Lire du Théâtre à l’heure du confinement
L'Épidémie, par J.-P. Carré, 1913. Source wikipedia

Lire du Théâtre à l’heure du confinement

Lire du Théâtre à l’heure du confinement

 

Le théâtre se lit aussi !
En attendant que les théâtres ouvrent grand leurs portes, Libre Théâtre a proposé pendant la période de confinement quelques idées de lecture, des pièces courtes, souvent peu connues, décalées, dans des genres très différents, entre humour et humour noir, piochées dans notre site et accessibles comme toujours librement.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Farces_et_Moralités#/media/File:L%27Epidémie,_par_J.-P._Carré.jpg
L’Épidémie d’Octave Mirbeau, par J.-P. Carré, 1913. 
Episode 1 : Epidémie et maladie
Episode 2 : Par la fenêtre
Episode 3 : Les leçons
Episode 4 : Les lettres

Episode 5 : Les voisins
Episode 6 : Le couple
Episode 7 : Le chien
Episode 8 : La science-fiction
Episode 9 : Au théâtre chez soi
Episode 10 : Le vélo
Episode 11 : les poissons
Episode 12 : l’écriture
Episode 13 : la forêt
Episode 14 : la photographie
Episode 15 : Théâtre et science
Episode 16 : Théâtre et masque
Episode 17 : Théâtre, travailleuses et travailleurs
Episode 18 : Théâtre et apprentissage
Commentaires fermés sur Lire du Théâtre à l’heure du confinement

Lire du théâtre – Episode 18 : Théâtre et apprentissage

Apprendre à la maison est une tâche complexe qui requiert beaucoup de patience aussi bien pour les parents, les enfants que les enseignants en charge de garantir une certaine continuité pédagogique.  Nous vous proposons une petite exploration du thème de l’apprentissage et des figures de professeurs sur le site Libre Théâtre, dans des genres toujours très différents. Cette période de confinement est aussi l’occasion d’enrichir ses propres connaissances, en suivant des enseignements disponibles en ligne. 


Le Mercure Galant ou la Comédie sans titre d’Edme Boursault (1663)

Source gallica.bnf.fr
Estampe de 1763

Le Mercure galant a été représenté pour la première fois en 1663 à la Comédie-Française et a rencontré immédiatement un très vif succès. La pièce débute par une intrigue amoureuse, qui laisse rapidement la place à une suite de tableaux satiriques mettant en scène des personnages ridicules voulant à tout prix faire l’objet d’un article dans la célèbre gazette, Le Mercure galant. Ces tableaux, s’appuyant sur différents ressorts comiques, peuvent être joués comme des saynètes. Au-delà de ses qualités dramaturgiques, cette comédie constitue également un témoignage intéressant sur la vie d’un des premiers périodiques français, en illustrant la variété des informations publiées, l’apparition des articles publicitaires, l’importance de l’audience, mais aussi les tentatives de corruption ou les trafics d’influence. On découvre notamment un professeur qui propose sans succès d’enseigner l’usage de la langue normande.
Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre


Amour et Piano de Georges Feydeau (1883)

Georges Feydeau. Dessin de Yves Marevéry (1907)

Lucile, une jeune femme  de bonne famille attend son professeur de piano et pense qu’il s’agit d’Edouard qui vient de demander à la voir. Edouard, jeune provincial qui arrive à Paris, se trompe en réalité de maison, pensant être chez une actrice légère.
Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre

 

 

 


L’Aiglon d’Edmond Rostand (1900)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8438752h/f115.item
Sarah Bernhardt dans « L’aiglon ». Source : BnF/Gallica

L’action débute en septembre 1830, au palais de Schoenbrünn en Autriche. L’Aiglon est le fils de Napoléon Ier et de Marie-Louise d’Autriche, appelé à sa naissance roi de Rome et maintenant duc de Reichstadt. Il a été élevé à la cour de son grand-père autrichien, l’Empereur Frantz, après l’abdication de Napoléon en 1815. L’Aiglon a 19 ans. Autour de lui, et malgré la vigilance du Prince de Metternich, des alliances se nouent, des complots s’organisent pour le ramener en France afin qu’il succède à son père. Mais le spectre héroïque de Napoléon hante et écrase le jeune homme, idéaliste et rêveur. Il a une santé fragile et ne se sent pas prêt : il craint de ne pas être à la hauteur. Quand Flambeau, un ancien grognard de l’armée napoléonienne, le convainc de fuir l’Autriche pour rejoindre Paris, il est arrêté.
Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre


Monsieur Vernet de Jules Renard (1903)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6136700j
Illustration de Maillaud extraite de l’édition Fayard de 1911. Source BnF/Gallica

Monsieur et Madame Vernet se prennent d’amitié pour un jeune artiste, Henri Gérard. La famille Vernet doit partir pour deux mois au bord de la mer et M. Vernet propose à Henri de les accompagner. L’entourage est conquis par ce beau jeune homme, qui s’éprend de Mme Vernet et lui déclare sa flamme.
En adaptant pour le théâtre son célèbre roman L’Écornifleur, Jules Renard met en scène dans cette comédie en deux actes des personnages ordinaires, mais sensibles. Entre humour et mélancolie, l’écriture, ramassée et précise, évoque avec subtilité les relations d’un couple.
Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre


Strip Poker de Jean-Pierre Martinez (2011)

Strip Poker

Inviter ses nouveaux voisins pour faire connaissance : un pari risqué qui peut coûter cher et donner lieu à une comédie poker où chacun doit mettre carte sur table… 

Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre (les versions en anglais, espagnol, allemand, portugais de cette pièce sont également téléchargeables gratuitement).

 


Et ailleurs sur le web

MOOC « Lire le théâtre »

L’Académie Charles-Dullin propose un MOOC « Lire le théâtre ». Ce cours, porté par Stanislas Nordey, écrit par Pauline Bouchet et Jean-Pierre Ryngaert, retrace les évolutions de l’écriture théâtrale de l’antiquité à nos jours, s’intéresse aux  différents niveaux de lecture d’un texte dramaturgique et propose un panorama de l’édition théâtrale en France et dans le monde.  Plusieurs interviews de metteurs en scène et de dramaturges complètent les exposés. Ce MOOC s’adresse aux passionnés de théâtre et aux apprentis metteurs en scène.  (Tarif spécial confinement : 15€ – 60€ pour 6 Mooc autour de la mise en scène et la production de spectacles) Des formations certifiantes sont aussi possibles.  Lien pour en savoir plus


Représentations en direct

La Femme de ma vie d’Andrew Payne, adaptation et jeu Robert Plagnol

Pour continuer à faire vivre le théâtre, Robert Plagnol vous invite à une représentation en direct jeudi, vendredi ou samedi à 19 heures.

Croquis sur vif pendant la représentation par Bénédicte Roullier, lescroquis.fr

Robert Plagnol donne corps à ce personnage très « écrit » de macho passablement border line, et parvient à susciter l’empathie en révélant la fragilité d’un «gorille» au destin tragique, qui ne craint qu’une personne sur Terre, son père, et qui n’a pour seul espoir de s’en sortir que la femme de sa vie.
Seul, muni de son smartphone, il joue de façon magistrale avec les codes du théâtre et du cinéma. Une performance remarquable à ne pas manquer en cette période de confinement.
Voir la critique du spectacle sur Libre Théâtre (Avignon 2018)
Pour y assister gratuitement, rendez-vous sur ZOOM dès 18h45 : cliquez sur ce lien  (attention les retardataires ne pourront pas assister à cet événement).


Le théâtre se lit aussi ! En attendant que les théâtres ouvrent de nouveau leurs portes et que l’on se précipite tous ensemble dans les salles, petites et grandes, pour profiter du spectacle toujours vivant, Libre Théâtre vous propose chaque jour quelques idées de lecture : des pièces, souvent peu connues, décalées, dans des genres très différents, piochées sur notre site et accessibles comme toujours librement, ainsi que quelques pépites littéraires, cinématographiques ou télévisuelles, récoltées sur le web.
Tous les textes sur Libre Théâtre sont libres de droit de représentation, à l’exception des pièces de Jean-Pierre Martinez
 (accessibles librement à la lecture, mais soumises aux droits de représentation, gérés par la SACD).

Commentaires fermés sur Lire du théâtre – Episode 18 : Théâtre et apprentissage
Lire du théâtre – Episode 17 : Théâtre, travailleuses et travailleurs
Justicia par Victor Hugo. (C) RMN-Grand Palais / Agence Bulloz. Source : RMN

Lire du théâtre – Episode 17 : Théâtre, travailleuses et travailleurs

En ce Premier Mai très particulier, Libre Théâtre s’intéresse au monde du travail à travers les textes présents sur son site.
Cette lettre d’information est dédiée aux travailleurs actuellement en première ligne : infirmières, aides-soignants, médecins, pharmaciens, éducateurs,  caissières, éboueurs, agents d’entretien, facteurs, pompiers, policiers, livreurs, conducteurs de métro et de bus… et toutes celles et ceux qui œuvrent dans l’ombre.

Petit plus pour les lecteurs de la Lettre de Libre Théâtre : Robert Plagnol joue en direct pour vous les jeudis, vendredis et samedis à 19h, La Femme de ma vie, d’Andrew Payne, un spectacle que nous avions vu à Avignon en 2018.


Mille francs de récompense de Victor Hugo (1866)

http://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/victor-hugo_justitia_crayon-graphite_plume-dessin_pinceau-dessin_encre-brune_lavis_lavis-d-encre-de-chine_fusain_rehauts-de-gouache?force-download=411122
Justicia par Victor Hugo. (C) RMN-Grand Palais / Agence Bulloz. Source : RMN

Un hiver glacial et enneigé des années 1820, à Paris. Pourchassé par la police, Glapieu en cavale, se réfugie dans un appartement sinistre où vivent Zucchimo, un vieil homme ruiné et malade, sa fille et sa petite-fille. Arrive Rousseline, agent d’affaires d’un riche banquier, le baron de Puencarral. Au nom de son patron, et pour une dette inférieure à quatre mille francs, Rousseline, accompagné d’huissiers, va faire procéder à la saisie des meubles. Mais il a un projet en tête et propose un marché aux deux femmes : il renoncera à la saisie, en échange de la main de Cyprienne….
Quatre ans après Les Misérables, Victor Hugo dénonce à nouveau l’injustice et la misère sociale à travers le regard ironique de Glapieu, voleur, poète et humaniste qui incarne paradoxalement la probité, mélange de Gavroche et de Jean Valjean.
Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre


Les Corbeaux de Henry Becque (1882)

http://www.nga.gov/content/ngaweb/Collection/art-object-page.93967.html
Les Honnêtes femmes; Conférence, Poésies inédites d’Henry Becque. Source : NGA Image

Vigneron, un industriel prospère, coule des jours heureux, entouré de sa femme, de leurs trois filles, Blanche, Marie et Judith et de son fils. Hélas, Vigneron meurt brusquement. Teissier, l’ancien associé, Bourdon le notaire et Lefort l’architecte s’entendent pour spolier et ruiner la famille. Le fils s’engage dans l’armée et les quatre femmes se retrouvent totalement démunies. Aucune aide ne viendra, ni du fiancé de Blanche, qui rompt toute relation sous la pression de sa mère, ni du jeune professeur de musique de Judith. La seule issue sera le sacrifice de Marie, qui accepte d’épouser le vieil associé Teissier :  le vieux corbeau protégera désormais la famille des rapaces qui continuent à roder.
Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre


Les Mauvais Bergers d’Octave Mirbeau (1897)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53094810t/f77
Le bon berger, O. Mirbeau, fustige les mauvais bergers : Ch. Léandre. Source BnF/Gallica

L’histoire tragique d’une grève ouvrière, lancée par Jean Roule, ouvrier anarchiste, et Madeleine Thirieux, qui vient de perdre sa mère, morte d’épuisement. Malgré les tentatives de conciliation du fils du patron, Robert Hargand, on envoie la troupe. 
Une tragédie sociale évitant tout manichéisme et un témoignage poignant sur la lutte des ouvriers pour améliorer leurs conditions de travail.
Texte intégral sur Libre Théâtre

et quelques comédies malgré tout


Frisette d’Eugène Labiche et Auguste Lefranc (1846)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53066341c
Caricature d’Eugène Labiche pour le Panthéon Nadar. Source : BnF/Gallica

Pour faire fonctionner sa petite entreprise, Mme Ménachet, ingénieuse  logeuse, a trouvé moyen de louer la même chambre à deux personnes qui ne se connaissent pas :  Frisette est ouvrière en dentelles et travaille la journée alors que Gaudrion est boulanger et travaille la nuit… Tout fonctionne pour le mieux, jusqu’au jour où l’un et l’autre se retrouvent face à face découvrant ainsi la supercherie… Ils ont été victimes tous les deux d’aventures amoureuses qui se sont mal terminées et ne sont pas prêts à faire confiance à une personne de l’autre sexe.
Texte intégral sur Libre Théâtre

 


Cent millions qui tombent de Georges Feydeau (1911)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b85969490
Cassive, dans l’Album Reutlinger

John, domestique de Paulette, une jeune femme peu agréable avec les gens de maison, essaie de convaincre ses collègues, Isidore et Philomèle de se syndiquer, lorsque leur maîtresse surgit. Son amant d’un soir Snobinet, un comédien du théâtre Sarah Bernhardt, est encore dans la chambre quand soudain Serge, qui entretient Paulette, arrive de manière impromptue de Monte-Carlo. Serge découvre qu’il a été trahi et apprend à Paulette qu’il est ruiné. Un message arrive pour le domestique Isidore: il vient d’hériter de cent millions… Toutes les relations sociales se trouvent bouleversées par cette nouvelle.  Une comédie inachevée de Feydeau.
Texte des deux premiers actes sur Libre Théâtre


Crise et châtiment de Jean-Pierre Martinez (2012)

Crise et châtimentUn comédien au chômage, recruté par une banque en faillite, découvre qu’il a été engagé pour faire office de bouc émissaire. Mais le cauchemar ne fait que commencer…
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre

 

 

 

 


Et ailleurs sur le web – Représentations en direct

La Femme de ma vie d’Andrew Payne, adaptation et jeu Robert Plagnol

Pour continuer à faire vivre le théâtre, Robert Plagnol vous invite à une représentation en direct.

Derrière la fenêtre de l’appartement obscur où il se cache, Franck attend la femme de sa vie. Celle qui le sauvera des conséquences fâcheuses de la dernière embrouille dans laquelle il s’est fourré, dans l’espoir de sortir de sa condition de chauffeur de maître pour se faire une place au soleil parmi les nantis peu scrupuleux qui l’emploient. En attendant l’arrivée providentielle de son ange gardien, qui tarde à venir, Franck nous raconte les circonstances qui l’ont conduit dans cette situation délicate. Il faut dire que sa vie entière n’est qu’une suite sans fin de situations délicates. Car Franck est un drôle de type. Il lit des livres, mais c’est  un impulsif. Il sait se servir de sa tête mais en dernier recours, la solution à tous ses problèmes reste toujours un bon coup de boule.
Seul, muni de son smartphone, Robert Plagnol joue de façon magistrale avec les codes du théâtre et du cinéma. Une performance remarquable à ne pas manquer en cette période de confinement.
Voir la critique du spectacle sur Libre Théâtre (Avignon 2018)
Les représentations se déroulent les jeudis, vendredis et samedis à 19H en direct sur Zoom.
Pour réserver et recevoir le lien, envoyez un message à : lafemmedemavie@orange.fr   


Le théâtre se lit aussi ! En attendant que les théâtres ouvrent de nouveau leurs portes et que l’on se précipite tous ensemble dans les salles, petites et grandes, pour profiter du spectacle toujours vivant, Libre Théâtre vous propose chaque jour quelques idées de lecture : des pièces, souvent peu connues, décalées, dans des genres très différents, piochées sur notre site et accessibles comme toujours librement, ainsi que quelques pépites littéraires, cinématographiques ou télévisuelles, récoltées sur le web.
Tous les textes sur Libre Théâtre sont libres de droit de représentation, à l’exception des pièces de Jean-Pierre Martinez
 (accessibles librement à la lecture, mais soumises aux droits de représentation, gérés par la SACD).

Commentaires fermés sur Lire du théâtre – Episode 17 : Théâtre, travailleuses et travailleurs
Lire du théâtre – Episode 16 : Théâtre et masque
Comédie-Française. Hernani. Acte III. Scène VI : Don Ruy Gomez, à don Carlos ...J'ai promis l'une ou l'autre. N'est-il pas vrai, vous tous ? Je donne celle-ci ; Prenez-la : [estampe] / Dessin de M. Brun ; gravure de M. Dutheil 1877. Source : BnF/Gallica

Lire du théâtre – Episode 16 : Théâtre et masque

Masque du spectacle L’Âge d’or – Théâtre du Soleil

Le masque va devenir dans les prochains jours l’accessoire indispensable de nos sorties. Malheureusement les masques de théâtre ou de carnaval ne présentent pas de protection suffisante et nous ne verrons pas de Capitaine Matamore ou d’Arlequin dans les rues.
Dans le théâtre grec et romain, les masques représentent davantage des archétypes (le vieillard, le serviteur…) que des personnages, même si on trouve des masques individuels pour des héros bien identifiés (Œdipe) ou des contemporains connus des spectateurs. Au Moyen-Âge, les drames liturgiques, les « Miracles » et autres « Jeux » ne se prêtent pas à l’utilisation de masques, qui sont portés dans les fêtes populaires et les carnavals, notamment lors de la Fête des fous.
C’est avec le développement de la Commedia dell’Arte que le masque revient au théâtre. Les troupes, composées d’acteurs professionnels, improvisent des pièces à partir de quelques canevas mettant en scène des personnages stéréotypés. À l’exception des titulaires des rôles d’amoureux, tous les acteurs portent des masques. Influencé par les Comédiens Italiens, Molière utilise dans quelques pièces des masques (pour le rôle de Mascarille par exemple, dans Les Précieuses ridicules) et fait réaliser, pour L’Amour médecin, des masques représentant quelques médecins célèbres de l’époque. Au XVIIIème siècle, le théâtre de Marivaux se place sous le signe du masque et du travestissement. Au siècle suivant, le masque, permettant l’anonymat et le mystère, est très présent dans le drame romantique, que ce soit dans l’œuvre de Victor Hugo ou d’Alfred de Musset. C’est ensuite dans la deuxième moitié du XXe siècle que le masque au théâtre connaît un nouvel essor avec les mises en scène de Jacques Lecoq, Giorgio Strehler, Antoine Vitez ou Ariane Mnouchkine. Le masque est ainsi une discipline de base au Théâtre du Soleil : « Nous nous sommes aperçus que le masque imposait un tel travail sur le signe théâtral, sur la façon de représenter les choses, qu’il constituait une discipline de base et cette discipline nous est devenue indispensable. »


Hernani de Victor Hugo (1830) 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8406126h/f4
Hernani. Les feux de la rampe. 1830. Source : BnF/Gallica

Le roi d’Espagne Don Carlos s’introduit la nuit dans la chambre de Doña Sol dont il est secrètement amoureux. Caché dans une armoire, il assiste à la rencontre entre Doña Sol et Hernani, un banni. Hernani, fils d’un homme décapité sur ordre du père de Don Carlos, s’est promis de venger son propre père. Doña Sol aime Hernani mais elle est fiancée à son oncle sexagénaire, Don Ruy Gomez de Silva.
Lien vers le texte intégral de la pièce et la chronique autour de l’œuvre


Lucrèce Borgia de Victor Hugo (1833)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8436362w/f62.item
Mlle Georges dans le rôle de Lucrèce Borgia. 1837. Source : BnF/Gallica

Sur Ferrare règne la vénéneuse Lucrèce Borgia, femme de pouvoir aux mains tachées de sang et coupable d’inceste, ajoutant aux crimes des Borgia celui de fratricide. Gennaro, fruit de son union avec son frère, ignore l’identité de ses parents. Lors d’un bal à Venise, il courtise une belle masquée, avant de découvrir avec horreur le visage de Lucrèce,
tremblante d’amour pour ce fils qu’elle approche en secret, dissimulée dans la féerie du carnaval. Piquée par l’affront des amis de Gennaro qui l’ont démasquée, et soupçonnée d’adultère par son mari Don Alphonse, Lucrèce enclenche une terrible vengeance dont l’implacable dessein ne peut être qu’inextricablement lié à la destinée de son fils.
Lien vers le texte intégral de la pièce
À ne pas manquer sur la chaîne de la Comédie Française (et sur Facebook) la mise en scène  de Denis Podalydès Mardi 28 avril à 20h30 


La Nuit vénitienne ou les noces de Laurette d’Alfred de Musset (1830)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b22002305/f33
Illustrations pour les oeuvres d’Alfred de Musset/ Eugène Lami, peintre ; Adolphe Lalauze, graveur 1883. Source : BnF/Gallica

Razetta, noble vénitien à demi ruiné, aime Laurette. Mais son tuteur l’a promise au prince allemand d’Eysenach. Razetta menace de se tuer si Laurette ne le suit pas ou si elle ne tue pas le Prince avec le stylet qu’il lui remet.
Texte intégral sur Libre Théâtre

 

 

 


Lorenzaccio d’Alfred de Musset  (1834)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9016289w/f1.item
Sarah Bernhardt Théâtre de la Renaissance. Affiche de Mucha.

Florence, janvier 1537. Lorenzo, un jeune idéaliste, veut renverser son cousin Alexandre de Médicis, qui règne en tyran sur Florence, et favoriser la restauration de la république. Afin d’être au plus près d’Alexandre, Lorenzo s’est transformé en débauché. Parallèlement, deux autres intrigues sont développées : la marquise Cibo, espionnée par son beau-frère le cardinal Cibo, est courtisée par Alexandre et souhaite influencer sa politique. Côté républicain, les familles sont bannies et essaient vainement de s’organiser ; les Strozzi luttent pour préserver l’honneur de la fille de la famille, Louise. Lorenzo assassine son cousin mais échoue à déclencher une révolte du côté des républicains. Sa tête est mise à prix et il sera à son tour assassiné.
Texte intégral et iconographie sur Libre Théâtre


Quarantaine de Jean-Pierre Martinez (2020)

Quatre personnes qui ne se connaissent pas se retrouvent malgré elles placées en quarantaine dans ce qui s’avère être un théâtre désaffecté. Derrière une vitre imaginaire, des gens (les spectateurs) les observent. Les présumés malades s’interrogent. Par quel virus auraient-ils bien pu être contaminés ? Que risquent-ils exactement ? Quand et comment tout cela va-t-il se terminer ? On comprend peu à peu que ce huis-clos se situe dans un futur proche où Big Brother règne en maître, et que la raison de cette quarantaine n’est peut-être pas strictement médicale.
Lien pour télécharger intégralement et gratuitement la pièce


Et ailleurs

Le Théâtre du Soleil

Le Théâtre du Soleil met à disposition tous ses spectacles dont notamment Molière (le film complet de 4h) sur la plateforme vimeo.
À lire sur le site du Théâtre du Soleil :
Le Masque, une discipline de base au théâtre du soleil
Le spectacle l’Âge d’Or


À ne pas manquer  quand vous pourrez aller au théâtre (et à programmer)

Betún par la Compagnie Teatro Strappato

Que des enfants doivent vivre seuls, livrés à eux-mêmes et à la merci des adultes, dans les jungles urbaines les plus misérables du monde est une vérité effroyable qu’on préfère ignorer tant elle est difficile à concevoir dans toute son horreur. Il n’y a pas de pire violence que celle qui s’exerce sur des êtres sans défense, qui n’ont ni toit, ni biens, ni famille. Des êtres qui souvent n’ont même pas d’état civil. Des êtres donc qui officiellement n’existent pas. Des êtres sans nom qui ne sont rien. Que peut-on encore voler à un orphelin qui n’a rien ? Son intégrité même. Ses derniers espoirs. Son innocence. Son corps. Ses organes. Et finalement son âme. C’est cette inconcevable réalité qui nous est décrite dans ce spectacle muet, par la seule puissance du geste et du masque. Car il n’y a pas de mots assez forts pour décrire la négation de l’humain à travers le martyre d’un enfant. Soyons clairs, Betún est un spectacle sur les enfants. Pas un spectacle pour enfant. Même si c’est aussi un très beau spectacle, c’est avant tout un spectacle bouleversant, engagé et courageux, appelant à une prise de conscience.
Lien vers la recommandation de Libre Théâtre


Le théâtre se lit aussi ! En attendant que les théâtres ouvrent de nouveau leurs portes et que l’on se précipite tous ensemble dans les salles, petites et grandes, pour profiter du spectacle toujours vivant, Libre Théâtre vous propose chaque jour quelques idées de lecture : des pièces, souvent peu connues, décalées, dans des genres très différents, piochées sur notre site et accessibles comme toujours librement, ainsi que quelques pépites littéraires, cinématographiques ou télévisuelles, récoltées sur le web.
Tous les textes sur Libre Théâtre sont libres de droit de représentation, à l’exception des pièces de Jean-Pierre Martinez
 (accessibles librement à la lecture, mais soumises aux droits de représentation, gérés par la SACD).

Commentaires fermés sur Lire du théâtre – Episode 16 : Théâtre et masque
Lire du théâtre – Episode 15 : Théâtre et science
Caricature du docteur Eugène Doyen dans La Vie ardennaise illustrée. Journal artistique et littéraire. Source : wikimedia

Lire du théâtre – Episode 15 : Théâtre et science

Libre Théâtre continue, pendant cette période de confinement, à rechercher et dénicher des textes de théâtre peu connus, puis à les traiter.
Nous avons choisi de nous intéresser à la Nouvelle Idole de François de Curel, un drame mettant en scène un médecin qui, pour mieux connaître le cancer et le guérir, choisit de commettre un acte irréparable. La pièce a été créée au Théâtre Antoine en 1899. Au-delà de cette intrigue, illustrant les trois concepts qui, selon l’auteur, permettent à l’homme de s’élever (la Science, la Foi et l’Amour), cette pièce est aussi l’occasion de se replonger dans un mouvement théâtral apparu au XIXème siècle, le naturalisme, de s’intéresser aux travaux de mise en scène d’André Antoine, le créateur du Théâtre-Libre, ainsi qu’au médecin qui a inspiré cette histoire.
Pour poursuivre l’exploration de ce thème, nous vous recommandons vivement demain 21 avril, sur la chaîne de la Comédie-Française, la Vie de Galilée de Bertolt Brecht, mise en scène d’Antoine Vitez.
Nous venons également de mettre en ligne la nouvelle pièce de Jean-Pierre Martinez, Brèves du temps qui passe, une comédie à sketchs inspirée par la période étrange que nous vivons actuellement.


La Nouvelle Idole de François de Curel

Caricature du docteur Eugène Doyen dans La Vie ardennaise illustrée. Journal artistique et littéraire.

Albert Donnat, médecin réputé et professeur à l’Ecole de médecine, a commis un acte irréparable. Travaillant sur le cancer et soignant une jeune religieuse phtisique dont le diagnostic laisse présager sa mort prochaine, il lui inocule une tumeur pour en pouvoir suivre l’évolution. Le scandale de ses expérimentations humaines est dévoilé par la presse. Sa femme le rejette violemment, dans un premier temps, et essaie de trouver du réconfort auprès d’un jeune psychologue expérimental. La jeune fille guérit miraculeusement de sa phtisie, après avoir bu de l’eau de Lourdes, sans savoir qu’elle va bientôt mourir d’un autre mal : le savant constate que le cancer « inoculé » se développe à grande vitesse dans le corps de la patiente. Albert décide alors de s’injecter à son tour les cellules cancéreuses.
Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre et le contexte de sa création


Brèves du temps qui passe de Jean-Pierre Martinez


Depuis la préhistoire jusqu’à la fin du monde, quelques instantanés de nos vies dérisoires.

Comédie à sketchs. 12 sketchs en duo (hommes ou femmes)

Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre

 

 


Et ailleurs sur le web

La Vie de Galilée de Bertolt Brecht – mise en scène d’Antoine Vitez

«Aujourd’hui, dix janvier 1610, l’humanité inscrit dans son journal : ciel aboli »
Spectacle filmé au Théâtre de la Porte Saint-Martin en juillet 1991
À ne pas manquer sur la chaîne de la Comédie-Française (sur YouTube ou Facebook), Mardi 21 avril à 20h30 


Sur une thématique proche, lire aussi le premier épisode de cette série, consacré aux épidémies et à la maladie.


Le théâtre se lit aussi ! En attendant que les théâtres ouvrent de nouveau leurs portes et que l’on se précipite tous ensemble dans les salles, petites et grandes, pour profiter du spectacle toujours vivant, Libre Théâtre vous propose chaque jour quelques idées de lecture : des pièces, souvent peu connues, décalées, dans des genres très différents, piochées sur notre site et accessibles comme toujours librement, ainsi que quelques pépites littéraires, cinématographiques ou télévisuelles, récoltées sur le web.
Tous les textes sur Libre Théâtre sont libres de droit de représentation, à l’exception des pièces de Jean-Pierre Martinez
 (accessibles librement à la lecture, mais soumises aux droits de représentation, gérés par la SACD).

Commentaires fermés sur Lire du théâtre – Episode 15 : Théâtre et science
Lire du théâtre – Episode 14 : la photographie
M. Feydeau : [photographie, tirage de démonstration] / [Atelier Nadar]. Source : BnF/ Gallica

Lire du théâtre – Episode 14 : la photographie

La période de confinement est l’occasion de faire du rangement, de classer ce qu’on a laissé s’entasser, chez soi ou sur son ordinateur. Le tri des photographies numériques ou argentiques, loin d’être fastidieux,  procure beaucoup d’émotions, entre évasion et nostalgie. Cette activité fournit le prétexte d’explorer aujourd’hui l’utilisation des photographies dans le théâtre du XIXème et du début du XXème siècle.

Cette chronique a aussi été inspiré par une exposition virtuelle de la Bibliothèque nationale de France et par un documentaire diffusé sur Arte, tous deux consacrés à Nadar. Félix Nadar est très présent sur le site Libre Théâtre et nous permet d’illustrer les œuvres du XIXème siècle grâce à ses caricatures (Labiche, Pierrot Posthume de Théophile Gauthier) et bien sûr ses célèbres portraits photographiques, réalisés par lui-même, son frère ou son fils au sein de l’Atelier Nadar (George Sand, Emile Zola, Sarah Bernhardt…).


Eugène Labiche était un ami très proche de Nadar et il a utilisé les photographies comme accessoires dramatiques dans plusieurs pièces.

Célimare le bien aimé d’Eugène Labiche (1863)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6400795j
Portrait de Lhéritier  dans le rôle de Vernouillet / par Lhéritier, 1873. Source : BnF/ Gallica

Célimare, séducteur bourgeois et hypocrite de 47 ans, décide de se ranger en épousant Emma, une jeune fille qui a 18 ans. Mais les maris de ses anciennes conquêtes, Vernouillet et Bocardon, qu’il avait amadoués pour mieux les tromper, sont toujours sous son charme, et lui compliquent sérieusement et bien involontairement l’existence. Tout au long de la pièce, Vernouillet ne cesse d’offrir une photographie de lui : « J’ai fait faire ma photographie. (Il tire des porte-cartes de sa poche.) Et je n’ai point oublié ces dames… il y en aura pour tout le monde. »
Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre

 

 


Le Cachemire X. B. T. d’Eugène Labiche et Eugène Nus (1870)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10535599b
Labiche par Nadar (entre 1854-1870). Source : BnF/ Gallica

Lobligeois et Rotanger ont une belle boutique et une bonne enseigne : « Au Castor Laborieux ». Mais ils ne cessent de se disputer depuis qu’ils se sont mariés, et les épouses mettent de l’huile sur le feu… La dispute se concentre sur le cachemire X.B.T. dont personne ne veut : c’est un joli châle pour l’un, une horreur pour l’autre… La réconciliation se fera grâce à la photographie d’une femme.
Lien vers le texte intégral de la pièce 

 


L’Amour de l’art d’Eugène Labiche (1877)

Antoine, le nouveau domestique de la Comtesse, est bien savant… La Comtesse est intriguée : elle redoute qu’il soit un voleur et demande des renseignements à son ancien employeur. Mais celui-ci lui envoie la photographie d’un autre.

Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre


La Lycéenne de Georges Feydeau (1887)

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531760462
M. Feydeau  / Atelier Nadar. Source : BnF/ Gallica

Monsieur et Madame Bichu veulent marier leur fille, Finette, lycéenne de 17 ans, à Saboulot, un professeur de physique de 47 ans. Finette refuse ce mariage : elle est amoureuse d’Apollon Bouvard,  jeune peintre désargenté, qui s’introduit dans la maison de la jeune fille au moment de la signature du contrat de mariage. Apollon et Finette font tout pour empêcher cette signature : Finette est renvoyée au pensionnat, où elle provoque la révolte des lycéennes… Un vaudeville opérette dans lequel les jeunes filles prennent les armes et refusent les mariages arrangés…
« C’est curieux comme toutes les femmes se laissent prendre aux vers. Au fait, si, en post-scriptum, je lui demandais sa photographie. Sois gentille, belle chérie… Envoie-moi ta photographie… Tiens ! c’est encore en vers… et ils sont de moi, ceux-là. Photographie… Comment ça s’écrit photographie, pho-to-gra-phie combien d’h. Qui est-ce qui sait comment s’écrit photographie ? »
Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre


Renée d’Émile Zola (1887)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8596907n/f25.item
Marthe Brandes qui jouait le rôle de Renée. Album Reutlinger. Source : BnF/Gallica

Un drame qui a fait l’objet de nombreuses polémiques.
Renée est une jeune fille qui a été violée par un homme marié. La fidèle domestique  de Renée fait croire à son père qu’elle a fauté avec un homme qu’elle se doit d’épouser. Aristide Saccard, qui a déjà un jeune fils, Maxime, un homme ambitieux mais sans aucun bien accepte de se prêter à ce jeu. conclut le marché avec Renée et son père, désespéré par cette situation.  Nous les retrouvons dix ans après : Aristide Saccard a fait fructifier la dot de Renée et est devenu un bourgeois prospère. Renée reçoit beaucoup et a de somptueuses robes. Elle souffre toutefois d’un mal qui la ronge : elle découvre qu’elle est passionnément amoureuse de Maxime, le fils d’Aristide Saccard, qui doit prochainement se fiancer et lui a montré la photographie de sa promise.
Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre


L’Etrangleuse de Tristan Bernard (1908)

La Comtesse est seule dans son château avec son vieux serviteur de 97 ans et sa servante, Florentine, qui s’avère être une étrangleuse, placée dans cette maison il y a six mois par la Société des Etrangleurs du grand Monde, pour dévaliser la Comtesse. Avec l’aide du Grand Bibi, elle tente de voler un coffret rempli de bijoux. Mais rien ne se passe comme prévu. Et à la dernière scène, une photographie renverse la situation.

Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre


Photo de famille de Jean-Pierre Martinez (2006)

Photo de familleDeux frères et deux sœurs qui ne se voient plus guère se retrouvent une dernière fois dans la maison de vacances familiale pour la vendre, après le décès de leur mère. Mais les comptes qu’ils ont à régler ne sont pas seulement financiers…

Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre

 


Et ailleurs

À propos de Nadar

Un excellent documentaire consacré à Nadar sur le site Arte (disponible jusqu’au 5 mai 2020)
Une superbe exposition de la BnF consacré aux Nadar, Les Nadar une légende photographique accessible en ligne (et un court reportage sur le site d’Arte )


Le théâtre se lit aussi ! En attendant que les théâtres ouvrent de nouveau leurs portes et que l’on se précipite tous ensemble dans les salles, petites et grandes, pour profiter du spectacle toujours vivant, Libre Théâtre vous propose chaque jour quelques idées de lecture : des pièces, souvent peu connues, décalées, dans des genres très différents, piochées sur notre site et accessibles comme toujours librement, ainsi que quelques pépites littéraires, cinématographiques ou télévisuelles, récoltées sur le web.
Tous les textes sur Libre Théâtre sont libres de droit de représentation, à l’exception des pièces de Jean-Pierre Martinez
 (accessibles librement à la lecture, mais soumises aux droits de représentation, gérés par la SACD).

Commentaires fermés sur Lire du théâtre – Episode 14 : la photographie
Lire du théâtre – Episode 13 : la forêt
Victor Hugo (1802-1885). "Arbre couché par le vent". Paris, Maison de Victor Hugo.

Lire du théâtre – Episode 13 : la forêt

#ConfinementJour25
Le beau temps à l’heure du confinement invite l’esprit à vagabonder et à rêver. Nous continuons donc l’exploration de la nature à travers les textes de Libre Théâtre et avons choisi aujourd’hui une balade dans les forêts. Des textes romantiques, engagés, drôles ou fantastiques.

La Forêt mouillée de Victor Hugo (1854)

Victor Hugo (1802-1885). « Arbre couché par le vent ». 1866 Maison de Victor Hugo

Comédie en un acte et en vers, publiée dans le recueil Théâtre en Liberté. Dénarius, déçu par les femmes se réfugie dans la forêt juste après la pluie; il s’abandonne à l’apparente beauté d’une nature idyllique, pleine de paix et d’harmonie. Mais bien vite la branche d’arbre, la rose, le moineau, le ruisseau, le caillou… s’amusent de lui et tournent en dérision les résolutions du jeune homme. C’est alors qu’apparaissent deux silhouettes féminines… 
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre


La Dame aux jambes d’azur d’Eugène Labiche (1857)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6400860p
Labiche, Luguet, Ravel et Lhéritier : portrait par Lhéritier 1867. Source : Bnf/Gallica

Le théâtre représente une forêt, un arbre isolé se détache au milieu de la scène. Ouverture musicale, lever de rideau sur la scène du Théâtre du Palais-Royal et l’annonce que, faute d’une préparation suffisante, la première de La Dame aux jambes d’azur est remplacée par une répétition publique ! L’auteur, le comédien Arnal, est alors confronté à un invraisemblable enchaînement d’imprévus : le souffleur est remplacé au pied levé par un machiniste analphabète, l’interprète de la princesse mange une saucisse et achève son tricot, son confrère Ravel commente et critique sa pièce, le doge de Venise cherche un appartement dans tout Paris… Une critique du monde du théâtre.
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre


La Grand’mère de Victor Hugo (1865)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8402876k/f1.item
Représentation de la Grand’Mère au Théâtre de l’Odéon. 26-02-1902. Source Gallica

Comédie en un acte et en vers, publiée également dans le recueil Théâtre en Liberté. Le duc Charles est proscrit. Il s’est « mésallié » en épousant Emma Gemma qu’il aime. Il a fui la cour et habite retiré dans une forêt avec sa femme et ses trois enfants. Sa mère, la Duchesse de Hanovre, apprend sa cachette et se rend sur les lieux avec le bailli Herr Groot, déterminée à l’emprisonner et à enfermer au couvent sa femme. Mais elle aperçoit d’abord les trois enfants ; sa colère s’apaise, sa tendresse de grand-mère s’éveille…
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre


Pelléas et Mélisande de Maurice Maeterlinck (1892)

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53117195j
Gravure de Jean Donnay. Source : Gallica

Le prince Golaud se perd dans une forêt et rencontre Mélisande en pleurs au bord d’une fontaine. Sa couronne est tombée mais elle ne veut pas la reprendre. Golaud la console et la convainc de partir avec elle. Il l’épouse et revient six mois après dans le royaume d’Allemonde où règne Arkël, son grand-père, et où vit Geneviève, sa mère. Mélisande rencontre Pelléas, le jeune demi-frère de Golaud. Ils tombent amoureux peu à peu l’un de l’autre, sans oser en parler. Amour pur, interdit et mortel face à la folle jalousie de Golaud.
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre


Les Mauvais Bergers d’Octave Mirbeau (1897)

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Les_mauvais_bergers.jpgL’histoire tragique d’une grève ouvrière, lancée par Jean Roule, ouvrier anarchiste, et Madeleine Thirieux, qui vient de perdre sa mère, morte d’épuisement. Malgré les tentatives de conciliation du fils du patron, Robert Hargand, on envoie la troupe. 
L’acte IV se passe à un carrefour, dans la forêt, à la tombée de la nuit. 
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre

 


Le principal témoin de Georges Courteline (1904)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61500084
Illustration de Barrère, parue dans l’Illustre Piégelé. Source : BnF/ Gallica

Saynète (décrite comme une tragédie) en vers mêlée de prose. 
Une clairière dans la forêt de Saint-Germain. Alors que le combattant Grenouillot se prépare à un duel, en déclamant des vers, le principal témoin ne cesse de jacasser, sans que l’on entende ses propos…
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre

 

 

 

 


Après nous le déluge de Jean-Pierre Martinez (2019)

Sur une Terre devenue inhabitable en raison du réchauffement climatique, une humanité à l’agonie vit ses dernières heures. Deux hommes et deux femmes s’apprêtent à s’élancer dans un vaisseau spatial vers la planète inconnue qui pourrait leur servir d’ultime refuge. La mission de ces quatre « élus » : donner à l’Humanité une chance de se perpétuer après avoir causé sa propre perte par sa folie autodestructrice. Mais une telle humanité mérite-t-elle vraiment d’être sauvée ? Tous ne sont pas d’accord…
Une tragi-comédie écologique
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre


Et ailleurs, sur le site de la Cinémathèque 

La Chute de la maison Usher de Jean Epstein (1928)

D’après Edgar Allan Poe.
Lord Roderick Usher, inquiet pour sa compagne, souffrante, accueille dans sa demeure à l’atmosphère étrange et oppressante un ami d’enfance, après l’avoir appelé à l’aide. Un chef d’œuvre  du cinéma à redécouvrir.
Lien vers le site de la Cinémathèque française  #CultureChezNous 



Le théâtre se lit aussi ! En attendant que les théâtres ouvrent de nouveau leurs portes et que l’on se précipite tous ensemble dans les salles, petites et grandes, pour profiter du spectacle toujours vivant, Libre Théâtre vous propose chaque jour quelques idées de lecture : des pièces, souvent peu connues, décalées, dans des genres très différents, piochées sur notre site et accessibles comme toujours librement, ainsi que quelques pépites littéraires, cinématographiques ou télévisuelles, récoltées sur le web.
Tous les textes sur Libre Théâtre sont libres de droit de représentation, à l’exception des pièces de Jean-Pierre Martinez
 (accessibles librement à la lecture, mais soumises aux droits de représentation, gérés par la SACD).

Commentaires fermés sur Lire du théâtre – Episode 13 : la forêt
Lire du théâtre – Episode 12 : l’écriture
Courteline s'amusant avec son théâtre de marionnettes - Fusain aquarellé de Charles Léandre. (source : Wikimedia Commons)

Lire du théâtre – Episode 12 : l’écriture

#ConfinementJour22.
La période de confinement est propice à l’écriture sous toutes les formes : longues correspondances adressées à ses amis ou à ses proches pour prendre ou donner des nouvelles, journal de confinement pour un exercice d’introspection,  poésie ou roman pour s’évader d’un quotidien anxiogène… 
Exploration du thème de l’écriture et de l’auteur sur le site Libre Théâtre, une sélection très décalée…

Molière de George Sand (1851)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53066110x
George Sand  / Atelier Nadar. Source : BnF/Gallica

La pièce propose cinq moments de la vie de Molière, en insistant sur ses relations avec Armande Béjart. Extrait de la dédicace de George Sand à Alexandre Dumas: « Je n’ai cherché à représenter que la vie intime, rien ne m’a intéressé que les combats intérieurs et les chagrins secrets. Existence romanesque et insouciante au début, laborieuse et tendre dans la seconde période, douloureuse et déchirée ensuite, calomniée et torturée à son déclin, et finissant par une mort profondément triste et solennelle. »
Lien vers la notice et le texte intégral sur Libre Théâtre


L’école des mufles de Georges Courteline (1913)

https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3ACh.Leandre_Courteline.png
Courteline s’amusant avec son théâtre de marionnettes – Fusain aquarellé de Charles Léandre

Saynète. « Ce soir-là a eu lieu au Théâtre-Français la répétition générale de l’Ecole des Mufles, grande comédie satirique en cinq actes, de Pétard, l’auteur dramatique tant de fois applaudi. Devant une salle plus qu’à demi pleine, la pièce a remporté un éclatant succès, qui sans doute, se changera le lendemain en triomphe. Il est une heure du matin. Sous l’abri d’un commun riflard (* vieux parapluie), Pétard et Hortense Pétard, son épouse, regagnent Montmartre qu’ils habitent. Mais Pétard est plein d’anxiété; il s’était attendu de la part de sa femme, à des démonstrations d’enthousiasme bruyant, et l’extrême froideur de celle-ci a de quoi lui casser bras et jambes. » 
Lien vers le texte intégral de la saynète sur Libre Théâtre


Chez l’Illustre écrivain d’Octave Mirbeau (1919)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k442274v
Les Hommes du jour / dessins de A. Delannoy ; texte de Flax. 3 octobre 1910. Source : Bnf/ Gallica

Chez l’illustre écrivain est un recueil paru après la mort d’Octave Mirbeau, en 1919. Il comporte des dialogues satiriques, des contes et nouvelles. Libre Théâtre a choisi de traiter les œuvres théâtrales de ce recueil, des saynètes et monologues autour de la littérature.
L’illustre écrivain : satire féroce d’un pseudo-littérateur, vaniteux et sans talent, qui ne doit sa renommée qu’au génie littéraire de son valet et à l’entregent d’une ancienne bonne amie. La dernière séquence est de nature très différente puisqu’elle évoque l’affaire Dreyfus.
Une bonne affaire présente l’illustre écrivain Anselme Dervaux, spécialiste des adultères en tous genres.
Un grand écrivain met en scène Anselme Dervaux dans un salon, en proie aux sollicitations d’une admiratrice.
Littérature : le grand écrivain reçoit la visite de Dumoulin, un admirateur éperdu, prêt à défendre l’honneur de son illustre ami.
Lien vers la notice et le texte intégral sur Libre Théâtre 


Plagiat de Jean-Pierre Martinez (2018)

Depuis la publication de son premier roman, couronné par le Prix Goncourt, Alexandre jouit de sa réputation d’auteur à succès, et en perçoit les dividendes. On l’attend au Ministère de la Culture pour lui remettre la médaille de Chevalier des Arts et des Lettres. C’est alors qu’il reçoit la visite d’une inconnue, qui pourrait bien remettre en cause cette belle réussite…
Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre

 


Et ailleurs…

Six personnages en quête d’auteur de Luigi Pirandello, réalisation Jean Prat (1964)

Six personnages abandonnés par leur auteur réclament leur heure de gloire. Faisant irruption dans un théâtre, au beau milieu d’une répétition d’acteurs contemporains, ils se confrontent directement à la crise du personnage de fiction qui ébranle l’art théâtral. Une profonde réflexion de Pirandello sur les frontières entre réalité et illusion.
Sur le site de l’INA Madelen 


Le théâtre se lit aussi ! En attendant que les théâtres ouvrent de nouveau leurs portes et que l’on se précipite tous ensemble dans les salles, petites et grandes, pour profiter du spectacle toujours vivant, Libre Théâtre vous propose chaque jour quelques idées de lecture : des pièces, souvent peu connues, décalées, dans des genres très différents, piochées sur notre site et accessibles comme toujours librement, ainsi que quelques pépites littéraires, cinématographiques ou télévisuelles, récoltées sur le web.
Tous les textes sur Libre Théâtre sont libres de droit de représentation, à l’exception des pièces de Jean-Pierre Martinez
 (accessibles librement à la lecture, mais soumises aux droits de représentation, gérés par la SACD).

Commentaires fermés sur Lire du théâtre – Episode 12 : l’écriture

Lire du théâtre – Episode 11 : les poissons

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9070653f
Poisson d’avril : polka pour le piano par Georges Auvray ; illustration H. Royet. 1898. Gallica

#ConfinementJour16. 

Malgré les circonstances, nous n’oublions pas la tradition du 1er avril. C’est donc à la recherche de poissons que nous vous convions aujourd’hui sur le site Libre Théâtre.

 

 

 

 


 

Thermidor de Victorien Sardou (1891)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8406014z/f18.item
Décor du premier acte. 1891. Source : Gallica

L’occasion de découvrir ou redécouvrir ce drame historique et l’histoire de la création de cette pièce.

Un pêcheur à la ligne apparaît dans la deuxième scène…

Chronique et texte intégral sur Libre Théâtre.

 


Le Bon Pêcheur de Georges Courteline (1910)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1158111d
Illustration de Barrère dans l’édition Coco, Coco et Toto de 1910. Source : BnF/ Gallica

Saynète publiée dans Coco, Coco et Toto.
M. Pommade pêche tranquillement au bord de l’eau : il attrape un poisson puis le remet aussitôt à l’eau. M Garrigou arrive pour pêcher également…
Lien sur Libre Théâtre

 

 

 

 

 


Deux pêcheurs en eaux claires de Tristan Bernard (1931)

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9029429h
Pêcheurs à la ligne au Bois de Boulogne 1929 : [photographie de presse] / Agence Meurisse. Source : Gallica

Deux pêcheurs discutent tranquillement. Leur amitié naissante risque d’être contrariée par la révélation de l’un deux : il vient de sortir de Fresnes.
Texte intégral sur Libre Théâtre

 

 

 


Ondine de Jean Giraudoux (1939)

Ondine de Jean Giraudoux
Dessin de Pavel Tchelitchew

Hans, jeune chevalier, trouve un jour l’hospitalité chez un couple de pêcheurs. Leur fille adoptive, Ondine, appartient au peuple du lac, les Ondins. Les deux jeunes gens tombent immédiatement amoureux, mais ils vont devoir affronter ceux que cette passion contre nature dérange. 
Une féerie, avec de multiples êtres fantastiques, mais surtout une très belle parabole sur le couple et l’amour.
Lien vers la chronique et le texte intégral sur Libre Théâtre
À ne pas manquer sur Madelen, la mise en scène de Raymond Rouleau à la Comédie-Française avec la très jeune Isabelle Adjani.


Le Bocal de Jean-Pierre Martinez (2011)

Le BocalLaisser les clefs de son appartement à un ami pendant le mois d’août pour qu’il nourrisse les poissons rouges, c’est banal. Mais lorsque cet ami est un peu fantasque, et que chacun a des choses à cacher, cela peut vite entraîner une cascade de rebondissements inattendus. Surtout lorsque la Wallonie choisit ce jour-là pour déclarer son indépendance…

Texte intégral sur Libre Théâtre

 


Le théâtre se lit aussi ! En attendant que les théâtres ouvrent de nouveau leurs portes et que l’on se précipite tous ensemble dans les salles, petites et grandes, pour profiter du spectacle toujours vivant, Libre Théâtre vous propose chaque jour quelques idées de lecture : des pièces, souvent peu connues, décalées, dans des genres très différents, piochées sur notre site et accessibles comme toujours librement, ainsi que quelques pépites littéraires, cinématographiques ou télévisuelles, récoltées sur le web.
Tous les textes sont libres de droit de représentation, à l’exception des pièces de Jean-Pierre Martinez
(accessibles librement à la lecture, mais soumises aux droits de représentation, gérés par la SACD).

Commentaires fermés sur Lire du théâtre – Episode 11 : les poissons
Lire du théâtre – Episode 10 : le vélo
Coureurs cyclistes. Source : Gallica

Lire du théâtre – Episode 10 : le vélo

#ConfinementJour14. Nous avons choisi de nous évader, tout en restant à la maison, avec une balade en vélo sur le site Libre Théâtre. À partir de la fin des années 1880, la bicyclette devient un objet familier, notamment dans la bourgeoisie, et dès cette époque, elle est très présente au théâtre, soit au cœur de l’action, soit comme élément de décor.


Le Bourgeon de Georges Feydeau

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530497201
Louis Gauthier dans « Le bourgeon », dessin de Yves Marevéry 1906. Source : BnF/Gallica

La pièce se situe dans un manoir de la Bretagne catholique profonde où la pieuse comtesse de Plounidec convoque sa famille autour de l’abbé et du médecin réunis pour guérir la neurasthénie de son fils, le pâle Maurice. Le médecin diagnostique la maladie du « bourgeon ».

Extrait
Eugénie. –  Tous les jours, il va jusqu’à Concarneau pour assister à l’office. Vingt-deux kilomètres à bicyclette ! dix pour aller, douze pour revenir.
Le Marquis. –  Tiens ! Pourquoi deux de plus pour revenir ?
Eugénie, avec un haussement d’épaules de pitié. – Parce que ça monte.
Lien vers le texte complet sur Libre Théâtre



Première leçon de Georges Courteline

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9004804z/f1.item
Coureurs cyclistes. Source : Gallica

« — Tenez le guidon sans raideur ; veillez bien à ce que vos pieds ne quittent jamais la pédale, et allez carrément de l’avant !… De la confiance !… Toute l’affaire est là !— Allez ! Je vous tiens.
Ainsi me parlait dans le dos l’auteur charmant du Mari Pacifique, mon ami Tristan Bernard, maître en l’art d’écrire le français et agrégé de vélocipède, si j’ose m’exprimer ainsi. En même temps, joignant le geste à la parole, il avait, de sa dextre robuste, empoigné, au ras de mon fond de culotte, la selle de la bicyclette, théâtre de mes premiers essais, et il en maintenait le fragile équilibre…. »

Lien vers le texte intégral sur Libre Théâtre


Tristan Bernard

Tristan Bernard au vélodrome Buffalo par Henri de Toulouse-Lautrec, 1895.

Passionné par le sport, Tristan Bernard devint, en 1894, directeur sportif du Vélodrome Buffalo, et rédacteur en chef du Journal des Vélocipédistes. Jusqu’en 1896, il organisa de très grandes courses cyclistes qui rassemblèrent plus de 10 000 spectateurs. On dit qu’il est l’inventeur de la cloche du dernier tour.
Lien vers la biographie de Tristan Bernard sur Libre Théâtre


Diagnostic réservé de Jean-Pierre Martinez

Diagnostic réservéPatrick est dans un coma profond suite à un accident de vélo. Ses proches depuis longtemps perdus de vue sont appelés à son chevet pour statuer sur son sort. Cette décision est d’autant plus difficile que le patient s’avère détenteur d’un secret qui pourrait rapporter gros…

Lien vers le texte intégral de la pièce sur Libre Théâtre

 


Sur Madelen : Je me souviens de Georges Perec

Interprété par Sami Frey sur une bicyclette. Pièce enregistrée en studio, adaptée du spectacle créé par Sami Frey au Festival d’Avignon en 1988.
Lien vers la plateforme de l’INA Madelen


#RoulezChezVous

Un programme d’activités à réaliser chez soi par la Fédération Française de Cyclisme (3 niveaux). Lien vers le site



Actualité : sur le site de la Comédie-Française

Ce soir, 30 mars à 20h30, sur le site de la Comédie-Française et sur sa page Facebook, La Double Inconstance de Marivaux, mise en scène Anne Kessler. Texte intégral de la pièce à télécharger sur Libre Théâtre.
Lien vers le programme complet de La Comédie continue ! à télécharger

 

Commentaires fermés sur Lire du théâtre – Episode 10 : le vélo