Le Misanthrope de Molière mis en scène par Thomas Le Douarec

du 6 au 30 juillet à 15h45 – Relâches : 13, 20, 27 juillet
Théâtre des Lucioles, 10, rue du rempart St-Lazare – Avignon

Jusqu’où peut-on privilégier l’intransigeance et le franc-parler dans ses relations avec les autres sans risquer de se mettre à dos la société toute entière ? L’intégrité absolue et la franchise totale sont-elles des vertus ou ne sont-elles que les produits d’une immodestie ridicule et dangereuse pouvant conduire à l’intégrisme et à l’intolérance ? Le Misanthrope est sans doute l’une des pièces les plus intéressantes de Molière dans la mesure elle n’est pas manichéenne. Quand L’Avare ou Le Tartuffe sont uniquement à charge, Molière ne tranche pas entre le Misanthrope, parangon de vertu et donneur de leçons, et les partisans d’une frivolité et d’une hypocrisie qui seules peut-être nous permettent de vivre ensemble.

Le propre du classique est d’être indémodable, et tant que l’Homme vivra, Le Misanthrope restera d’une éternelle actualité. Thomas Le Douarec nous en propose ici une version hyper-moderne, en transposant l’action dans le monde des jet-setteurs et des clubbeurs. Mais cette remise à jour, loin d’être une énième provocation un peu gratuite et légèrement sacrilège, souligne bien au contraire la modernité de la langue et du propos de Molière. Car s’il faut respecter les classiques dans l’esprit comme dans la lettre, il faut aussi savoir restaurer une œuvre d’art pour lui redonner tout son éclat d’origine. Cette mise en scène très « rock and Roll » nous rappelle donc à propos qu’avant d’être statufié, Molière était avant tout à son époque un rebelle. Avec cette comédie qui se termine mal, il nous livre un tableau aussi cruel qu’intemporel de la vie en société. On a tous en nous quelque chose du Misanthrope.

Un coup de cœur de Libre Théâtre, aussi pour le bel enthousiasme et l’admirable talent de l’ensemble des comédiens, animés par un esprit de troupe qui n’aurait pas déplu à Molière.
Critique de Jean-Pierre Martinez

Mise en scène : Thomas Le Douarec
Interprètes : Jean-Charles Chagachbanian, Philippe Maymat, Thomas Le Douarec, Jeanne Pajon, Justine Vultaggio, Valérian Behar-Bonnet, Rémi Johnsen, Caroline Devismes, Virginie Dewees
Lumière : Stéphane Balny Costume Marlotte
Musique : Valérian Béhar-Bonnet

Lien vers le site du OFF pour réserver
Lien vers la chronique et texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre

 

Print Friendly, PDF & Email