Vingt-neuf degrés à l’ombre d’Eugène Labiche

Vingt-neuf degrés à l’ombre d’Eugène Labiche

9 avril 2016
/ / /
Comments Closed

 

Vingt-neuf degrés à l’ombre d’Eugène Labiche

Comédie en un acte, mêlée de couplets d’Eugène Labiche. Représentée pour la première fois, à Paris, sur le théâtre du Palais-Royal, le 9 avril 1873.
Distribution : 5 hommes, 1 femme.

Texte intégral de la pièce à télécharger gratuitement sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur data.libretheatre.fr

L’argument

Adolphe est invité à passer une journée à la campagne, chez les Pomadour. Le vin et la chaleur l’entraine à embrasser Madame Pomadour. Le mari surprend la scène et le provoque en duel, en espérant qu’Alphonse ne se défendra pas.

Illustrations de la pièce sur Gallica

(De nombreuses illustrations sont rattachées à la pièce Vingt-neuf degrés à l’ombre. On peut douter que certaines légendes soient exactes, compte tenu des diverses tenues et apparences des portraits deLhéritier par Lhéritier. En attendant de faire des recherches plus approfondies, nous avons fait figurer l’ensemble de la collection ainsi indexée sur Gallica.)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6400750z

Portrait de Lhéritier, au milieu d’employés de la scène par Lhéritier, 1873. BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6400745n

Portrait de Lhéritier (Adolphe) par Lhéritier. 1873. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6400751c

Portrait de Lhéritier (Adolphe) et Gil Pérès par Lhéritier. 1873. Source : BnF/ Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6400742d

Portrait de Lhéritier (Adolphe) par Lhéritier, 1873. Source : BnF/ Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6400748w/

Portrait de Lhéritier (Adolphe) par Lhéritier. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b64007462

Portrait de Lhéritier (Adolphe) / par Lhéritier, 1873. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6400743t

portrait de Lhéritier (Adolphe) par Lhéritier 1873. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b64007447

Portrait de Lhéritier (Adolphe) par Lhéritier, 1873. BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b64007410

Portrait de Lhéritier (Adolphe) / par Lhéritier, 1873. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6400747g

Portrait de Lhéritier (Adolphe) par Lhéritier, 1873. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b64007499

Portrait de Lhéritier (Adolphe) par Lhéritier, 1873. BnF/ Gallica


Un extrait

Piget.
Est-il embêtant avec son tonneau ! Nous passons tous nos dimanches à lancer des petits palets dans des petits trous… comme si, avec sa fortune, il ne pouvait pas avoir un billard… Moi, je ne reviendrai plus.

Courtin.
Encore si la partie était intéressée… mais nous jouons pour lui bâtir sa maison d’école !… Est-ce qu’elle
vous intéresse, sa maison d’école ?

Piget.
Moi ? vous ne pouvez pas vous figurer comme je m’en fiche !

Courtin.
Certainement il faut répandre l’instruction dans les campagnes.

Piget.
Pourquoi ?

Courtin.
Dame… parce que… Je n’en sais rien… ça se dit.

Pomadourdans la maison.
C’est ignoble ! c’est révoltant !

Courtin.
Pomadour ! À qui en a-t-il ?

Piget.
Il cause avec sa femme.

Pomadourparaissant sur le seuil de la maison et à la cantonade.
Polisson !… oui, polisson ! (À Courtin.) Eh bien, il est gentil, ton invité !

Courtin.
Quoi donc ?

Pomadour.
J’entre pour demander de la bière… et qu’est-ce que je vois dans le vestibule ? M. Adolphe, l’ignoble Adolphe !… qui tenait les deux mains de ma femme… comme ça… et qui l’embrassait de force.

Courtin.
Allons donc ! Pas possible !

Piget.
C’est un peu fort.

Pomadour.
En voilà un invité ! (À Courtin.) Pourquoi m’as-tu amené cet animal-là ? Je ne le connais pas, moi.

Courtin.
Une pareille inconvenance ! Mon ami, je suis désolé !

Pomadour.
À ma vue, il s’est sauvé dans sa chambre… et il a bien fait !… Mais ça ne se passera pas comme ça… Il me faut une explication.

Pigetà part, content.
Tiens ! ça va faire une diversion au tonneau !

Pomadourà Courtin.
Va me le chercher, et nous allons voir, nom d’un petit bonhomme !

Courtin.
J’y cours… Il te fera des excuses… mais du calme, mon ami, du calme !
Il entre dans la maison.

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.