Spectacles qui sont ou ont été à l’affiche. Certains de ces spectacles font l’objet de recommandations de Libre Théâtre.

Les Raisins de la colère par la Compagnie Sea Art

Les Raisins de la colère par la Compagnie Sea Art. Comment donner vie de façon crédible sur la scène d'un théâtre à une telle épopée, portée à l'écran en 1940 par John Ford dans un grand film hollywoodien de plus de deux heures ? La réponse apportée par Xavier Simonin, l'homme-orchestre de ce spectacle, est simple : jouer à lui tout seul tous les rôles. À la fois adaptateur, metteur en scène et unique comédien, Xavier Simonin réussit son pari en revenant tout simplement au texte magistral de Steinbeck, sans se perdre dans une tentative forcément désespérée de proposer un remake théâtral du film. Il fallait cependant pour relever ce défi un conteur hors norme. En véritable démiurge, Xavier Simonin parvient dès les premières minutes, en modulant sa voix, ses intonations et sa gestualité, à faire surgir et à faire vivre devant nous les personnages hauts en couleur et en émotions de Steinbeck, et à nous jeter en compagnie de Tom Joad sur la route 66 vers cette Californie rêvée qui tournera au cauchemar, avant un éveil salutaire de la conscience qui seul pourra sauver le monde de l'apocalypse. Un sujet qui, on l'aura compris, reste plus que jamais d'actualité.Il serait injuste, cependant, d'oublier la dimension visuelle et surtout musicale de ce spectacle, qui ajoute à la prouesse de ce conteur exceptionnel une profondeur poétique et quasi hypnotique. L'histoire de l'Amérique, en effet, est indissociable de celle de sa musique. De toutes ses musiques. Il s'agit plus particulièrement ici de cette musique folk à laquelle Woody Guthrie, avec le début des protest songs, confère une dimension politique. Accompagnant le conteur, Claire Nivard et Glenn Arzel nous permettent de réentendre les sonorités de l’American roots music, en interprétant magistralement sur scène avec leur comparse Stephen Harrison des standards mais aussi leurs propres créations, à partir du texte original de John Steinbeck.Un spectacle à ne manquer sous aucun prétexte, et un véritable coup de cœur de Libre Théâtre.

Continuer la lecture Les Raisins de la colère par la Compagnie Sea Art

Le Quartet Mark Whitfield – Joe Farnsworth met le feu à L’Oriflamme !

Le Quartet Mark Whitfield - Joe Farnsworth met le feu à L'Oriflamme ! Il est rare de voir ensemble sur une scène française deux aussi grosses pointures du jazz d'outre-Atlantique. Il était encore plus improbable de les réunir dans un théâtre avignonnais qui vient à peine d'ouvrir ses portes au cœur même de la Cité des Papes. Patrick Zard et Julien Cafaro, les deux directeurs de ce nouveau lieu à la programmation très éclectique, ont saisi l'occasion du passage en France de ces deux stars américaines pour les inviter à offrir à une centaine de privilégiés un concert inoubliable. Pendant plus de deux heures, en deux sets gagnants, les deux complices Mark Whitfield (à la guitare) et Joe Farnsworth (à la batterie), accompagnés pour la circonstance d'Olivier Truchot (au piano) et de Patrick Maradan (à la basse), ont enflammé le public en revisitant avec un enthousiasme communicatif et une incroyable virtuosité les plus grands standards du jazz ou leurs propres compositions. Le spectacle était aussi visuel avec ce guitariste monté sur ressorts, chantant ses notes autant qu'il les joue, face à son impassible batteur impeccablement mis dans son costume cravate, caressant les fûts de sa batterie avant de les matraquer sans qu'une seule goutte de sueur perle à son front. Avec ce concert d'exception, ces quatre musiciens hors normes, qui se sont produits sur les scènes du monde entier avec les plus grands (Quincy Jones, Ray Charles,  Herbie Hancock ou encore Scott Hamilton), laisseront assurément une empreinte indélébile dans la mémoire des amoureux du jazz présents ce soir-là à L'Oriflamme, et qui dans de nombreuses années encore pourront dire "j'y étais". Merci à L'Oriflamme pour ce cadeau. Et à bientôt pour d'autres rendez-vous dans ce nouveau théâtre, notamment pendant le prochain festival OFF qui devrait être un bon cru, avec une très belle programmation.

Continuer la lecture Le Quartet Mark Whitfield – Joe Farnsworth met le feu à L’Oriflamme !

Gazon maudit mis en scène par Hélène Zidi

Gazon maudit mis en scène par Hélène Zidi. On connaît tous le film "Gazon maudit", de et avec Josiane Balasko. L'adapter au théâtre était une gageure. Hélène Zidi remporte son pari et nous livre une comédie légère qui ne manque pourtant pas de fond, car en ces temps troublés, c'est aussi une ode à la vie, à l'amour et à la tolérance. La genèse de ce spectacle le rend d'autant plus sympathique qu'il trouve son origine dans un travail de comédiens formés au Laboratoire de l'Acteur, dirigé par Hélène Zidi, en vue d'une audition publique. On est loin cependant d'un spectacle de fin d'année, et la fraîcheur de ces quatre jeunes artistes n'enlève rien à leur talent, à leur audace et à leur maîtrise. Le temps d'une représentation, ils parviennent à nous faire oublier les comédiens vedettes du film. Une comédie à ne pas manquer au Théâtre du Roi René pendant ce OFF 2022.

Continuer la lecture Gazon maudit mis en scène par Hélène Zidi

Un nouveau théâtre à Avignon : L’Oriflamme dirigé par Patrick Zard et Julien Cafaro

Un nouveau théâtre à Avignon : l'Oriflamme dirigé par Patrick Zard et Julien Cafaro À Avignon comme ailleurs, la naissance d’un théâtre est toujours un heureux événement. Après plusieurs années de travaux et de crise sanitaire, Patrick Zard et Julien Cafaro, deux comédiens bien connus de la scène parisienne, inauguraient hier soir L'Oriflamme, le nouveau lieu de spectacle qu'ils viennent de créer au 3-5 Rue Portail Matheron, dans un quartier très animé et en plein renouveau. Dans un savoureux numéro de duettistes, ces deux complices de longue date, et désormais codirecteurs de L'Oriflamme, ont d'abord raconté avec humour les innombrables difficultés de tous ordres rencontrées pour transformer le local d'un ancien restaurant en un confortable théâtre de 93 places. En présence de nombreux artistes qui se produiront en juillet à L'Oriflamme, Patrick Zard nous a ensuite présenté les spectacles qui seront à l'affiche dans ce nouveau lieu pendant le festival OFF 2022. Une 56ème édition qui s'annonce, pour les artistes et pour le public, comme une renaissance. Cette soirée festive était suivie d'un pot où les acteurs de la vie théâtre se mêlaient avec ceux de la vie du quartier, voisins ou commerçants, dans une ambiance très conviviale.

Continuer la lecture Un nouveau théâtre à Avignon : L’Oriflamme dirigé par Patrick Zard et Julien Cafaro

La Danse du soleil par le Geneva Camerata

Avec cette Danse du Soleil, proposée par le chorégraphe Juan Kruz Díaz de Garaio Esnaola en collaboration avec le Geneva Camerata et le danseur Martí Corbera, le public est invité à expérimenter une forme artistique hybride et jubilatoire, relevant au choix du concert dansé ou de la chorégraphie symphonique. Dès l'arrivée des musiciens sur scène, le décorum un peu compassé et délicieusement suranné entourant d'ordinaire le concert de musique classique semble involontairement perturbé : pas de chaises, pas de pupitres et bientôt un étrange intrus, pieds nus et en débardeur blanc, déambulant entre les instrumentistes tout en essayant de communiquer avec eux par la danse. L’orchestre lui répond en musique, en interprétant la suite orchestrale du Bourgeois Gentilhomme de Jean-Baptiste Lully. D’abord hostiles, les musiciens, bousculés, se prennent au jeu et dialoguent avec ce magnifique danseur, Martí Corbera, en explorant toute la gamme des sentiments pouvant naître d’une rencontre inattendue. Les musiciens dansants du Geneva Camerata nous proposent ainsi une interprétation inédite et magistrale de l'œuvre de Lully, nous donnant à entendre mais aussi à voir le rythme et la ligne mélodique de cette musique de ballet. Cette étrange alchimie révèle aussi les individualités et met en lumière la sensibilité artistique de chacun des musiciens. Le spectacle est joyeux, ludique voire comique, mais il devient émouvant quand le chef d’orchestre, le génial David Greilsammer, transforme peu à peu sa direction en une chorégraphie fluide et vient à la rencontre de Martí Corbera pour former avec lui un duo troublant d’une profonde beauté.

Continuer la lecture La Danse du soleil par le Geneva Camerata

Double Je – Michel Berger/Joshua Lawrence

Un des rares avantages de mourir jeune est de laisser pour toujours à ceux qui restent l'image de la jeunesse. Michel Berger nous a quittés prématurément, et on garde de lui le souvenir de son visage d'éternel adolescent, de sa voix juvénile et de ses chansons délicieusement nostalgiques.Dans une ambiance intimiste, Joshua Lawrence nous invite à feuilleter avec lui un album de souvenirs en interprétant seul au piano quelques-unes des chansons connues ou moins connues de cet artiste prolixe et délicat, qui offrit aussi ses plus belles créations aux deux grands amours de sa vie, Véronique Sanson et France Gall.Un spectacle à savourer comme un bonbon acidulé, qui en fondant trop vite nous laisse un goût d'inachevé. Comme la vie trop courte de cette étoile filante de la chanson française.

Continuer la lecture Double Je – Michel Berger/Joshua Lawrence

Evidences inconnues

"Évidences inconnues", quand le hasard fait bien les choses ! Les créateurs de ce spectacle, cependant, prennent avec malice la question du hasard à rebours. L'invraisemblable suite de coïncidences qui s'accumulent dans l'enquête auquel le public est invité à participer est à l'évidence le résultat d'une mécanique diaboliquement précise et calculée. Comme si ces magiciens qui nous viennent de Belgique voulaient nous suggérer que dans la réalité aussi, "le hasard est l'effet d'une cause qui nous échappe". Et en effet, pour le public émerveillé, les trucs de ces sympathiques marchands d'illusions resteront à jamais un mystère. Ce spectacle participatif, en nous confrontant de façon ludique à des interrogations philosophiques, nous ramène aux questionnements les plus fondamentaux de l'Homme, tout en rallumant dans les yeux étonnés des petits comme des grands la flamme du merveilleux. Face à l'inexplicable, nous redevenons tous des enfants. Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous. Ne ratez pas celui-là !

Evidences inconnues
(c) Aline Weltjens
Continuer la lecture Evidences inconnues

Dalida sur le divan de Joseph Agostini

Dalida sur le divan de Joseph Agostini. Dans ce spectacle en forme de cabaret psychanalytique, Alain Klinger, et Lionel Dameï interprètent à tour de rôle ou d'une même voix quelques chansons connues ou moins connues de cette artiste populaire qui sut conquérir pour toujours un public très large par la sincérité de son engagement. Joseph Agostini a choisi de mettre en scène une Dalida au crépuscule d'une existence à la fois intense et tourmentée. Elle s'apprête à retourner au Caire pour tourner avec Youssef Chahine le film "Le sixième jour", qui donnera à la chanteuse l'occasion de devenir enfin la tragédienne qu'elle rêvait d'être. Juste avant de tirer volontairement sa révérence pour l'année d'après, et pour toujours. Une parenthèse musicale enchantée, et un moment d'humanité partagée, en compagnie d'un mythe de la chanson française, dont le destin restera pour toujours un mystère. Un spectacle à ne pas manquer.

Continuer la lecture Dalida sur le divan de Joseph Agostini

Didon et Énée par l’Arcal

L'ARCAL nous offre un sublime Didon et Enée à l'Opéra Grand Avignon Comme une parenthèse enchantée hors du temps, l’ARCAL nous propose à l'Opéra Grand Avignon une très belle interprétation du chef d'œuvre de Purcell, Didon et Enée. Jouant sur des effets de voilages et de lumières, la mise en scène de Benoît Benichou révèle avec finesse les dimensions symboliques du riche livret de Nahum Tate, en explorant avec une délicate subtilité tous les mystères du secret et du dévoilement des sentiments amoureux, à la fois aux autres et à soi-même. Le travail réalisé pour remplacer le prologue perdu de l’opéra baroque, mêlant des poèmes de Shakespeare, des extraits de l’Enéide mais aussi quelques airs soigneusement sélectionnés de The Fairy Queen, constitue une mise en abyme très pertinente et très cohérente de l'opéra de Purcell. Mais c’est avant tout la prestation remarquable de l’ensemble Diderot, dirigé de main de maître par Johannes Pramsohler, qui nous bouleverse, en nous donnant à entendre toute la richesse mélodique de la partition. L’excellence vocale des solistes et du chœur, dans une symbiose parfaite avec l’orchestre, nous ensorcelle d’autant plus qu’ils font aussi montre d'un grand talent dramaturgique. L'extrême beauté du dernier tableau soulève l'enthousiasme, et les artistes ont été ovationnés pendant de longues minutes. Un spectacle à ne pas manquer.

Continuer la lecture Didon et Énée par l’Arcal