• Post category:A l'affiche

Ceci n’est pas un festival du 22 au 25 octobre 2020 au Théâtre Episcène

Du 22 au 25 octobre 2020, Episcène Avignon vous propose la 1e édition de son « Ceci n’est pas un festival ». Théâtre, danse, musique, humour… tout y est pour retrouver le plaisir de sortir, le bonheur de partager. Cette 1e édition est d’autant plus particulière qu’elle est consacrée aux artistes belges ! Cette aventure est née de la nécessité de rouvrir le théâtre au plus vite, du besoin urgent de culture, celui aussi de redonner aux artistes du travail et des perspectives, celui enfin de retrouver le public.


Programme :

Mercredi 21 octobre à 20h00 : KRIM – Théâtre / Sortie de résidence publique

KRIM pour Mohamed Abdelkrim El Khattabi, un homme politique, un chef de guerre, un résistant à la colonisation. Il fut emprisonné, exilé, il finira par s’évader pour mourir en homme libre. Il s’est battu contre Franco. Il a dû se rendre à Pétain. Che Gevera l’a rencontré. Hô Chi Minh, Mao s’en sont inspirés. Krim, un nom que vous n’allez pas oublier.

KRIM pour les crimes perpétrés lors de la guerre du RIF (1921-1926). Une région et une population dévastées par les bombardements espagnols, français. Un jeu de massacre à l’arme chimique. Des crimes, car les cibles étaient des civils et que les conséquences sont encore aujourd’hui bien réelles (70% des cancers diagnostiqués en 2015 à l’hôpital d’oncologie de Rabat sont originaire du Rif).

Le 21 juin 1921, entre les puissants et les misérables, il y a eu la bataille d’Anoual. Le lendemain un général espagnol, du haut de sa défaite, se pendait…

2021 sera le centenaire du début de cette première guerre anticoloniale qui fut ensuite source d’inspiration, pour ses techniques de guérilla, lors de nombreuses autres révolutions.

La guerre du Rif, un devoir de mémoire que l’on sort du placard de l’histoire…

Texte et jeu Ismaïl Akhlal / Texte et mise en scène Jean-François Jacobs (Belgique) Entrée libre
Réservation sur le site du théâtre 


Jeudi 22 octobre 20h00 : N.O.X. – Danse / Théâtre gestuel

En sous sol,
une bien étrange Machine,
un seul ouvrier,
un atelier d’usine.

L’atelier des habitudes, de la routine, des tâches harassantes et répétitives.
La Machine fabrique, la Machine produit, la Machine crache et s’époumone.
La Machine crée. Elle ne crée que ce qu’on lui demande.
Lui est comme tout le monde, attelé à sa tâche. Il pense être lui-même, ne se sait pas aliéné, se surprend à s’évader dans des rêveries… et retourne au travail.
Elle, comme toutes ses semblables, tambourine à une porte qui ne veut pas s’ouvrir.
Est-ce sa voix intérieure, son étincelle, qui refuse de s’éteindre ?
Un spectacle décalé, onirique, burlesque et poétique.
Un petit bijou, qui réussit à transformer l’anodin en sublime et où tout devient possible.
De et avec Caroline Le Noane et Emmanuel Guillard (Belgique/France)

Lien pour en savoir plus sur le site du théâtre


Vendredi 23 octobre à 20h00 : ANDROPAUSE – Humour

Un voyage en Andropausie en compagnie d’un magicien du verbe ; un délire jubilatoire !

Quelle sera la playlist à mon enterrement ?
Mes premières bouffées de chaleur, c’est pour quand ?
Y a-t-il une vie après l’humour ?
La vie est un oignon et les années, ses pelures.
Bruno, magicien des mots, vient ce soir devant vous sans vœux d’artifice, plus vrai que mature, dérouler l’écharpe du temps et vous raconter une vie jouant à pile ou farce.
« À 20 ans, je rêvais de me choper un herpès dans une boîte de nuit. À 60 ans… ce sera une mycose dans un spa ! »
« Andropause », un check-up à vif, un lâcher-prise sans fard. « Un voyage en Andropausie en compagnie d’un magicien du verbe, un délire jubilatoire ! »

De, par, malgré et avec Bruno Coppens (Belgique)

Lien pour en savoir plus et pour réserver sur le site du théâtre

 


Samedi 24 octobre à 20h00 : EMMA – Théâtre

David Bowie s’appelle David. Gustave Flaubert s’appelle Gustave.
David a sorti Ziggy Stardust dans les années 70. Gustave a écrit Madame Bovary à une époque genre Moyen-âge. David est une star du rock, le symbole androgyne de toute une époque. Gustave est mort il y a tellement longtemps qu’on ne sait même plus très bien quelle tête il avait, sauf que c’était un gros moustachu.
Franchement, entre les deux, vous auriez choisi lequel vous ?
Je m’appelle Emma, j’ai dix-sept ans et j’ai d’autres choses à me taper que Flaubert. Cette histoire est mon histoire.

Le bovarysme décrit un état d’insatisfaction, sur les plans affectifs et sociaux, qui se rencontre en particulier chez certaines jeunes femmes névrosées, et qui se traduit par des ambitions vaines et démesurées, une fuite dans l’imaginaire et le romanesque.

Avec Julie Duroisin (Belgique)

Lien pour en savoir plus et pour réserver sur le site du théâtre


Dimanche 25 octobre à 18h00 : JOURNAL D’UN FŒTUS – Théâtre

Même la bouche pleine de liquide amniotique, ce fœtus ne peut s’empêcher de l’ouvrir. Et le moins que l’on puisse dire c’est que, dépourvu encore de sa première dent, il ne manque pas de mordant. Monologue intérieur – et pour cause -, cette pièce dresse un portrait sans complaisance d’une société de consommation où le bonheur s’achète à crédit sur 20 ans, pourvu qu’on fasse illusion.
De sa « caverne » utérine, le fœtus semble bien être le seul à porter un regard lucide sur ce monde où il n’est pas encore né. Première adaptation du Roman de Benjamin Taieb (éditions Lunatique), vivifiant et méchamment drôle, Journal d’un fœtus apporte une bouffée d’oxygène.

De Benjamin Taieb (France) / Avec Julien Mutombo (Belgique)

Lien pour en savoir plus et pour réserver sur le site du théâtre


Infos pratiques :

THEATRE EPISCENE,
rue Ninon Vallin 5,
84000 Avignon.
Information : episcene.be
Réservations : reservation@episcene.be

Tarifs :

Tarif plein : 18€ / 12€*
Tarif réduit (étudiant, – 25 ans, chômeur) : 12€ / 8€*
* Tarif avantage appliqué à partir du 2ème spectacle réservé dans le cadre du festival.

 

Print Friendly, PDF & Email