Tailleur pour dames de Georges Feydeau au Pixel Avignon

Tailleur pour dames de Georges Feydeau au Pixel Avignon

Les 9, 10, 21, 22, 23 et 24 octobre 2020 à 20h30
Le 25 octobre à 17h
au Pixel Avignon, 18 rue Guillaume Puy, Avignon

Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Monsieur Moulineaux, médecin de son état, trompe Madame. Pour échapper aux foudres de celle-ci, s’enferrant dans ses mensonges, il en arrive à se faire passer pour le « Tailleur pour Dames » qu’il n’est pas, avec toutes les péripéties cocasses qui découleront de ce malencontreux subterfuge. Adultères en cascades et quiproquos sans fin pour cette célèbre comédie de Feydeau, réglée comme du papier à musique, remise au goût du jour par Jérôme Tomray et jouée tambour battant par la joyeuse troupe du Pixel menée à la baguette par sa complice Anaïs Gabay. Après des mois de confinement et d’abstinence théâtrale, on se réjouit de retrouver les plaisirs du boulevard, dans ce théâtre très accueillant et convivial qu’est le Pixel, proposant tout au long de l’année une programmation très variée, allant du café-théâtre aux œuvres d’avant-garde (pendant le festival notamment) en passant, comme c’est le cas avec ce « Tailleur pour Dames », par les plus grands classiques. À voir même en famille, pour un pur moment de divertissement.
Critique de Jean-Pierre Martinez

Mise en scène : Jérôme Tomray
Avec : Jean Michel Bart,  Fany Brunel, David Levet, Christine Julien, Leslie Ollier, Marie Hédon, Dominique Thièriot et Anaïs Gabay

Lien vers le site du théâtre

Lien vers le texte complet de la pièce sur Libre Théâtre

Commentaires fermés sur Tailleur pour dames de Georges Feydeau au Pixel Avignon
L’occupation d’Annie Ernaud mise en scène de Pierre Pradinas
Photo : Marion Stalens

L’occupation d’Annie Ernaud mise en scène de Pierre Pradinas

L’occupation d’Annie Ernaud mise en scène de Pierre Pradinas

Spectacle vu le 3 octobre 2020 au Théâtre des Halles à Avignon

Photo : Marion Stalens

Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Sommes-nous vraiment irremplaçables, notamment auprès de l’être qu’on a un temps aimé, et qui nous a aimé en retour ? Même après la séparation, y compris lorsque nous en avons pris l’initiative, notre petit ego nous porte à croire que personne ne pourra jamais prendre tout à fait notre place. Il faut pourtant se rendre à l’évidence : le cimetière de l’amour est plein d’amants irremplaçables. Il est donc très dangereux de se convaincre que cet autre qui viendra après nous ne sera pas aussi unique aux yeux de la personne pour qui autrefois nous étions seul à compter. Et cette jalousie obsessionnelle peut vite conduire à l’aliénation pure et simple, c’est-à-dire à « l’occupation » de notre propre corps par l’esprit de cet autre qui nous a déjà remplacé.
Pour cette femme, dont Annie Ernaux nous conte dans son auto-fiction le destin tragi-comique, la libération passera par la nécessité d’exister autrement qu’à travers le désir de l’être aimé, et par la volonté de devenir l’auteur de sa propre vie. Dans ce spectacle à la fois émouvant et drôle, c’est Romane Bohringer qui incarne cette femme tourmentée, qui finira par découvrir le moyen d’exister par elle-même, à travers l’écriture. La comédienne est accompagnée sur scène par le musicien multi-instrumentiste Christophe « Disco » Minck, qui traduit en sons les diverses émotions qui traversent ce personnage de femme tout au long de sa salutaire métamorphose.
Critique de Jean-Pierre Martinez

Texte Annie Ernaux
Mise en scène Pierre Pradinas
Avec Romane Bohringer et Christophe « Disco » Minck
Assistanat à la mise en scène Aurélien Chaussade et Marie Duliscouët,
Scénographie Orazio Trotta et Simon Pradinas
Musique originale Christophe « Disco » Minck
Lumière Orazio Trotta
Images Simon Pradinas
Son Frédéric Bures
Maquillage et coiffure Catherine Saint-Sever

Compagnie Le Chapeau Rouge
Texte publié aux éditions Gallimard

Prochaines dates
8, 9, 12, 13, 15 octobre 2020 – Théâtre de l’Union, Centre Dramatique National du Limousin – Limoges (87)
12 et 13 octobre 2020 – Théâtre de l’Union, Centre Dramatique National du Limousin – Limoges (87)
18 octobre 2020 – Les Arts d’Azur – Le Broc (06)
1er et 2 décembre 2020 – Les Scènes du Jura, Scène Nationale, Théâtre de Lons le Saunier (39)

Commentaires fermés sur L’occupation d’Annie Ernaud mise en scène de Pierre Pradinas

Les Garçons et Guillaume à table ! de Guillaume Gallienne avec Maxence Marchand

Les Garçons et Guillaume à table ! de Guillaume Gallienne avec Maxence Marchand

La Tache d’encre
Rue Tarasque, Avignon
du 26 au 31 octobre à 17 heures

Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Nous n’avions pas vu le spectacle écrit et interprété par Guillaume Gallienne, mais nous avions bien aimé le film inspiré de cette même pièce, également réalisé par le médiatique sociétaire de la Comédie-Française, souvent présent à la télévision et sur les ondes. Dans la petite salle très intime du Théâtre de la Tache d’Encre, nous redécouvrons ce texte étonnant, interprété avec sincérité, justesse et humour par Maxence Marchand, dans une mise en scène très épurée de Peggy Dutti.

Débarrassé de l’aura un peu trop éblouissante de cet interprète hors-norme qu’est Guillaume Gallienne, qui dans son spectacle et dans son film nous racontait son propre destin, si particulier, ce texte nous apparaît d’autant mieux dans l’universalité de son propos. Comment un enfant peut-il construire son identité d’adulte sans renier ses parents, mais sans pour autant accepter de se conformer à tout prix à l’image qu’ils ont projetée sur lui avant même sa naissance ? Comment un homme peut-il construire son identité, en l’occurrence sexuelle, dans toute sa complexité, sans pour autant se fondre dans les clichés que lui impose la société ? Un garçon qui s’habille en fille est-il nécessairement un homosexuel ? Et si tout cela était beaucoup plus complexe, beaucoup plus subtil, et donc beaucoup plus intéressant que ces raccourcis ? Jusque dans la fragilité de son jeu, Maxence Marchand nous donne à voir, à entendre, à comprendre et à aimer ce personnage qui, pour trop aimer sa mère, finit par s’identifier à elle. Avant de découvrir qu’on peut aimer les femmes sans en être une soi-même. Un spectacle à la fois drôle, émouvant et troublant. Un pur moment de théâtre. À voir absolument.
Critique de Jean-Pierre Martinez

Texte de Guillaume Gallienne
Avec Maxence Marchand
Mise en scène : Peggy Dutti

Lien pour réserver

Commentaires fermés sur Les Garçons et Guillaume à table ! de Guillaume Gallienne avec Maxence Marchand

Les deux frères et les lions de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre

Les deux frères et les lions de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre

Vu le 6 mars 2020 au Théâtre des Halles à Avignon

(c) Mathieu Hillereau

***Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Il était une fois deux frères jumeaux très riches, qui vivaient dans un grand château, et qui avaient chacun une fille… L’histoire commence comme un conte populaire. L’inquiétant couple de milliardaires qui en est au centre s’inscrit bien dans la modernité de la mondialisation, puisque leur royaume est un paradis fiscal, mais leurs plans sont contrariés lorsqu’ils se heurtent à des lois venues du plus profond du Moyen-Âge. C’est donc le récit d’une success story, qui, après quelques péripéties, trouve finalement un « happy end », tout en délivrant une morale.

Mais bien entendu, puisqu’il s’agit de théâtre, ce schéma traditionnel de conte de fée édifiant est complètement détourné pour délivrer un tout autre message. Les héros sont des anti-héros, le légitime rêve de réussite tourne au délire de toute puissance, et la prétendue morale relève du cynisme le plus absolu. Les dialogues de ce conte très immoral, par ailleurs, dénonçant la cruelle absurdité du capitalisme sauvage, nous rapprocheraient plutôt de Ionesco. Ils nous décrivent un monde où la loi du marché est devenu la loi tout court, et où le droit que s’arrogent certains hommes d’exploiter la misère d’autres hommes va jusqu’à trouver sa justification dans… les « Droits de l’Homme ».

Fortement inspiré d’une histoire bien réelle, ce spectacle fit un temps l’objet d’une menace d’interdiction à la demande des puissants qu’il mettait en question. Et c’est tout à l’honneur du Théâtre des Halles d’avoir à l’époque bravé cette menace en le programmant malgré tout. À l’heure où la censure revient en force, y compris et surtout sous sa pire forme qu’est l’auto-censure, aller voir ce spectacle est aussi une forme de résistance joyeuse. Car c’est aussi cruellement drôle ! Un spectacle vivement recommandé par Libre Théâtre.
Critique de Jean-Pierre Martinez

Texte : Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre
Mise en scène : Vincent Debost et Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre
Distribution : Lisa Pajon et Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre
Et la participation de Christian Nouaux
Musiques originales : Nicolas Delbart avec la participation d’Olivier Daviaud
Création lumière : Sébastien O’kelly
Création vidéo : Christophe Waksmann
Production : Le Théâtre Irruptionnel

Croquis faits sur le vif par Bénédicte Roullier, lescroquis.fr le 23 décembre 2017 au Théâtre Proche-Montparnasse

 

Commentaires fermés sur Les deux frères et les lions de Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre

La Vie parisienne de Jacques Offenbach mise en scène de Nicolas Rigas

La Vie parisienne de Jacques Offenbach mise en scène de Nicolas Rigas

Du 5 au 28 juillet à 14h10
Théâtre Notre-Dame – 13 à 17, rue du Collège d’Annecy – 84000 Avignon

Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Avec cette mise en scène époustouflante de « La vie parisienne », on assiste à un spectacle total, comme il n’est pas souvent donné d’en voir sur une scène de théâtre. Comme nous sommes au théâtre, précisément, et pas à l’opéra, pas de fosse d’orchestre. L’orchestre, en formation réduite (un trio accordéon, violon et flûte), est donc installé directement dans la salle, ce qui créé une incroyable proximité avec le public. D’autant qu’en attendant le « lever de rideau », comme si nous étions au bal, l’orchestre nous gratifie de quelques airs populaires. Et que la fête commence ! Musique, chant, danse, acrobatie, costumes, décors, « effets spéciaux » à l’ancienne… du début à la fin, le spectateur en prend plein les yeux et plein les oreilles, pour son plus grand plaisir. Chacun des dix artistes qui interprètent ce classique de l’opérette est épatant, dans tous les compartiments du jeu. Mais plus encore, on les perçoit tous animés par un véritable esprit de troupe. Une opérette très parisienne, et indémodable, qui n’a rien à envier aux meilleures comédies musicales de Broadway. Un pur moment de bonheur. À voir absolument !
Critique de Jean-Pierre Martinez

Lien vers le site du OFF pour réserver

Metteur en scène : Nicolas Rigas
Interprètes : en alternance, Nicolas Rigas, Martin Loizillon, Florence Alayrac, Philippe Ermelier, Olivier Hernandez, Amélie Tatti, Antonine Bacquet, Romain Canonne, Salvatore Ingoglia, Nicolas Aubagnac, Karen Jeauffreau, Emma Landarabilco, Philippe Borecek, …

Commentaires fermés sur La Vie parisienne de Jacques Offenbach mise en scène de Nicolas Rigas

Et si on ne se mentait plus ? d’Emmanuel Gaury, Mathieu Rannou

Et si on ne se mentait plus ? d’Emmanuel Gaury, Mathieu Rannou

Vu au Théâtre Notre-Dame à Avignon en juillet 2019

Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Ce spectacle, c’est l’histoire de l’amitié fidèle, mais parfois émaillée de disputes, entre Lucien Guitry, Jules Renard, Tristan Bernard, Alfred Capus et Alphonse Allais. Pour ces cinq personnalités hors normes, le salon où ils se réunissaient régulièrement autour d’un dîner devenait le théâtre de brillantes joutes verbales, mais aussi de débats plutôt vifs qui auraient pu mettre à mal cette belle amitié.

Les comédiens parviennent avec brio  à donner corps et âme à ces grands esprits, avec leur verve légendaire, mais aussi leurs menus défauts. Alphonse Allais, l’amateur d’absinthe qui inventa aussi le café instantané. Tristan Bernard, le joueur invétéré également passionné de sports. Alfred Capus, journaliste et dramaturge de talent mais un peu vaniteux, rêvant d’entrer à l’Académie Française. Jules Renard, oscillant comme son théâtre entre ironie et mélancolie. Et enfin Lucien Guitry, le comédien mettant son talent au service de ses amis auteurs.
Rien ne manque dans ce spectacle (beaux décors, costumes d’époque, vraies barbes ou moustaches, et surtout bons mots) pour faire revivre devant nous la Belle Époque !
Une comédie très divertissante mais aussi émouvante parfois. À ne pas manquer.
Critique de Ruth Martinez


Mise en scène : Raphaëlle Cambray
Interprètes : Maxence Gaillard, Emmanuel Gaury, Guillaume D’Harcourt, Nicolas Poli, Mathieu Rannou
Décor : Catherine Bluwal
Lumières : Marie-Hélène Pinon
Musique et Son : Jean-Marc Istria
Costumes : Margot Déon, Leslie Pauger

Dates de tournée

25 janvier 2020 Les Mureaux (78)
28 janvier 2020 Pessac (33)
6 février 2020 Garches (92)
14 février 2020 Charly (69)
13 mars 2020 Chatel-Guyon (63)
15 mars 2020 Montauban (82)
20 mars 2020 Saint-Laurent-du-Var (83)
21 mars 2020 Pezenas (34)
24 mars 2020 Asnières-sur-Seine (92)
2, 3, 4, 5 avril 2020 Monaco
Lien vers le site de la compagnie pour les autres dates de tournée


Pour aller plus loin, sur Libre Théâtre, nous vous conseillons : 
À propos d’Alphonse Allais : Le pauvre bougre et le bon génie 
à propos de Jules Renard : biographie et oeuvre intégrale, avec notamment Monsieur Vernet, l’adaptation de l’Ecornifleur
À propos de Tristan Bernard : biographie et théâtre (l’oeuvre intégrale est en cours de traitement par Libre Théâtre. Quelques pièces sont déjà en ligne)
À propos de Lucien Guitry : Chanteclerc d’Edmond Rostand 

Commentaires fermés sur Et si on ne se mentait plus ? d’Emmanuel Gaury, Mathieu Rannou

Jouliks de Marie-Christine Lê-Huu mise en scène de Clémence Carayol

Jouliks de Marie-Christine Lê-Huu mise en scène de Clémence Carayol

Du 5 au 28 juillet à 16h45 (relâche les 9,16 et 23 juillet)
Théâtre des Lucioles – 10, rempart Saint Lazare – 84000 Avignon

Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Jouliks est une histoire d’amour, celle de Véra et Zak, racontée à hauteur d’enfant par leur fille, la Petite, au moment où les parents de Véra viennent leur rendre visite après une très longue absence. La communication entre les adultes est impossible et c’est la Petite, avec ses associations maladroites et ses raccourcis, qui exprime le mieux les sentiments et les émotions de chacun. La langue de Marie-Christine Lê-Huu est poétique, inventive et drôle, même pour décrire le drame qui se noue. Marginalité, sensualité, passion amoureuse : nous ne sommes pas très loin de Tennessee Williams, impression renforcée par la mise en scène de Clémence Carayol et l’excellent jeu des comédiens qui entourent la Petite. Eva Dumont donne à ce personnage candeur, fraîcheur et profondeur : une prestation qui nous marquera durablement.
Un spectacle à ne pas manquer.
Critique de Ruth Martinez

Metteur en scène : Clémence CARAYOL
Interprètes : Bérengère DAUTUN ancienne Sociétaire de la Comédie-Française, Eva DUMONT, France RENARD, Jean-Hugues COURTASSOL, Alain FABRE, Aurélien GOUAS

Lien vers le site du OFF pour réserver

Commentaires fermés sur Jouliks de Marie-Christine Lê-Huu mise en scène de Clémence Carayol

Maria Dolores y Habibi Starlight

Maria Dolores y Habibi Starlight

Spectacle vu en juillet 2019 à la  Factory-Théâtre de l’Oulle (Avignon 2019)

Maria Dolores y Habibi StarlightLibre Théâtre vous recommande ce spectacle

On avait beaucoup aimé Maria en diva du tango passablement déjantée (dans Maria Dolores y Amapola Quartet), on a adoré la retrouver dans ce cabaret comique mêlant à nouveau humour décapant et musique du monde, en l’occurrence du monde oriental. Maria, c’est un peu l’esprit rebelle de Brigitte Fontaine, avec le physique de rêve d’une Monica Bellucci qui aurait pris quelques kilos en trop (douze d’après elle), qui chanterait comme Oum Kalsoum et qui sortirait d’un film d’Almodovar. Bref, une femme du monde, comme sa musique. Accompagnée par les merveilleux musiciens de l’orchestre Habibi Starlight, Maria nous entraîne en musique dans un périple délirant autour de la Méditerranée, à la recherche de ses amours fantasmatiques. On pourrait passer mille et une nuit avec ce diable de femme. Vous devrez vous contenter d’une soirée. Un spectacle à ne pas manquer.
Critique de Jean-Pierre Martinez

Chant, récit : Maria Dolores
Machines, chant, Number One du Raï Sentimental : Nassim Kouti
Piano, art du silence : Samir Laroche
Percussions, chant, divination, voyance : Mounaim Rabahi
Oud, chant, séduction éphémère : Lakhdar Hanou

Dates de tournée

27 février 2020 à 20h30 à la Salle Nougaro (Toulouse)

Lien vers le  site de Maria Dolorès

 

Commentaires fermés sur Maria Dolores y Habibi Starlight

Les princesses et la lune par la Compagnie Lyrika Lab

Les princesses et la lune par la Compagnie Lyrika Lab

Spectacle vu en juillet 2019 au Forum  (Avignon OFF 2019)

Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Ne vous fiez pas au titre ! « Les princesses et la lune » n’est pas un énième conte pour les enfants, mais un vrai récital théâtralisé. Construit autour d’une sélection musicale mêlant habilement airs d’opéras et mélodies françaises, connus et moins connus, ce spectacle met bien sûr en scène la quête du prince charmant, et les inévitables épreuves qui l’accompagnent. L’humour est au rendez-vous, mais c’est surtout le talent de ces trois chanteuses lyriques, accompagnées par une pianiste tout aussi remarquable, qui font de cette féérie un des meilleurs spectacles musicaux de cette édition 2019 du OFF. À découvrir absolument, avec ou sans enfant.

Critique de Ruth Martinez

Metteur en scène : Patrick Zard’
Interprètes : Marielle Boutelier, Sarah Nardon, Margaux Loire, Ornella Bourelly, Sarah Audry

Dates de tournée

Samedi 5 Octobre 2019 à Oppède (84)
Jeudi 24 et vendredi 25 Octobre au centre Paris Anim (Paris)
Dimanche 10, 17 et 24 novembre, puis 1er, 8 et 15 décembre à l’Auguste Théâtre (Paris)

Lien vers le site de la compagnie

Commentaires fermés sur Les princesses et la lune par la Compagnie Lyrika Lab

L.U.C.A. (Last Universal Common Ancestor) de Gregory Carnoli et Hervé Guerrisi

L.U.C.A. (Last Universal Common Ancestor) de Gregory Carnoli et Hervé Guerrisi

Vu en juillet 2019 à La Manufacture (Avignon 2019)

Libre Théâtre vous recommande ce spectacle

Tu viens d’où ? Question inlassablement répétée, jour après jour, et à laquelle nous ne savons pas quoi répondre. Mes origines, est-ce là où je suis née, est-ce l’endroit où j’habite, est-ce le pays où mes parents ou leurs propres parents sont nés ? Hervé Guerrisi et Grégory Carnoli, Bruxellois et petits-fils de migrants italiens, tentent de répondre à cette interrogation en faisant appel aussi bien aux témoignages de leurs propres familles qu’aux découvertes scientifiques autour de l’épigénétique. Filiation, identité, migrations, ils s’interrogent et nous interrogent sur notre héritage et notre passé commun. Loin d’un discours moralisateur ou mièvre, ils nous racontent avec pédagogie et humour d’où nous venons. Et si finalement nous venions tous du même endroit ? Un spectacle joyeux et qui fait du bien.
Critique de Ruth Martinez

Metteur en scène : Quantin Meert
Interprètes : Hervé Guerrisi, Gregory Carnoli

Prochaines dates :
21-30 avril 2020 au Théâtre de l’Ancre à Charleroi, Belgique
5 -16 mai 2020 au Théâtre National Wallonie-Bruxelles


Lien vers le site d’Hervé Guerrisi pour les dates de tournée

 

Commentaires fermés sur L.U.C.A. (Last Universal Common Ancestor) de Gregory Carnoli et Hervé Guerrisi