Ciboulot, vous êtes un cochon de Georges Courteline

Ciboulot, vous êtes un cochon de Georges Courteline

3 mars 2016
/ / /
Comments Closed

Ciboulot, vous êtes un cochon de Georges Courteline

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1158111d

Illustration de Barrère dans l’édition Coco, Coco et Toto de 1910. Source : BnF/ Gallica

Extrait de Coco, Coco et Toto (le miroir concave), édition de 1919 (texte retraité à partir de Gallica).
Il y a quelques modifications par rapport à l’édition de 1910 : le spectacle mentionné dans l’édition de 1910 est « un certain Désiré, tu me fous des vents qui triompha plus de trois mois », la place donnée « un fauteuil de balcon, de face », l’autre spectacle « au théâtre de l’Ambigu un mélodrame intitulé : Deux salops et une bande de vaches » avec une « loge de foyer », au Vaudeville « Les doigts dans le nez », un tailleur à la place du pipelet (« depuis longtemps, je lui promets un acompte, ça l’aidera à patienter »).

Distribution : 2 hommes

Texte à télécharger gratuitement sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur data.libretheatre.fr

Résumé

Ciboulot, auteur de théâtre, n’a jamais invité son ami Marmouillard à une seule représentation. Marmouillard lui en fait le reproche et Ciboulot ment en lui indiquant qu’il lui a déjà envoyé des places…

Un extrait

Marmouillard.
Ciboulot, béni soit le ciel qui vous a placé sur mes pas.
Ciboulot.
Marmouillard, bénis soient les dieux qui vous ont placé sur ma route.
Marmouillard.
De grâce, disons des choses sérieuses. Ciboulot, vous êtes un cochon.
Ciboulot.
Vous m’épouvantez. Etes-vous sûr?
Marmouillard.
Je vous dis, Ciboulot, que vous êtes un cochon ; et si je vous dis que vous êtes un cochon, c’est qu’en effet vous êtes un cochon. — Comment, infâme Ciboulot, depuis le temps que nous nous connaissons, j’en suis encore à espérer que vous voudrez bien une fois, — je dis : une fois ! — me donner des billets de théâtre pour aller applaudir une de vos premières ?
Ciboulot.
Mais…
Marmouillard.
Pardon ; voulez-vous me permettre ?
Ciboulot.
Je vous en prie.
Marmouillard.
Vous fîtes jouer aux Bouffes, en octobre dernier, une certaine Madame Brinborion, qu’interpréta Mily-Meyer et qui triompha plus de trois mois.
Ciboulot.
Oui. (Mentant.) Et j’ai le souvenir très précis de vous avoir donné une place pour la première : un fauteuil de galerie, de face, qui était, je crois, le 44.
Marmouillard.
Le 44 ?
Ciboulot.
Ou le 45 : je ne sais plus.
Marmouillard.
Ni le 44 ni le 45. Ciboulot ; ni n’importe quel autre fauteuil, de face, de profil ou de trois quarts. Vous me donnâtes peau-de-balle.
Ciboulot.
Allons donc !

 


Pour explorer l’œuvre théâtrale de Georges Courteline dans Libre Théâtre :

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.