L’homme qui plantait des arbres par la Compagnie Cappella Forensis

Théâtre Notre-Dame 13 à 17, rue du Collège d’Annecy – Avignon
du 7 au 30 juillet à 12h50 – Relâches : 13, 20, 27 juillet

« L’homme qui plantait des arbres » une fable écologiste d’une cruelle actualité.

À l’heure où l’Amazonie, mais aussi la Gironde et la Provence, sont régulièrement la proie des flammes à cause des pyromanes qui gouvernent le monde, la nouvelle de Jean Giono, écrite en 1953, est plus que jamais d’une brûlante actualité. Son humanisme optimiste semblerait même relever de la science-fiction, tant la plupart des hommes s’appliquent à notre époque à raser les forêts plutôt qu’à planter des arbres, et tant l’avenir qui s’ouvre devant nous semble se situer aux antipodes de l’utopie imaginée par Giono. Dans cette nouvelle, en effet, l’auteur provençal nous raconte l’histoire d’un homme qui, par la seule force de sa détermination, à l’échelle de sa vie, parvient à faire pousser une forêt et ainsi à faire revivre tout un territoire. Souhaitons que dans un futur proche, l’Homme, redevenu raisonnable, imitera ce héros imaginaire pour éviter que cette Terre, qui fut le berceau de l’humanité, ne soit aussi bientôt sa dernière demeure.

Accompagné sur scène par trois musiciens interprétant des morceaux de Beethoven, de Schubert ou de Ravel, le conteur Laurent Chouteau, avec une diction parfaite, nous donne à entendre avec émotion et une certaine gravité ce texte merveilleux de Giono, qui aujourd’hui résonne comme une prière.
Un spectacle nécessaire, qui contribuera peut-être à une prise de conscience salutaire.
Critique de Jean-Pierre Martinez

Lien vers le site web du Festival OFF pour réserver

Illustrations du spectacle par Bénédicte Roullier, lescroquis.fr

Texte de Jean Giono
Musiques de Ludwig van Beethoven, Franz Schubert, Maurice Ravel
Mise en scène : François Bernard
avec
Laurent Chouteau, comédien 
Damien Schulteiss, clarinette
Denis Kracht, marimba,
Sven Riondet, accordéon.

 

 

Print Friendly, PDF & Email