Author Archives Ruth Martinez

L’Amante anglaise, mise en scène de Thierry Harcourt

8 septembre 2017
/ / /
Comments Closed

L’Amante anglaise de Marguerite Duras mise en scène de Thierry Harcourt

du 9 septembre au 12 novembre 2017
Du mardi au samedi à 19h, dimanche à 16h
au Lucernaire, 53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris

🙂 Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Claire Lannes a commis un crime épouvantable : elle a assassiné sa cousine sourde et muette, l’a découpée en morceaux et a jeté les différents membres emballés, depuis un pont, dans des trains de marchandise, tout en prenant le soin de cacher la tête. Un homme interroge le mari puis la meurtrière et tente de comprendre les raisons de cet acte barbare.

Comment à partir d’un terrible fait divers proposer ainsi un moment hors du temps, plein de poésie et d’humour ? La mise en scène sobre de Thierry Harcourt semble donner davantage de profondeur à la superbe langue de Duras et à la très belle performance des trois comédiens. Jacques Frantz est le mari, touchant et vulnérable malgré sa carrure imposante. Jean-Claude Legay interprète l’interrogateur, plus proche du psychanalyste que du policier, qui tente de comprendre, de faire accoucher la vérité, mais perd pied, petit à petit, face à une réalité qui le dépasse. Judith Magre incarne avec talent cette femme si déterminée et si fragile. Elle joue avec le texte de sa voix inimitable, offrant une palette de nuances infinies. Son regard tantôt espiègle, tantôt noir, nous renvoie parfois à la vacuité de l’âme humaine. Et si elle avait tout simplement commis ce crime pour que quelqu’un l’écoute enfin…

Un superbe texte servi par des comédiens extraordinaires.

 

Avec Judith Magre, Jacques Frantz et Jean-Claude Leguay
Mise en scène : Thierry Harcourt
Assistant mise en scène : Thomas Poitevin
Lumières :  Jacques Rouveyrollis assisté de Jessica Duclos
Costumes : Victoria Vignaux

Réservation sur le site du Lucernaire

Read More

Amphitryon mis en scène par Stéphanie Tesson

8 septembre 2017
/ / /
Comments Closed

Amphitryon de Molière mis en scène par Stéphanie Tesson

Du 12 septembre au 31 décembre 2017
Théâtre Poche Montparnasse, 75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris
Représentations du mardi au samedi à 21h, dimanche à 15 h
Relâches exceptionnelles les 6, 7, 12, 14, 19 et 30 octobre, 9, 16 et 25 novembre, 9 décembre


Pour séduire la belle Alcmène, épouse d’Amphitryon, Jupiter utilise un ingénieux stratagème : il se présente sous les traits de ce dernier. Mercure, serviteur de Jupiter, fait de même : il prend les traits du valet d’Amphitryon, le dénommé Sosie.
Lorsque Sosie regagne la maison de son maître, il a la surprise de se trouver devant lui-même ! On assiste alors à une étrange situation de cohabitation entre les hommes et les dieux , dont l’amour est l’enjeu, et qui ébranle tous les repères. Car à ce curieux jeu du qui est qui, rien n’est jamais acquis…

 

Mise en scène : Stéphanie TESSON assistée d’Antony COCHIN
Avec
Jean-Paul BORDES, Amphitryon
Benjamin BOYER, Jupiter
Antony COCHIN en alternance avecYannis BARABAN, Argatiphontidas et Polidas
Odile COHEN,Alcmène
Mathias MARÉCHAL, Naucratès et Posiclès
Guillaume MARQUET en alternance avec Laurent COLLARD, Mercure
Christelle REBOUL, La Nuit et Cléanthis
Nicolas VAUDE, Sosie
Costumes, Corinne ROSSI
Peintures des costumes et des toiles, Marguerite DANGUY DES DÉSERTS
Lumières, Florent BARNAUD
Maquillages et perruques, Anne CARAMAGNOL, assistée de Stéphanie ROSSI
Production Phénomène et Cie / Co-production Mois Molière de Versailles et Festival d’Anjou
En partenariat avec Le Figaro et A Nous Paris
Renseignements et réservations par téléphone : 01 45 44 50 21

Crédit photo : Christophe Cham

Read More

Le Mariage de Victorine de George Sand

4 septembre 2017
/ / /
Comments Closed

Le Mariage de Victorine de George Sand

Comédie en trois actes représentée pour la première fois au Gymnase-Dramatique le 26 novembre 1831.
Distribution : 5 hommes, 3 femmes
Texte intégral de la pièce à télécharger sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur data.libretheatre.fr

L’argument

George Sand imagine une suite à la pièce de Sedaine, Le Philosophe dans le savoir, représentée en 1765. Dans la pièce de Sedaine, le riche négociant Vanderk marie sa fille. Le même jour, son fils Alexis doit se battre en duel contre un officier qui a traité tous les commerçants de fripons. Alexis considère que son père a été insulté. L’atmosphère de fête liée au mariage est donc assombri par la perspective de ce duel.
George Sand choisit Victorine, la fille d’Antoine, l’homme de confiance de M. Vanderke, comme personnage central de sa comédie. On comprenait dans la pièce de Sedaine que Victorine était éprise d’Alexis, en dépit de sa condition sociale. La pièce de George Sand s’ouvre avec l’annonce du mariage de Victorine avec Fulgence, le jeune commis fier et ambitieux de M. Vanderke. Victorine est soucieuse d’obéir à son père,  mais elle sent confusément que ce mariage ne la rendra pas heureuse. Elle a du mal à avouer son amour pour Alexis, qui l’aime aussi, mais dissimule également ses sentiments. Fulgence se rend compte de l’indifférence de Victorine à son égard et des sentiments qu’elle éprouve pour Alexis. Il lui indique qu’une fois mariés, ils quitteront la maison de M. Vanderke. Victorine tente de lutter contre Fulgence et contre son père. Son salut viendra de la perspicacité de M. Vanderke et de sa générosité.

George Sand précise dans sa préface :  « Ce sont des hommes bien trempés, qui luttent contre les fausses idées de leur siècle, tout en conservant avec la même fermeté les idées éternellement bonnes et vraies. On respire l’honneur, le courage et la générosité dans l’atmosphère de M. Vanderke. On sent que rien de grand et de fort ne sera impossible dans cette famille ; et, en présence de ce chaste amour de la petite Victorine pour l’héritier d’un nom et d’une fortune, en présence de cette fierté puritaine du vieux Antoine, qui s’efforce d’étouffer l’amour de sa fille, on ne peut pas douter un instant du résultat que Sedaine a laissé prévoir et que j’ai osé montrer. »

 

Pour en savoir plus

Olivier Bara. « Du théâtre de Nohant aux scènes parisiennes: répétitions, adaptations,réécritures. » Tréteaux et paravents. Le théâtre de société au XIXe siècle, Créaphis, pp.167-181, 2012.<hal-00910241>

Critique enthousiaste de Louis Huart dans L’Argus : revue théâtrale et journal des comédiens du 29/11/1851. Source : BnF/Gallica

Critique acerbe de Francisque Sarcey dans Quarante ans de théâtre : feuilletons dramatiques. [Volume 4] 1900, disponible sur Gallica

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8402646r/f1.item

Le mariage de Victorine, comédie de George Sand : estampe de 1851. Source : BnF/Gallica

Read More

Les Vacances de Pandolphe de George Sand

24 août 2017
/ / /
Comments Closed

Les Vacances de Pandolphe de George Sand

Comédie en trois actes, représentée pour la première fois au Gymnase-Dramatique le 3 mars 1852.

Distribution : 5 hommes, 3 femmes
Texte intégral à télécharger sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur data.libretheatre.fr

Lien vers tout le théâtre de George Sand sur Libre Théâtre

Résumé

Pandolphe, un docteur en droit, vient d’arriver à sa maison de campagne et espère se reposer. Il est accueilli par Marinette, sa fidèle servante et par Pédrolino, son jeune jardinier. Mais son repos est rapidement troublé par l’irruption de Léandre, un marquis, avec qui il est en affaire. Il découvre aussi que Violette, la filleule de Marinette, est également dans la maison. Pédrolino en est éperdument amoureux et veut l’épouser. On apprend que Violette vient d’hériter. Elle demande à Pandophe de l’accompagner dans ses démarches.  Léandre et Pascariel, son ancien valet vont tout faire pour essayer de capter l’héritage avec l’aide d’Isabelle, une aventurière et de Colombine, sa servante.

Une comédie inspirée par la comédie italienne.

« Dans les Vacances de Pandolphe, le personnage principal est un professeur de droit, un bourgeois pur et simple, un misanthrope bienfaisant qui aime paternellement et qui est filialement aimé » Extrait de la Correspondance de George Sand. Source : BnF/Gallica

 

Les réactions des critiques

Article du Ménestrel du 07 mars 1952. Source : BnF/Gallica

« Gymnase.—Ce théâtre devient de plus en plus littéraire. La pièce qu’il vient d’offrir au public sous le titre : Les Vacances de Pandolphe, est une tentative hardie, originale, due à une plume vigoureuse, décidément en mesure d’aborder tous les genres dramatiques. Dans cette oeuvre, qui a le caractère du pastiche, Mme George Sand a voulu marier la fantaisie bouffonne de la comédie italienne avec le style de Molière et la langue du Berri. Les célèbres types de Léandre, Pierrot (Pedrolino), Pascariel, Colombine, Isabelle, etc., se meuvent dans ces trois actes au milieu d’une action comique et intéressante. Certes, cette bizarre fusion ne saurait plaire à tout le monde ; et la crudité de certains termes empruntés aux comédies de Poquelin, ainsi que la folle exagération de quelques scènes, ont dû provoquer une opposition pudibonde dans l’élégante salle du boulevard Bonne Nouvelle, où ce genre est tout-à-fait dépaysé. Mais le rigorisme d’une partie du public n’a pu tenir contre l’originalité de l’ensemble et surtout contre l’admirable verve des interprètes. Ici, nous n’avons que des éloges à donner. Bressan remplit le rôle de Pedrolino d’une façon ravissante. Lafontaine est un amusant capitaine Fracasse de la vieille roche ; son duel avec Pascariel a excité une hilarité générale. Mlle Figeac est une Colombine des plus délurées. Mais deux figures ressortent un peu plus sérieusement dans ce tableau bouffon : celle du docteur Pandolphe, personnage plein de sens et d’une brusque bonhomie, parfaitement joué par Numa ; et, enfin, Violette, dont la physionomie douce et modeste tranche également avec tous ces types extravagants de la comédie italienne. Ce rôle, confié à Mme Rose Chéri, se signale par une grande sobriété de paroles et de toilette, et notre charmante comédienne nous prouve qu’elle n’a besoin ni de phrases pompeuses ni de costumes luxueux pour impressionner le public. Une simple robe de bure, un langage vrai, un accent qui part du coeur, voilà tous les frais de Mme Rose Chéri dans les Vacances de Pandolphe, et avec ce simple contingent elle domine l’oeuvre de Mme George Sand. Ajoutons que la mise en scène est des plus soignées ; il y a tels décors, notamment celui du second acte, qui inspirera de la jalousie à maint théâtre spécialement consacré à cet accessoire. En somme, ce pastiche de Mme George Sand, ainsi servi par Mme Rose Chéri, Bressan, Numa et Lafontaine, mérite d’attirer tout Paris ; et ce sera sa destinée. »
JULES LOVY.

Voir aussi les critiques sévères de :
– Albert Monnier dans Le Journal pour rire du 12 mars 1852 sur Gallica
– Auguste Lireux dans Le Constitutionnel du 10 mars 1852 sur Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84026779/f1.item

Les vacances de Pandolphe, comédie de George Sand : estampe / dessin de Maurice Sand. Source : BnF/Gallica

 

 

 

 

Read More

The Grüne Ruban par l’Envolée lyrique

30 juillet 2017
/ / /
Comments Closed

The Grüne Ruban par l’Envolée lyrique

THÉÂTRE NOTRE DAME
à 10h45 du 7 au 30 juillet.
13 à 17, rue du Collège d’Annecy – 84000 Avignon

🙂 Libre Théâtre recommande ce spectacle

The Grüne Ruban est une très belle création de la compagnie l’Envolée lyrique, qui jouait aussi à Avignon notre coup de cœur de l’année passée, La Cruche.
L’auteur et le metteur en scène, Henri de Vasselot, a créé ce spectacle autour d’une sélection de chansons populaires, en anglais, arrangées par le grand Beethoven : il élabore une histoire abracadabrante mêlant personnages historiques, clins d’oeil musicaux à l’œuvre de Beethoven et humour potache parodiant les grandes séries d’espionnage. Des manuscrits de Beethoven, entourés d’un étrange ruban vert, parcourent ainsi mystérieusement l’Europe en proie aux guerres napoléoniennes. Les spectateurs sont pris par l’intrigue mais surtout envoutés par la beauté de ces mélodies superbement interprétées par trois chanteurs et chanteuses lyriques, accompagnés par trois musiciennes tout aussi talentueuses… On aurait envie de découvrir en leur compagnie tout ce répertoire méconnu.

 

Avec : Marie Tournemouly, Marie-Anne Favreau, Laura Holm, Claire Décarsin, Alexander Swan, Henri de Vasselot
Mise en scène : Henri de Vasselot
Assistante : Pauline Paolini
Chorégraphies : Loïc Consalvo
Lumières : Thomas Jacquemart
Masques : Alberto Nason
Perruques : Youenn Peoc’h

Pour suivre les dates de tournée de cette compagnie : http://www.envoleelyrique.fr

 

Read More

Marie Tudor par la Compagnie 13

29 juillet 2017
/ / /
Comments Closed

Marie Tudor par la Compagnie 13

Théâtre de l’Oulle
À 13h10, du 7 au 30 juillet, relâche les 19 et 26 juillet
19, place Crillon – 84000 – Avignon

🙂 Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Marie Tudor est tout d’abord un drame historique aux multiples rebondissements. La mise en scène épurée de Pascal Faber révèle l’intensité dramatique de la pièce. Par le truchement de quelques jeux de lumières et de discrets voilages, jaillissent sous nos yeux une rue londonienne, l’appartement de la Reine ou la prison de la Tour de Londres. L’univers sonore renforce le suspens.
Mais Marie Tudor, c’est aussi une histoire de passions amoureuses et d’ambitions politiques. Le projet de Victor Hugo était de dépeindre «  une reine qui soit une femme. Grande comme reine. Vraie comme femme.  » Séverine Cojannot incarne avec talent, les multiples facettes de cette souveraine contestée, follement éprise du séduisant, mais très fourbe, Fabiano Fabiani, interprété par Frédéric Jeannot. Face à ce couple vénéneux, Simon Renard (Pascal Faber) va manipuler tous les personnages pour sauver la reine et l’Angleterre mais surtout sa propre ambition. Les autres comédiens, Pierre Azéma, Joëlle Luthi et Pascal Guignard Cordelier, sont également extraordinaires et nous touchent par leur humanité.
Comme dans tout le théâtre d’Hugo, l’humour est aussi très présent, avec d’autant plus de résonance que le tragique n’est jamais loin.
Un superbe spectacle à ne pas manquer à Avignon ou en tournée.

 

Metteur en scène : Pascal Faber
Avec : Pierre Azéma, Séverine Cojannot, Pascal Faber, Pascal Guignard, Frédéric Jeannot, Joëlle Lüthi
Assistante mise en scène : Bénédicte Bailby
Création sonore : Jeanne Signé
Lumières : Sébastien Lanoue
Costumes : Madeleine Lhopitallier

Lien pour réserver :
http://www.avignonleoff.com/programme/2017/marie-tudor-s18694/

Lien vers la notice de la pièce sur Libre théâtre (texte intégral, illustrations, manuscrit, vidéos…) : http://libretheatre.fr/marie-tudor-de-victor-hugo/

Read More

Livret de famille de Eric Rouquette

27 juillet 2017
/ / /
Comments Closed

Livret de famille de Eric Rouquette

Essaïon Avignon
à 12h45, du 7 au 30 juillet, relâche les 12,19, 26 juillet
33, rue de la Carreterie 84000 – Avignon

🙂 Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Comme les histoires d’amour, les histoires de famille finissent mal… en général. Car ce sont aussi des histoires de haine, parfois. De jalousie, souvent. D’incompréhension, toujours. Le temps d’une soirée, au prétexte de la « disparition » de leur mère, deux frères en profitent pour solder leurs comptes. L’occasion de se déchirer encore. À moins qu’il ne s’agisse finalement de retrouvailles. Avec cette comédie dramatique, ou cette dramatique comédie, Éric Rouquette, qui signe aussi la mise en scène, nous propose un duel à la vie à la mort entre deux frères, brillamment interprétés par Christophe De Mareuil et Guillaume Destrem (aux faux airs de Denis Podalydès et Jean-Pierre Bacri : c’est bien sûr un compliment). Une belle pièce sur le thème éternel de la famille. Beaucoup d’émotion et pas mal d’humour aussi. À ne pas manquer.

 

Avec : Christophe De Mareuil, Guillaume Destrem
Mise en scène : Eric Rouquette
Décor : Olivier Hébert
Lumières : Arnaud Dauga

Lien pour réserver :
http://www.avignonleoff.com/programme/2017/livret-de-famille-s18733/

 

 

Read More

Succès reprise de Hervé Devolder

26 juillet 2017
/ / /
Comments Closed

Succès reprise de Hervé Devolder

Essaïon Théâtre
à 17h30 du 7 au 30 juillet – relâches les 7, 18, 25 juillet
33, rue de la Carreterie – 84000 – Avignon

🙂 Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Le mari, la femme et l’amant… constituent la trame bien connue du théâtre de boulevard. Avec cette comédie légère, Hervé Devolder revisite le genre par une mise en abyme. Sur scène, trois comédiens répètent un vaudeville qui fait écho à ce qu’ils sont en train de vivre dans la « réalité ». Mais les rôles du mari et de l’amant sont inversés. Et l’histoire se répète… Ce n’est pas du Claudel, mais c’est beaucoup plus drôle.

Texte et mise en scène : Hervé Devolder
Avec : Agathe Quelquejay, Hervé Devolder, Michel Laliberté
Assistante : Emilie Chevrillon
Créateur lumières : Denis Koransky
Costumière : Michèle Pezzin

Lien vers le site du OFF pour réserver :
http://www.avignonleoff.com/programme/2017/succes-reprise-s18749/

 

Read More

L’Affaire Dussaert de et avec Jacques Mougenot

25 juillet 2017
/ / /
Comments Closed

L’Affaire Dussaert de et avec Jacques Mougenot

Théâtre des 3 Soleils
du 7 au 30 juillet à 17 heures, relâches les 12,19 et 26 juillet.
4 rue Buffon, 84000 Avignon

🙂 Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Parler de rien pendant plus d’une heure, c’est tout un art. Écrire une critique sur une pièce de théâtre qui traite d’un tel sujet, en s’efforçant de ne rien dévoiler, en est un autre. Mais parle-t-on vraiment d’une pièce de théâtre ? D’une conférence sur l’art contemporain plutôt ? D’une escroquerie intellectuelle, sans doute, puisqu’il s’agit de questionner, à travers le succès fulgurant mais éphémère de Philippe Dussaert, fondateur du mouvement pictural vacuiste, une possible imposture. On savait déjà que certains réussissaient à nous vendre de l’air après en avoir beaucoup brassé. On sait maintenant qu’on peut aussi vendre du rien à prix d’or. Scientifique de formation, Jacques Mougenot pousse jusqu’à l’absurde, avec une logique implacable, les mécanismes qui régissent aujourd’hui ce qu’on appelle le marché de l’art, devenu une véritable foire. Il nous embarque avec lui dans un univers où le simple excès de réalité suffit à faire surgir le surréalisme. En résumé, ceci n’est pas une pièce… à moins que cette conférence ne puise à l’essence même du théâtre, qui est de mentir plus vrai que nature. Courez voir ce drôle de spectacle afin de vous faire une opinion vous-même sur « L’affaire Dussaert ». Vous ne serez pas déçu.

Lien pour réserver :
http://www.avignonleoff.com/programme/2017/l-affaire-dussaert-s18819/

Read More

Pigments de Nicolas Taffin

24 juillet 2017
/ / /
Comments Closed

Pigments de Nicolas Taffin

Théâtre de La Luna
1, rue Séverine – 84000 – Avignon 
à 17h20, du 7 au 30 juillet.

🙂 Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

La vérité, c’est ce qui reste quand on a tout oublié. Aimer, c’est accepter de se mettre à nu devant l’autre. Mais on n’aime pas impunément, et l’amour ne résiste pas toujours à la vérité.

Pigments est une très jolie comédie romantique, un genre plutôt rare au théâtre, très bien servie par deux comédiens attachants, Mathilde Moulinat et Nicolas Taffin, qui est aussi l’auteur de ce texte émouvant.

On rit… mais on pleure aussi : un beau moment de théâtre !

Avec : Nicolas Taffin, Mathilde Moulinat
Mise en scène : Elodie Wallace
Lumières : Jean-Philippe De Oliveira
Musiques : Diane Poitrenaud

 

Lien pour réserver
http://www.avignonleoff.com/programme/2017/pigments-s18686/

 

Read More
Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.