Sarah Bernhardt et les auteurs de son siècle

Sarah Bernhardt et les auteurs de son siècle

14 juillet 2016
/ / /
Comments Closed

Sarah Bernhardt et les auteurs de son siècle

Durant sa longue et glorieuse carrière, Sarah Bernhardt a joué de très nombreux auteurs qui lui étaient contemporains. Libre Théâtre vous propose un parcours chronologique illustré, à travers les collections de Gallica et les mémoires de Sarah Bernhardt (Ma Double vie, 1907, ouvrage disponible sur Gallica.)

Pour voir Sarah Bernhardt sur scène (!), Libre Théâtre vous recommande à Avignon, le spectacle Sarah et le cri de la langouste, pièce de John Murell, adaptée par Georges Wilson, au Verbe Fou à 16h30.  Un spectacle à la fois touchant et drôle, porté par des comédiens exceptionnels : Marthe Vandenberghe incarne une Sarah impressionnante et émouvante ;  Patrick Séminor  interprète avec talent son secrétaire Pitou, mais aussi tous les personnages marquants de sa vie : sa mère, son mari, son fils, son imprésario américain, Oscar Wilde…


Alexandre Dumas (père)

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8438782n/f1.item

Sarah Bernhardt dans « Kean ou Désordre et génie », comédie d’Alexandre Dumas. 1868. Source : BnF/Gallica

Les pièces d’Alexandre Dumas père jouées par Sarah Bernhardt :
1868: Kean de Dumas père (rôle d’Anna Damby);
1872 : Mademoiselle de Belle-Isle de Dumas père (rôle de Gabrielle)


George Sand

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8438755r/f1.item

Sarah Bernhardt dans « L’autre », comédie de George Sand. 1870. Source : BnF/Gallica

« Je jouai tour à tour Le Marquis de Villemer, le rôle de la folle baronne, femme déjà experte âgée de trente-cinq ans j’en avais à peine vingt et un et j’avais l’air d’en avoir dix-sept; — François Le Champi, le rôle de Mariette, dans lequel j’eus un gros succès. Ces répétitions du Marquis de Villemer et de François Le Champi sont restées dans mon souvenir comme autant d’heures exquises. Mme George Sand, douce et charmante créature, était d’une timidité extrême. Elle parlait peu et fumait tout le temps. Ses grands yeux étaient toujours rêveurs. Sa bouche, un peu lourde et vulgaire, avait une grande bonté. Elle avait peut-être été d’une taille moyenne, mais elle semblait tassée. Je regardais cette femme avec une tendresse romanesque. N’avait-elle pas été l’héroïne d’un beau roman d’amour? Je m’asseyais tout près d’elle. Je lui prenais la main et la tenais le plus longtemps possible dans la mienne. Sa voix était douce et charmeuse. »

Les pièces de George Sand jouées par Sarah Bernhardt : 
1867: Le Marquis de Villemer
1867 : François le Champi
1870 : L’Autre


Victorien Sardou

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90121632/f1.item

Théodora. Théâtre Sarah Bernhardt : affiche de Georges Clairin, 1902. Source : BnF/Gallica.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9016308s/f1.item

Gismonda. Sarah Bernhardt. Théatre de La Renaissance. Affiche de Mucha, 1895 . Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9005267q/f1.item

La Tosca, drame de Victorien Sardou. Théatre-Sarah-Bernhardt. Affiche de Mucha, 1899. Source : BnF/Gallica

Les pièces de Victorien Sardou jouées par Sarah Bernhardt :
1882 : Fédora
1884 : Théodora
1897 : Spiritisme
1890 : Cléopâtre
1903 : La Sorcière
1887 : La Tosca
1894 : Gismonda

 

 

 

 

 

 


Victor Hugo

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84387298/f5.item

Sarah Bernhardt dans « Ruy Blas », drame de Victor Hugo. Rôle de Dona Maria de Neubourg, reine d’Espagne. 1872. Source : BnF/Gallica

Récit de la représentation de Ruy Blas
« Le 26 janvier 1872 fut pour l’Odéon une fête artistique.
Le Tout-Paris des premières, le tout-vibrant de la jeunesse, s’étaient donné rendez-vous dans la large salle, solennelle et poussiéreuse.
… Ah! la splendide et émouvante représentation. Mais ce 26 janvier déchira le voile léger qui embrumait encore mon avenir, et je sentis que j’étais destinée à la célébrité. J’étais restée, jusqu’à ce jour, la petite fée des étudiants je devins l’Élue du Public.
Essoufflée, étourdie, ravie par mon succès, je ne savais à qui répondre dans le flot toujours renouvelé des admirateurs et des admiratrices.
Puis, tout à coup, je vis la foule s’écarter et se mettre en haie. Et j’aperçus Victor Hugo et Girardin qui s’avançaient vers moi. En une seconde, j’évoquai toutes les stupides pensées que j’avais eues contre cet immense génie.
J’eus le souvenir de ma première entrevue, guindée et tout juste polie avec cet homme de bonté et d’indulgence. J’aurais voulu, à cet instant où toute ma vie ouvrait ses ailes, lui crier mon repentir et lui dire ma dévotieuse gratitude.
Mais, avant que j’aie pu parler, il avait mis le genou en terre, et tenant mes deux mains sous ses lèvres, il murmura « Merci, merci. »
Ainsi, c’était lui qui disait merci: Lui, le GrandVictor Hugo, dont l’âme était si belle, dont le génie universel emplissait, le Monde. Lui, dont les mains généreuses jetaient des pardons, tels des gemmes, à tous ses insulteurs ! Ah! que j’étais petite, honteuse et heureuse. Il se releva, serrant les mains qui se tendaient vers lui, trouvant pour chacun le mot qu’il fallait. Il était si beau, ce soir-là, avec son large front auquel s’accrochait la lumière; sa toison d’argent drue, tels des foins coupés au clair de lune, ses yeux rieurs et lumineux. »

Les pièces de Victor Hugo jouées par Sarah Bernhardt :
1870 : Ruy Blas (rôle de Doña Maira de Neubourg, reine d’Espagne)
1877 : Hernani (rôle de Doña Sol)
1885 : Marion de Lorme
1911 : Lucrèce Borgia


Dumas Fils

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9016284t/f1.item

La Dame aux Camélias. Sarah Bernhardt. Théatre de La Renaissance : affiche de Mucha, 1896. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84387654/f1.item

Sarah Bernhardt dans « La dame aux camélias », pièce d’Alexandre Dumas fils, 1882. Source : BnF/Gallica

Les pièces de Dumas Fils  jouées par Sarah Bernhardt :
1876 : L’Étrangère de Dumas fils (rôle de Mrs. Clarkson);
1880 : La dame aux camélias de Dumas fils (rôle de Marguerite Gautier);
1888 : La Princesse Georges

 

 

 

 

 

 

 

 


Edmond Rostand

Samaritaine d'Edmond Rostand. Sarah Bernhardt au Théatre de La Renaissance. Affiche de Mucha 1897. Source : BnF/Gallica

Samaritaine d’Edmond Rostand. Sarah Bernhardt au Théatre de La Renaissance. Affiche de Mucha 1897. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8438752h/f115.item

Sarah Bernhardt dans « L’aiglon », drame d’Edmond Rostand. 1900. Source : BnF/Gallica

Les pièces d’Edmond Rostand jouées par Sarah Bernhardt : 

1897 : La Samaritaine
1900 : L’Aiglon (rôle du duc de Reichstatdt)
1900 : Cyrano de Bergerac (Roxane)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Octave Mirbeau

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Les_mauvais_bergers.jpg

Source : Wikimedia

En 1897, Sarah Bernhardt joue dans les Mauvais Bergers d’Octave Mirbeau

 

 

 

 

 

 

 

 


Oscar Wilde

« Mais ce qui fut vraiment beau, et un spectacle inoubliable, ce fut notre débarquement à Folkestone. Il y avait là des milliers de personnes; et ce fut la première fois que j’entendis crier Vive Sarah Bernhardt! (…) Nous passions au milieu d’une haie de fleurs tendues, de mains pressées; et je vis tout de suite que j’étais plus favorisée que les autres. Cela me gênait un peu et me charmait quand même. Une camarade qui se trouvait près de moi, et qui ne m’aimait pas, me dit méchamment « Bientôt on te fera un tapis de fleurs. – Le voilà! » s’écria un jeune homme en jetant devant moi une brassée de lys. Je m’arrêtai confuse, n’osant marcher sur ces blanches fleurs, mais la foule, pressée derrière moi, me forçait d’avancer. IL fallut bien écraser les pauvres lys.
« Un Hip! Hip! Hurrah! pour Sarah Bernhardt!» » s’écria le fougueux jeune homme. Sa tête dépassait
toutes les autres têtes; ses yeux étaient lumineux; ses cheveux, longs; il avait l’air d’un étudiant allemand. C’était cependant un poète anglais, un des plus grands de ce siècle; poète plein de génie, mais hélas! tourmenté depuis et vaincu par la folie c’était Oscar Wilde. »
Oscar Wilde écrira une pièce en français, Salomé, que Sarah Bernhardt commença à répéter à Londres au Palace Theatre. La censure anglaise l’obligea à interrompre les répétitions et la pièce fut créée à Paris au Théâtre de l’Oeuvre en 1896.


Catulle Mendès

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8438719w/f5.item

Sarah Bernhardt dans « Médée », tragédie de Catulle Mendès, 1898. Source : BnF/Gallica

Les pièces de Catulle Mendès jouées par Sarah Bernhardt :

1898 : Médée
1906 : La Vierge d’Avila

 

 

 

 


Maeterlinck

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8438721z/f7.item

Sarah Bernhardt dans « Pelleas et Mélisande », drame de Maurice Maeterlinck, 1904. Source : BnF/Gallica

1904 : Pelléas et Mélisandre  (rôle de Pelléas);

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Tristan Bernard

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8438785w/f3.item

Sarah Bernhardt et Raymond Bernard dans « Jeanne Doré », pièce de Tristan Bernard, 1913. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53104110n/f1.item

Tristan Bernard et Sarah Bernhardt / dessin de Yves Marevéry. 1913. Source : BNF/Gallica

Sarah Bernhardt joue en 1913 Jeanne Doré (rôle-titre) de Tristan Bernard

 

 

 

 

 

 


Sarah Bernhardt joua également dans les pièces de :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53049857s/f1.item

Sarah Bernhardt dans « Les Bouffons » de Miguel Zamacoïs / dessin de Yves Marevéry, 1907. Source : BnF/Gallica

Eugène Scribe (1862: Valérie)
Eugène Labiche ( 1864: Un mari qui lance sa femme )
Théodore et Hippolyte Cognard (1866 : La Biche aux Bois)
François Coppée (1869: Le Passant  ; 1871  : Fais ce que dois)
André Theuriet ( 1871 : Jeanne-Marie)
Édouard Foussier et Charles Edmond (1871  : La Baronne)
Louis Bouilhet (1872 : Mademoiselle Aïssé)
Jules Sandeau (1872  : Mademoiselle de la Seiglière )
Octave Feuillet (1873 : Dalila  ; Le Sphinx )
Paul Ferrier (1873  : Chez l’Avocat )
Henri de Bornier (1875  : La Fille de Roland
Alexandre Parodi (1876  : Rome Vaincue)
Émile Augier (1880 : L’Aventurière )
Legouvé et Scribe (1880  : Adrienne Lecouvreur)
Henri Meilhac et Ludovic Halévy (1880  :Froufrou)
Jules Lemaître (1893 : Les Rois)
Miguel Zamacoïs (1907 : les Bouffons)
Émile Moreau (1911 : La reine Elizabeth)

 

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.