théâtre de Sedaine

Le Théâtre d’Alfred Jarry

Le Théâtre d'Alfred Jarry est symbolisé par le personnage d'Ubu, devenu le symbole universel de l'absurdité du pouvoir, du despotisme, de la cruauté

Le Théâtre d’Alfred Jarry
Illustration de l'Édition du Mercure de France, 1896. Source : bnF/gallica
Continuer la lecture Le Théâtre d’Alfred Jarry

Le Théâtre d’Emile Augier

Emile Augier débute en 1844 avec des comédies en vers qui se déroulent dans le monde antique (La Ciguë)  puis se tourne vers des comédies « sérieuses » dénonçant l’hypocrisie et les excès des milieux bourgeois de la monarchie de Juillet, puis du Second Empire. Il reste principalement connu pour ses comédies de mœurs.

Continuer la lecture Le Théâtre d’Emile Augier

Le théâtre d’Eugène Scribe

Le Théâtre d'Eugène Scribe. Eugène Scribe est né à Paris, le 24 décembre 1791. Il est l’auteur dramatique le plus populaire et le plus joué du XIXe siècle, non seulement en France mais aussi à l’étranger. Il a écrit 425 pièces, dont 249 vaudevilles , 94 opéra-comiques, 32 comédies et 30 opéras.

Le théâtre d’Eugène Scribe
Eugène Scribe. Photographie, Tirage de démonstration Atelier Nadar 1900. Source Gallica
Continuer la lecture Le théâtre d’Eugène Scribe

Le théâtre d’Alexandre Dumas fils

Alexandre Dumas fils est né le 27 juillet 1824 à Paris, enfant illégitime d'Alexandre Dumas père. Il publie son premier roman, La Dame aux Camélias, en 1848, adapté  ensuite par Verdi La Traviata (1853). Il fait jouer sa première pièce, Diane de Lys, en 1851. Il est aux côtés d'Eugène Scribe et d'Emile Augier, un des fondateurs du "drame bourgeois".

Le théâtre d’Alexandre Dumas fils
Alexandre Dumas fils, auteur dramatique : Atelier Nadar. Source Gallica
Continuer la lecture Le théâtre d’Alexandre Dumas fils

Le Théâtre de Pixerécourt

Le Théâtre de Pixerécourt. Il a écrit 111 pièces, principalement des mélodrames, représentées plus de 30 000 fois.

Le Théâtre de Pixerécourt
Robinson Crusoé, mélodrame de Pixérécourt : costume de Marty (Robinson) / dessiné par Chaponnier 1805. Source Gallica
Continuer la lecture Le Théâtre de Pixerécourt

Le Théâtre de François de Curel

Les pièces de François de Curel s’inscrivent dans la veine naturaliste. On peut distinguer dans son œuvre : les pièces à caractère social et familial jouées entre 1892 et 1897, les pièces qui mettent en scène des problèmes philosophiques et moraux , les drames de la guerre inspirés de la première guerre mondiale

Le Théâtre de François de Curel
M. de Curel, académicien / Agence Meurisse. Source : Gallica
Continuer la lecture Le Théâtre de François de Curel

La Nouvelle Idole de François de Curel

La Nouvelle Idole de François de Curel. Albert Donnat, médecin réputé et professeur à l’Ecole de médecine, a commis un acte irréparable. Travaillant sur le cancer et soignant une jeune religieuse phtisique dont le diagnostic laisse présager sa mort prochaine, il lui inocule une tumeur pour en pouvoir suivre l’évolution. Le scandale de ses expérimentations humaines est dévoilé par la presse. Sa femme le rejette violemment, dans un premier temps, et essaie de trouver du réconfort auprès d’un jeune psychologue expérimental. La jeune fille guérit miraculeusement de sa phtisie, après avoir bu de l’eau de Lourdes, sans savoir qu’elle va bientôt mourir d’un autre mal : le savant constate que le cancer « inoculé » se développe à grande vitesse dans le corps de la patiente. Albert décide alors de s’injecter à son tour les cellules cancéreuses.

La Nouvelle Idole de François de Curel
Caricature du docteur Eugène Doyen dans La Vie ardennaise illustrée. Journal artistique et littéraire. Source : wikimedia
Continuer la lecture La Nouvelle Idole de François de Curel