Une messe de Georges Courteline

Une messe de Georges Courteline

6 mars 2016
/ / /
Comments Closed

Une messe de Georges Courteline

Publiée dans les Facéties de Jean de la Butte (1892).

Distribution : 1 homme, 1 femme
Texte à télécharger gratuitement sur Libre Théâtre.
Lien vers data.libretheatre.fr

 

Le Texte

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75081918

Supplément de La Lanterne, 11 février 1902. Source : Bnf/ Gallica

A Sainte-Claire, du quartier Bréda.

Chichinette, accostant le bedeau
Monsieur le bedeau !

Le Bedeau.
Madame?

Chichinette.
Je voudrais faire dire une messe.

Le Bedeau.
Rien de plus simple.

Chichinette.
Oui, mais je vais vous dire ; je voudrais quelque chose de bien, et de pas trop cher en même temps.

Le Bedeau.
Combien voulez-vous mettre?

Chichinette,
Je ne sais pas au juste…. j’irai bien jusqu’à 25 francs.

Le Bedeau.
Oh ! pour ce prix.-là, vous pouvez être tranquille ; nous vous donnerons quelque chose de très convenable.

Chichinette,
Oui ?

Le Bedeau.
De très convenable, vraiment. – Désirez-vous un petit Suisse ?

Chichinette.
Merci beaucoup ; je sors de table.

Le Bedeau.
Vous ne comprenez pas ma question ; je vous demande : désirez-vous, à votre messe, le Suisse des petites cérémonies ?

Chichinette.
Mille pardons, j’avais confondu. Oui, oui, certainement, un Suisse !

Le Bedeau.
Très bien, voilà qui est entendu. – Des mollets ?

Chichinette.
Vous dites ?

Le Bedeau.
Des mollets ?… (Silence étonné de Chichinette). Voulez-vous avoir des mollets ?

Chichinette.
Dites donc, espèce d’insolent, croyez-vous que je n’en aie pas ? En voilà un gros empaillé qui me prend pour une planche à bouteilles !.

Le Bedeau.
Qu’est-ce qui vous parle de ça ? C’est t’y drôle que vous ne comprenez jamais ce qu’on vous dit. Je vous dis : voulez-vous un Suisse avec mollets ?

Chichinette.
Mille excuses, j’avais mal compris. Avec mollets !… C’est plus cher, hein ?

Le Bedeau.
Bien entendu.

Chichinette.
Combien que ça coûte?

Le Bedeau.
En principe, c’est deux francs le mollet, 3 francs 75 la paire…

Chichinette.
Il y a une petite diminution.

Le Bedeau.
…quand on prend la paire ; oui, madame. Maintenant, y a mollets et mollets.

Chichinette.
Comment ça ?

Le Bedeau.
Question de rembourré. Si la somme de trois francs soixante-quinze vous effraie, nous pouvons vous offrir quelque chose de meilleur marché, le mollet à douze sous la pièce.

Chichinette.
Présentable ?

Le Bedeau.
Oh ! absolument ! Au lieu que le mollet soit rembourré à l’ouate, il est rembourré aux copeaux ; ça se voit un peu, mais c’est encore très suffisant.

Chichinette.
Bon ! je prendrai le mollet aux copeaux.

Le Bedeau.
Les deux ?

Chichinette.
Les deux.

Le Bedeau.
Vous avez raison. – C’est pour une messe de bout de l’an ?

Chichinette.
Non, c’est pour me porter bonheur. Parce que voilà, je vais ouvrir, rue de Navarin, un petit magasin de parfumerie.

Le Bedeau, très sec.
Il n’y a pas de messe pour ces choses-là.

Chichinette.
Parbleu, il n’y en as pas besoin : la parfumerie, ça va toujours. (Confidentielle) Seulement, je vais vous dire, j’ai l’intention d’avoir… une petite arrière-boutique, et, dame, ça, c’est plus aléatoire.

 

Pour explorer l’œuvre théâtrale de Georges Courteline dans Libre Théâtre :

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.