Les animaux malades de la faim de Georges Courteline

Les animaux malades de la faim de Georges Courteline

6 mars 2016
/ / /
Comments Closed

Les Animaux malades de la faim de Georges Courteline

Extrait des Facéties de Jean de la Butte (1892). Saynète pour une quinzaine d’acteurs.
Texte à télécharger gratuitement sur Libre Théâtre.
Lien vers data.libretheatre.fr

Le Texte

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530974411

Illustration de Steinlen. Source : BnF/ Gallica

…Tout le monde sait que les bêtes
du Jardin des Plantes sont insuffisamment nourries.
(Eclair, Octobre 1890.)

La scène se passe au Jardin des Plantes.
Une Panthère,
allant et venant dans sa cage.
Par l’ombre de Brutus, quelle lâcheuse affaire !
O panthères de l’un et de l’autre hémisphère,
Mes soeurs, il faut nous insurger !
On se lasse, à la fin, de ne jamais manger.
Un Chacal.
Endroit charmant, où du repas l’heure est un leurre !
Un Rhinocéros.
Huit jours bientôt, huit jours qu’on nous dit :
…Tout à l’heure.
Un Renard,
en appelant au public.
La charité ! La charité !
Je suis aveugle et même atteint de cécité.
Vous qui passez, ayez pitié de moi, de grâce !
Une Brebis,
maigre.
Je fus dodue.
Une Génisse,
efflanquée.
Il fut un temps où j’étais grasse.
O jours lointains de graisse et d’allégresse, adieu !
Les Tigres.
Qu’on nous foute au moins du cheval, cré nom de Dieu !
L’Eléphant.
Mon appétit que le grand air avive
Fait gronder en mes flancs de fâcheuses rumeurs.
L’Ours,
cessant de lécher sa patte.
Du banquet de mon pied, infortuné convive,
J’ai vécu huit jours et je meurs.
La Girafe.
Que fait la Chambre ? A quoi songent donc nos édiles ?
Les Crocodiles,
éplorés
Ayez pitié des bons et pauvres crocodiles
Les Caïmans.
Ayez pitié des bons caïmans ingénus !
Les Alligators.
Ayez pitié des alligators méconnus !
Les Gorilles et les Orangs-Outangs, duo Air de Geneviève de Brabant.
Les Gorilles.
Nous sommes les petits gorilles,
Les Orangs-Outangs.
Nous sommes les orangs-outangs.
Les Gorilles.
Nous montrons à travers nos grilles.
Les Orangs-Outangs.
Nos derrières, de temps en temps.
Les Gorilles.
En nos rousses toisons fourmille
Les Orangs-Outangs.
La puce et le pou militant !….
Ensemble
Ah qu’il est beau d’être gorille !
Qu’il est beau d’être orang-outang !
DEUXIÈME COUPLET.
Les Orangs-Outangs.
Devant le buffet vide où brille…
Les Gorilles.
L’absence de réconfortants,
Les Orangs-Outangs.
Gorilles, dansons le quadrille,
Les Gorilles.
Dansons la valse, orangs-outangs.
Les Orangs-Outangs.
Et puisque la faim nous tortille.
Les Gorilles.
Chantons en chœur, c’en est l’instant :
Ensemble
Ah ! qu’il est beau d’être gorille, 
Mais que c’est un sort dégoûtant !
Un jeune Daim.
Ça ! l’on crève de faim en cet endroit champêtre !
Un vieux Cerf.
Jeune enfant ! Tu t’en aperçois ?
Une Biche.
Tout est là paître ou ne pas paître
Je vous le dis en vieux françois.
L’Autruche,
expirante
Je défaille ! mes yeux s’emplissent de ténèbres…
Un vieux Cheval,
pensif.
Si je pouvais entrer dans les pompes funèbres !

 

Pour explorer l’œuvre théâtrale de Georges Courteline dans Libre Théâtre :

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.