Les Petits Moyens d’Eugène Labiche

Les Petits Moyens d’Eugène Labiche

25 juin 2016
/ / /
Comments Closed

Les Petits Moyens d’Eugène Labiche, Gustave Lemoine et Adrien Decourcelle

Comédie-vaudeville en un acte représentée pour la première fois à Paris sur le théâtre du Gymnase le 6 novembre 1850.
Distribution : 4 hommes, 2 femmes
Texte intégral de la pièce à télécharger gratuitement sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur data.libretheatre.fr

 

L’argument

Madame Grumelot découvre un beau jour que sa nièce, Adèle, est trompée par son mari Léon, un avocat… Monsieur Grumelot, son mari, lui apprend que c’est avec Hortense, la femme de Monsieur Hocquard dont il est l’avocat… Monsieur Hocquard vient annoncer à Adèle qu’il a des soupçons… Adèle, jalouse, fait une scène à son mari et le menace de se rendre au bal de l’Opéra… l’endroit précisément où Léon doit retrouver Hortense, qui s’y trouve avec son amie, la blonde Madame De Valin… Pour éloigner Madame de Valin, Léon demande à son beau-père Monsieur Grumelot de l’accompagner. Mais Madame Grumelot et Adèle vont mettre en oeuvre « les petits moyens » pour les faire renoncer…

 

Un extrait

Madame Grumelot.
Je ne veux pas défendre ton mari, mais toi-même, n’as-tu rien à te reprocher ?…

Adèle.
Moi ? Avant ce maudit procès, je l’aimais comme on n’a jamais aimé son mari.

Madame Grumelot.
Mais depuis ? n’as-tu pas été un peu coquette ?

Adèle.
J’ai essayé, dans l’espoir de le ramener…

Madame Grumelot.
Tu as eu tort!… Ne t’es-tu pas montrée jalouse ?

Adèle.
Le moyen de faire autrement ?

Madame Grumelot.
Tu as eu tort… et dans ta jalousie, tu as pleuré, tu lui as fait des scènes, des reproches, des menaces, n’est-ce pas ?… oui… Tu as eu tort… ce n’est pas ainsi qu’on ramène un mari… ce sont là des moyens extrêmes qui ne réussissent jamais en ménage.

Adèle.
Que faire, alors ? se venger ?

Madame Grumelot.
Oh! la belle avance! le mépris des autres et de soi-même, voilà tout ce qu’on y gagne. Mais il est d’autres moyens qui réussissent toujours, en ménage comme en gouvernement… c’est ce qu’on appelle les petits moyens.

Adèle.
Les petits moyens ?

Madame Grumelot.
Le tout est de savoir les employer à propos.
AIR de la Mère aveugle.
Et d’abord, il faut pouvoir
Avoir sur soi de l’empire,
Il faut, avec un sourire
Et tout entendre et tout voir;
Les époux d’humeur trop tendre
Sont faciles à surprendre,
Il ne s’agit que de tendre
Des filets sous leur plaisir;
Et l’on jette aux plus ingambes
De bons bâtons dans les jambes…
Pour les empêcher d’ courir. (bis)

(Parlé.) Après quelque temps de ce petit régime, la tâche de la femme devient chaque jour plus facile; mais il faut veiller toujours pour prévenir les rechutes. On conduit ainsi le sujet jusqu’à quarante ou quarante-cinq ans; alors le plus indomptable est dompté… ou à peu près… on peut lui laisser la bride sur le cou et dormir sur les deux oreilles. Vois ton oncle, c’était un Lovelace, un don Juan, et je l’ai amené à courir après les papillons. Il en fait collection, le cher homme! À présent, c’est un don Juan… éteint, et cela, grâce aux petits moyens.

Adèle.
Mais ces petits moyens, quels sont-ils ?

Madame Grumelot.
Je t’expliquerai cela à loisir… il s’agit pour l’instant d’empêcher Léon d’aller à ce rendez-vous… et… l’heure approche. (On entend un coup de sonnette.)

Adèle.
Il sonne pour sa toilette, ma tante !

Madame Grumelot.
Sois tranquille, je te réponds qu’il ne sortira pas… et d’abord… (Elle arrête la pendule qui est sur la cheminée.)

Adèle.
Que faites-vous donc ?

Madame Grumelot.
J’arrête le soleil… comme Josué; si ça ne fait pas de bien, ça ne peut pas faire de mal.

 

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.