Les Raisins de la colère par la Compagnie Sea Art

Spectacle vu le 19 mai 2022 au Théâtre du Balcon

1929. Tandis qu’un crack boursier précipite l’Amérique dans la plus grave crise économique de son histoire, une sécheresse exceptionnelle, prémices d’une crise écologique plus profonde, jette sur les routes des millions de petits exploitants agricoles ruinés par la destruction de leurs récoltes et par l’avidité impitoyable des banques. Un exode rural massif qui pousse ces paysans de l’Oklahoma, du Texas et du Kansas, vers la Californie où se développe dans le même temps une agriculture industrialisée aux mains d’une poignée de très grands propriétaires. Ces migrants de l’intérieur, qui conservent la foi dans le rêve américain, espèrent trouver là-bas, avec un nouvel emploi, une nouvelle vie. Ils n’y trouveront que l’exploitation et la misère. Tandis que certains, dans cette confrontation brutale avec un capitalisme sauvage qui ne peut prospérer que par l’asservissement des hommes, découvriront la réalité de la lutte des classes, et accéderont à une conscience politique.

Telle est la toile de fond et l’argument du roman de John Steinbeck qui, à travers le regard singulier et le destin particulier de la famille Joad, nous brosse une fresque magistrale de cette épopée à la fois fondatrice et traumatique de l’histoire des États-Unis. Le roman de Steinbeck est donc aussi une saga familiale, convoquant d’innombrables personnages. Même avec des moyens considérables, comment donner vie de façon crédible sur la scène d’un théâtre à une telle épopée, portée à l’écran en 1940 par John Ford dans un grand film hollywoodien de plus de deux heures ? La réponse apportée par Xavier Simonin, l’homme-orchestre de ce spectacle, est simple : jouer à lui tout seul tous les rôles. À la fois adaptateur, metteur en scène et unique comédien, Xavier Simonin réussit son pari en revenant tout simplement au texte magistral de Steinbeck, sans se perdre dans une tentative forcément désespérée de proposer un remake théâtral du film. Il fallait cependant pour relever ce défi un conteur hors norme. En véritable démiurge, Xavier Simonin parvient dès les premières minutes, en modulant sa voix, ses intonations et sa gestualité, à faire surgir et à faire vivre devant nous les personnages hauts en couleur et en émotions de Steinbeck, et à nous jeter en compagnie de Tom Joad sur la route 66 vers cette Californie rêvée qui tournera au cauchemar, avant un éveil salutaire de la conscience qui seul pourra sauver le monde de l’apocalypse. Un sujet qui, on l’aura compris, reste plus que jamais d’actualité.

Il serait injuste, cependant, d’oublier la dimension visuelle et surtout musicale de ce spectacle, qui ajoute à la prouesse de ce conteur exceptionnel une profondeur poétique et quasi hypnotique. L’histoire de l’Amérique, en effet, est indissociable de celle de sa musique. De toutes ses musiques. Il s’agit plus particulièrement ici de cette musique folk à laquelle Woody Guthrie, avec le début des protest songs, confère une dimension politique. Accompagnant le conteur, Claire Nivard et Glenn Arzel nous permettent de réentendre les sonorités de l’American roots music, en interprétant magistralement sur scène avec leur comparse Stephen Harrison des standards mais aussi leurs propres créations, à partir du texte original de John Steinbeck.

Un spectacle à ne manquer sous aucun prétexte, et un véritable coup de cœur de Libre Théâtre.

Critique de Jean-Pierre Martinez

Spectacle à retrouver pendant le festival au Théâtre Le Petit Louvre du 7 au 30 juillet, à 13h45 (relâche le mardi)


Compagnie SEA ART

Texte de John Steinbeck
Adaptation et mise en scène : Xavier Simonin
Direction musicale : Jean-Jacques Milteau
Chansons (écriture et composition) : Claire Nivard, Glenn Arzel

Avec : Xavier SIMONIN, comédien
Et les musiciens-chanteurs :
Claire NIVARD (guitare et chant)
Stephen HARRISON (contrebasse, violon et chant)
Glenn ARZEL (multi-instrumentiste et chant)

Lumières Bertrand Couderc
Régie générale Thomas Chelot
Régie Son Pablo Ruamps
Costumes Aurore Popineau

Pour en savoir plus
Le site du spectacle : http://www.lesraisinsdelacolere.fr/
Le lien vers les compositions originales de Claire Nivard et Glenn Arzel : https://glennarzelclairenivard.bandcamp.com/album/steinbeck

 

Illustration du spectacle par Bénédicte Roullier, lescroquis.fr

 

 

Print Friendly, PDF & Email