Peter Grimes de Benjamin Britten, conférence de Marielle Khoury

Après quatre ans de fermeture, l’Opéra d’Avignon ouvre à nouveau ses portes au public mi-octobre, avec à l’affiche l’opéra Peter Grimes de Benjamin Britten. Pour introduire cette œuvre majeure créée en 1945, une conférence était organisée à l’Hôtel d’Europe le 2 octobre, avec Marielle Khoury, angliciste et auteure de plusieurs ouvrages consacrés à Purcell.

Peter Grimes est le premier grand opéra de Britten. En 1941, alors qu’il est en exil aux Etats-Unis, il lit un article de E.M. Foster consacré au poète George Crabbe, originaire comme Britten de la région du Suffolk. Cet article contient un long extrait du poème « Peter Grimes ». Britten se procure un exemplaire du recueil The Borough : la découverte de ce poète  « pleinement anglais » de la fin du XVIIIème siècle lui donne la nostalgie des côtes du Suffolk, malmenées par des orages violents qui font tomber des pans de falaises, et lui rappelle l’atmosphère des villages de pêcheurs autour d’Aldeburgh. S’inspirant de plusieurs poèmes de Crabbe, Benjamin Britten, avec l’aide de son compagnon le ténor Peter Pears, commence à imaginer une nouvelle œuvre qui redonnerait ses lettres de noblesse à l’opéra en langue anglaise : « L’un de mes buts principaux, c’est tenter de reconstituer la mise en musique de la langue anglaise, le brillant, la liberté et la vitalité qui manquent singulièrement depuis la mort de Purcell ». Britten veut décrire le Suffolk où il a grandi, les éléments déchaînés et la rude vie des pêcheurs, mais aussi la difficulté de vivre dans cette société oppressante lorsque l’on est perçu comme marginal. Une exclusion dont Britten a aussi souffert en tant qu’artiste, homosexuel et pacifiste.

Après le rappel du contexte de création de l’œuvre, Marielle Khoury a détaillé le déroulement de l’histoire. Peter Grimes est pêcheur, à la personnalité complexe, tantôt poète et rêveur, tantôt violent. Son isolement en fait un parfait bouc-émissaire. Lorsqu’un de ses mousses disparaît dans des conditions étranges, les villageois l’accusent et exigent qu’il se passe désormais d’apprenti. L’institutrice du village le défend tout en lui recommandant d’être moins brutal. Grimes ne veut rien entendre et rudoie un très jeune apprenti qui prend peur et chute accidentellement d’une falaise. Le village est certain de la culpabilité de Grimes et se lance dans une chasse à l’homme. Peter Grimes prend le large et se saborde en pleine mer.

Pour le plus grand plaisir de l’audience, Marielle Khoury a ponctué ses interventions par la lecture d’extraits du poème de George Crabbe et du livret signé Montagu Slater, donnant ainsi à entendre la beauté de la poésie anglaise (lecture des traductions en français par la comédienne Sylvie Tresmontant), accompagnées en musique par Sylvie Rogier, à la flûte traversière, et Odile Sick-Plantevin, au piano, qui ont interprété des Folksongs arrangés par Benjamin Britten.

*****

Quelques rendez-vous à signaler dans les prochains jours :
Jeudi 7 octobre à 20h30 au Cinéma Capitole Studios, Avignon-Le Pontet : projection du film Don Giovanni (entrée libre sur réservation directement au Cinéma)
Jeudi 14 octobre à 20h30 : Maestoso, concert de l’Orchestre National Avignon Provence
Vendredi 15 octobre à 20h30 et dimanche 17 octobre à 14h30 : Peter Grimes de Benjamin Britten
Samedi 16 octobre : visite libre de l’Opéra de 10h à 18h (pas de réservation). À 11h et 15h : lectures d’archives théâtralisées
Vendredi 22 octobre à 20h30 : Pitch, ballet de l’Opéra Grand Avignon.

Pour en savoir plus sur Peter Grimes :

Print Friendly, PDF & Email