Lire du théâtre – Épisode 4 : les lettres

Lire du théâtre – Épisode 4 : les lettres

À l’heure du confinement, le passage du facteur est souvent notre seul lien avec l’extérieur. Bien sûr les mails ont remplacé la correspondance postale, mais envoyer des lettres illustrées ou des cartes fleuries peut être l’occasion de transmettre, à ses proches ou ses amis, un message plus personnel qu’ils pourront ainsi conserver.


Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8438886n
Sarah Bernhardt dans Cyrano de Bergerac en 1909. Source : Bnf/Gallica

Le confinement est l’occasion de relire ce monument du théâtre français et d’explorer quelques trésors… 
Ne manquez pas le premier film sonore en couleur de l’histoire du cinéma. Ce film a été tourné en 1900 à l’occasion d’une expérience de cinéma sonore, le Phono-Cinéma-Théâtre pendant l’Exposition Universelle de Paris. Ce film est exceptionnel à plus d’un titre : on y voit Coquelin, le créateur de Cyrano en 1897 dans un film colorisé, avec une bande son.
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre

 


Le Costaud des Epinettes de Tristan Bernard et Alfred Athis

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53104261j
Geneviève Lantelme dans « Le costaud des Epinettes » de Tristan Bernard, Alfred Athys / dessin de Yves Marevéry. Source : Bnf/ Gallica

Claude Brévin, un garçon sensible et de bonne famille est obligé de vivre d’expédients et fréquente le bar louche du père Tabac. Celui-ci le fait passer pour le « Costaud des Epinettes » et lui propose une affaire : il s’agit de récupérer un paquet de lettres compromettantes chez une comédienne, Irma Lurette, et de l’éliminer. Claude, désespéré, accepte.
Une comédie truculente, riche en expressions argotiques et imagées, mais qui à certains moments flirte avec le mélodrame. Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre


L’Invité ou Huit jours à la campagne de Jules Renard

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6401147q
Jules Pierre Renard : portrait par Lhéritier. Source : BnF/Gallica

Un jeune Parisien, Georges Rigal, veut passer «huit jours à la campagne» chez son ami, Maurice Perrier. Il arrive dans la maison familiale, mais il n’est pas attendu et son ami est absent.
« Maurice est sorti ce matin, avant le passage du facteur. Il n’a donc point lu votre lettre, et je ne l’ai pas décachetée ; je l’avais mise dans ma poche. Tenez, monsieur. »
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre

 

 


Une lettre chargée de Georges Courteline

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9053276f
Georges Courteline, homme de lettres : à son bureau : [photographie de presse] / Agence Meurisse 1921

La scène se passe à la poste. La Brige a reçu une « lettre chargée » d’un de ses amis (une sorte de lettre recommandée). Cette lettre est à son nom mais adressée au ministère de l’Intérieur. Bien que l’employé connaisse la Brige qu’il a croisé chez les Crottemouillaud, il ne peut lui remettre la lettre car celui-ci doit justifier de son identité. Malgré les différentes preuves qu’apporte la Brige, l’employé ne peut lui remettre la lettre.
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre


Avis de passage de Jean-Pierre Martinez

Illustration de Bénédicte Roullier, lescroquis.fr

Dans le hall d’un immeuble, entre les boîtes aux lettres et le digicode, d’étranges personnages se croisent sans toujours se comprendre…
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre

 

 

 

 

 


Les Lettres de mon moulin sur Madelen

Les Lettres de mon Moulin d’Alphonse Daudet sont mises en scène dans une adaptation musicale, alternant chant, danse et comédie, qui reste fidèle à l’esprit des nouvelles. Le charme désuet des films des années 70 avec de belles images de nos très chères Alpilles.
Lien vers le site sur Madelen (accès gratuit pendant 3 mois)

Print Friendly, PDF & Email