Spectacle exceptionnel à l’Opéra Grand Avignon avec Faune de Pontus Lidberg et la création Who dreams us ? de Carolyn Carlson

Faune de Pontus Lidberg – Photo : Cédric/Mickael Studio Delestrade Photographes Avignon Provence

Faune de Pontus Lidberg débute par un prologue sans musique. Dans une atmosphère joyeuse et insouciante, les cinq danseurs s’adonnent à divers jeux d’enfants. Les premières notes du Prélude à l’après-midi d’un faune de Claude Debussy résonnent enfin, et les mouvements fluides des danseurs épousent les arabesques chromatiques de la partition. Les danseurs poursuivent leurs jeux tout en échangeant leurs vêtements dans une gracieuse ondulation des corps. Tour à tour, chaque danseur va occuper le devant de la scène, jusqu’à ce que l’un d’entre eux découvre sa différence. Cette pièce lumineuse sur l’acceptation de soi-même est brillamment interprétée par cinq danseurs du Ballet de l’Opéra d’Avignon. Elle s’achève sur un dernier tableau évoquant la paix des corps et des âmes. Un symbolisme qui donne à cette œuvre une portée optimiste, bienvenue en ces temps troublés.

 

Who dreams us ? de Carolyn Carlson – Photo : Cédric/Mickael Studio Delestrade Photographes Avignon Provence

Who dreams us ? de Carolyn Carlson, composé pour les dix danseurs du Ballet de l’Opéra Grand Avignon, est une réflexion sur le rêve et la réalité, entre représentation intime et inconscient collectif, inspirée de L’Analyse des rêves de Carl Jung. À partir des improvisations des danseurs, Carolyn Carlson compose ainsi pour nous une œuvre fascinante, créant pour chaque tableau un univers onirique particulier avec une gestuelle et des mouvements singuliers, souvent hypnotiques, et d’une grande beauté plastique, magnifiés par les lumières de Guillaume Bonneau et les musiques originales de Nils Frahm, Phillip Jeck et Aleksi Aubry Carlson.
Dans la composition et les mouvements, ces tableaux animés, non dénués d’humour, exploitent aussi avec ingéniosité les codes du langage pictural et cinématographique, en jouant sur le hors-champ lors des entrées et des sorties, ou encore sur la profondeur de champ, par exemple lorsque l’un des danseurs court longuement en faisant du surplace (motif récurrent dans l’imaginaire du rêve), tout en se rapprochant lentement des spectateurs comme s’il s’agissait d’un travelling.

Un spectacle exceptionnel à ne pas manquer.

En cette fin de saison, il convient de saluer l’audace d’Emilio Calcagno, directeur de la Danse du Ballet de l’Opéra Grand Avignon, et l’engagement de tous les danseurs du Ballet de l’Opéra d’Avignon, au service de la diversité d’écritures chorégraphiques proposées cette année.

Critique de Ruth Martinez

* Pontus Lidberg dirige depuis 2018 le Danish Dance Theatre, la principale compagnie danoise de danse contemporaine. Il sera avec sa compagnie au festival Montpellier Danse avec deux spectacles : Les Sept Péchés capitaux et Roaring Twenties, une nouvelle création pour Montpellier Danse.  (A écouter un entretien sur France Inter)

*Carolyn Carlson, mythe vivant qu’il n’est plus nécessaire de présenter, entre à l’Académie des beaux-arts, et sera officiellement intronisée ce mercredi 15 juin 2022.

Samedi 11 juin 2022 à 20h30
Dimanche 12 juin 2022 à 16h00
Lien vers le site de l’Opéra Grand Avignon

À propos de Faune

Chorégraphie et costumes Pontus Lidberg
Assistant à la chorégraphie Jens Rosén
Lumières Guillaume Bonneau
Musiques Claude Debussy / Stefan Levy
Ballet de l’Opéra Grand Avignon

À propos de Who dreams us ?

Chorégraphie et costumes : Carolyn Carlson
Assistant à la chorégraphie : Sara Orselli
Lumières : Guillaume Bonneau
Musiques : Nils Frahm / Phillip Jeck / Aleksi Aubry Carlson
Ballet de l’Opéra Grand Avignon
Costumes Opéra Grand Avignon

Print Friendly, PDF & Email