Cœur ouvert de Claude Cohen

du 6 au 31 juillet à 20 heures – Relâches : 12, 19, 26 juillet
Essaïon Avignon – 33 rue de la Carreterie – Avignon

Libre Théâtre vous recommande

Pour ceux qui ont connu cette époque, la première transplantation cardiaque, en 1967, fut un événement historique presque équivalent au premier voyage lunaire, deux ans après, et emprunt de la même portée symbolique. En permettant pour la première fois à un être humain de vivre ne serait-ce que quelques jours avec un autre cœur que le sien, ou en permettant à un deuxième de fouler le sol d’une autre planète que la sienne, l’Homme ne faisait pas seulement un petit pas sur le long chemin du progrès, il s’affranchissait brusquement de ce qui jusque-là avait été son humaine condition et, se faisant démiurge, il défiait Dieu, comme un enfant devenu adulte défie l’autorité de son père pour construire son propre destin. Défier Dieu. Défier le père. Défier Dieu le Père. C’est sur ce parallèle que se construit habilement Cœur Ouvert, en mettant en scène une confrontation violente mais finalement très émouvante entre Christiaan Barnard, auteur très médiatique et très controversé de cette première chirurgicale, tenant du progrès à tout prix, et son père, pasteur rigoriste d’origine modeste, prônant la soumission absolue à Dieu quel qu’en soit le coût. Cette construction dramatique un peu trop parfaite aurait pu engendrer une pièce un peu trop théorique. Grâce à l’émotion et même à l’humour jamais absents des dialogues, et surtout grâce à l’extraordinaire humanité qui transpire à chaque instant des deux comédiens interprétant ce père et ce fils torturés par leur antagonisme, tentant maladroitement de se retrouver, on assiste au contraire à un spectacle poignant de bout en bout. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, disait Rabelais. Quelques siècles plus tard les Lumières en dirent tout autant de l’obscurantisme. Une pièce qui résonne étrangement en cette époque de défiance souvent irrationnelle à l’égard de la science et notamment de la médecine…
Un spectacle à ne pas manquer. Un coup de cœur de Libre Théâtre.
Critique de Jean-Pierre Martinez

Auteurs : Claude Cohen, Yvon Martin
Metteur en scène : Yvon Martin
Interprètes : Marc Brunet, Bruno Paviot
Scénographe : Citronelle Dufay
Créateur sonore : Baptiste Marty
Créatrice lumière : Amanda Carriat
Créateur musique : Martin-Boissard Noé

Lien vers le site du OFF pour réserver

Print Friendly, PDF & Email