Le Dindon de Feydeau par la Compagnie Viva

Chez Feydeau, l’adultère est un sport de combat. On ne se risquera pas à résumer l’intrigue de cette comédie de boulevard menée tambour battant par les comédiens survoltés de la Compagnie Viva. Telle une marche militaire, une comédie de Feydeau ne peut tenir le public en haleine que lorsqu’elle est parfaitement exécutée par des virtuoses. C’est bien le cas avec ce Dindon, qui semble avoir mangé du lion. Loin de l’atmosphère surannée de « Au théâtre ce soir », le spectacle qui nous est offert tient plutôt du show de Broadway. On sort presqu’aussi épuisés que les comédiens de ce vaudeville conduit au rythme d’un match de boxe, et dans lequel même les petites anglaises aiment la castagne. Épuisés, mais ravis. Un spectacle tout public, à voir absolument.

Continuer la lecture

Deux euros vingt de Marc Fayet

D’où vient l’argent ? Comment circule-t-il ? Où va-t-il ? Et finalement à qui appartient-il ? Cette comédie pas si légère qu’il n’y paraît est conduite comme une « expérience ». Celui qui en tire les ficelles introduit quelques grains de sable en forme de menue monnaie dans la belle mécanique des relations très convenues qui régissent les relations d’amitié, afin de voir si le mécanisme va se gripper, ou même si le moteur va exploser. Une « pièce » menée un peu comme une démonstration un peu cruelle, qui nous parle d’une certaine arithmétique absurde de l’argent et de l’amitié. Au final une comédie de situation bien ficelée, pour les amateurs du genre. 

Continuer la lecture

Issue de secours de Hadrien Berthaut, Benjamin Isel

Le commandant de bord (Benjamin Isel) et son copilote (Hadrien Berthaut) vous embarquent dans un voyage délirant jusqu’au bout de l’absurde. Beaucoup de créativité pour ce duo comique maîtrisant à la perfection toutes les ficelles de l’humour verbal et gestuel. Le spectacle est porté par l’énergie, la complicité et la générosité de deux comédiens extrêmement sympathiques, qui nous offrent un divertissement évitant les facilités et sans aucune vulgarité. On ne s’ennuie pas une seule seconde, et on rit de bout en bout. À voir absolument, seul, en couple ou en famille, pour passer un moment très agréable en compagnie de cet irrésistible tandem d’humoristes.

Continuer la lecture

Fool for love de Sam Shepard par la Compagnie du Vingt-Trois

En un huis-clos orageux, un homme et une femme n’en finissent plus de se séparer, enchaînés qu’ils sont l’un à l’autre par un amour dont la fin nous dira pourquoi il est impossible. Cette pièce singulière décline l’un des thèmes récurrents de la dramaturgie américaine : la culpabilité fantasmatique empêchant tout amour charnel. Le péché originel qui interdit le bonheur ici-bas. Pour perpétrer l’espèce, les enfants d’Adam et Ève n’ont-ils pas forcément commis l’inceste ? Tout le monde connaît le film de Robert Altman, adapté de cette pièce de Sam Shepard. La version scénique étant moins connue, et la pièce étant donnée en version originale surtitrée en français, ce sont les personnages de ce film mythique qu’on a l’impression de voir surgir sur le plateau, après avoir crevé l’écran. D’autant que ces cowboys et cette cowgirl s’expriment avec un accent du Far West plus vrai que nature. Merci à ces comédiens d’exception, parfaitement francophones par ailleurs, de nous offrir le privilège de découvrir cette œuvre dans sa langue originale, ce qui lui donne une saveur toute particulière. À voir absolument. Critique de Jean-Pierre Martinez

Continuer la lecture

Le Titre est provisoire de Christophe Corsand

Deux amis comédiens ont rendez-vous pour la lecture d’une comédie qu’ils pourraient jouer ensemble. Le premier, d’un naturel optimiste, trouve la pièce acceptable. Le second, du genre intransigeant, la trouve complètement nulle. L’arrivée de la jeune femme qui est l’auteure du texte va forcer l’un et l’autre à se révéler et à prendre parti. Cette histoire, donc, c’est un peu celle du Misanthrope. S’il n’est pas très glorieux, pour avoir la paix et pour gagner sa vie, de cultiver en permanence le compromis voire la compromission, peut-on vraiment vivre et conserver une vie sociale sans faire aucune concession ? Si cette pièce parle d’un texte très mal écrit, celui de Christophe Corsand, auteur de cette réjouissante comédie, est fort bien ficelé. On ne vous racontera pas la fin, évidemment. Grâce à ces dialogues savoureux, à la fois fins et drôles, les trois comédiens nous offrent une comédie à la française, légère et distrayante, mais non dénuée de fond, comme on aimerait en voir plus souvent. On ne s’ennuie pas une seule seconde, on rit beaucoup, et on en sort avec le sourire. C’est aussi ça le théâtre. Une comédie tout public, à ne pas manquer.

Continuer la lecture

Batman contre Robespierre par Le Grand Colossal Théâtre

Ils sont quatre sur scène, mais c’est l’histoire de Jean-Claude. Jean-Claude, c’est vous, c’est moi, c’est un type comme tout le monde. Cela pourrait être un spectateur choisi dans le public. À moins que ce ne soit un comédien. Et Jean-Claude n’a rien d’un superman. Ni d’un Batman. Pas grand chose non plus d’un Robespierre, d’ailleurs. La terreur imposée par ce monde déshumanisé, il la subirait plutôt. Jean-Claude, c’est un peu Charlot qui se mettrait à parler comme Devos. Un spectacle burlesque, donc, mais aussi porté par un texte apparemment foutraque mais en réalité très bien écrit, qui nous raconte avec humour les tribulations d’un homme ordinaire confronté à l’absurdité d’un système où l’homme n’a plus sa place. Mieux vaut en rire. En attendant peut-être la prochaine révolution... À voir absolument.

Continuer la lecture

Danny and the deep blue sea de John Patrick Shanley

Quelque chose de Tennessee pour cette pièce typiquement américaine de John Patrick Shanley, mise en scène par Sylvy Ferrus, axée sur le thème de la culpabilité. La rencontre mouvementée d’un jeune homme asocial et violent avec une femme encore plus folle que lui, rongée par le remords d’un inceste volontaire. Ces deux paumés semblant voués à la prison ou au suicide trouveront-ils une rédemption dans l’amour ? A-t-on encore droit au bonheur quand un destin tragique vous a déjà condamné à mort ? Peut-on se pardonner à soi-même ? Au-delà de ce canevas dramatique très américain donc, on assiste surtout à une formidable performance de comédiens façon Actor's Studio, qui pendant une heure nous déclinent toutes les nuances psychologiques de ces deux âmes tourmentées, mais finalement si profondément humaines. Un intense moment de théâtre. À voir absolument.

Continuer la lecture

Pêcheurs de Rêves par la Compagnie Les Monsieur Monsieur

Avec « Ni Brel ni Barbara » (spectacle également à l’affiche de ce OFF 2019, également recommandé par Libre Théâtre), « Les Monsieur Monsieur » se demandaient s’il fallait continuer à imiter leurs modèles ou prendre le risque de la création. Laurent Brunetti et Mario Pacchioli nous invitent cette fois à un récital de chansons originales, plein de tendresse mais aussi de poésie et de malice. Dans l’ambiance feutrée et intime du petit théâtre du Chapeau Rouge, ils  nous content quelques instantanés d’une vie en chansons. Ils savent aussi bien nous émouvoir, en évoquant un père absent, que nous faire rire en évoquant de façon très personnelle le péché de gourmandise et la volupté d’y succomber. Et ces pêcheurs de rêves nous attrapent dans leurs filets. Notre esprit s’envole, tel un papillon de papier, emporté par les textes de Laurent Brunetti et la musique de Mario Pacchioli. Ces « Monsieur Monsieur »  nous ouvrent leur univers, et nous invitent à jouer avec eux, pour partager ensemble la nostalgie des petits et grands bonheurs enfouis dans nos souvenirs. Une parenthèse enchantée. Un spectacle tout public, à ne pas manquer.

Continuer la lecture

Betún par la Compagnie Teatro Strappato

Que des adultes vivent aujourd’hui dans nos rues est un fait difficile à admettre. Que des enfants doivent partager le sort terrible de leurs parents sans domicile est une réalité inacceptable. Mais que des enfants doivent vivre seuls, livrés à eux-mêmes et à la merci des adultes, dans les jungles urbaines les plus misérables du monde est une vérité effroyable qu’on préfère ignorer tant elle est difficile à concevoir dans toute son horreur. Il n’y a pas de pire violence que celle qui s’exerce sur des êtres sans défense, qui n’ont ni toit, ni biens, ni famille. Des êtres qui souvent n’ont même pas d’état civil. Des êtres donc qui officiellement n’existent pas. Des êtres sans nom qui ne sont rien. Que peut-on encore voler à un orphelin qui n’a rien ? Son intégrité même. Ses derniers espoirs. Son innocence. Son corps. Ses organes. Et finalement son âme. C’est cette inconcevable réalité qui nous est décrite dans ce spectacle muet, par la seule puissance du geste et du masque. Car il n’y a pas de mots assez forts pour décrire la négation de l’humain à travers le martyre d’un enfant. Soyons clairs, Betún est un spectacle sur les enfants. Pas un spectacle pour enfant. Même si c’est aussi un très beau spectacle, c’est avant tout un spectacle bouleversant, engagé et courageux, appelant à une prise de conscience. Le théâtre n’est pas que cela. Mais le théâtre c’est aussi ça. Plus qu’un spectacle à ne pas manquer, Betún est un spectacle nécessaire. Plus qu’un coup de cœur, c’est un coup au cœur. Allez-y. De toute urgence.

Continuer la lecture

Foyer par la Compagnie Papierthéâtre

Foyer par la Compagnie Papierthéâtre ***Libre Théâtre vous recommande ce spectacle Comment sensibiliser les enfants au thème de l’émigration et de l’exil. Comment parler de la répression politique et de la guerre sans les effrayer ?  Le défi est brillamment relevé par la compagnie PAPIERTHEATRE, qui remet à hauteur d’enfant ces histoires de départs. Nargues Majd nous conte avec poésie l’histoire de Tara, de sa famille et de son village. Les personnages de papier, qu’elle manipule avec Rébecca Forster prennent vie dans un espace coloré et un univers sonore enveloppant et joyeux. Nous nous attachons à chacun des membres de cette famille réunie à l’occasion de l’anniversaire de Tara, que l’on accompagne ensuite quand le pouvoir décide d’obliger au port de chaussettes rouges… Ce sont autant de destins ballotés par l’Histoire, autant de personnages qui se posent tous la même question : partir, rester…

Continuer la lecture
Fermer le menu