Un mouton à l’entresol d’Eugène Labiche

Un mouton à l’entresol d’Eugène Labiche

16 juin 2016
/ / /
Comments Closed

Un mouton à l’entresol  d’Eugène Labiche et Albéric Second

Représentée pour la première fois au théâtre du Palais-Royal à Paris le 30 avril 1875.
Distribution : 3 hommes, 2 femmes
Texte à télécharger gratuitement sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur data.libretheatre.fr

L’argument

Les époux Fougallas ont recruté un couple de domestiques, les Falingard. Monsieur Fougallas a des visées sur la jeune femme et essaie de se concilier les bonnes grâces du mari, qui passe ses journées à étudier dans sa bibliothèque : il veut devenir vétérinaire et utilise les animaux de compagnie de Madame pour mener ses expérimentations.

Extrait de la pièce

Falingard, allant à la fenêtre et décrochant la cage.
Si elle veut… car ces bêtes-là, ça mange quand ça veut. (Regardant la perruche.) Elle n’a pas l’air en train…
Madame Fougallas.
Voyons, essayez.
Falingard.
Je veux bien essayer… (Présentant la grappe de raisin.) Bon raisin pour Fifi ! bon raisin pour Fifi.
Madame Fougallas.
Eh bien ? mange-t-elle ?
Falingard, très bas.
Non… je crois qu’elle dort…
Madame Fougallas.
Voyons ! (Prenant la cage et y mettant la main.) Ah ! mon Dieu ! Elle est raide !
Falingard, mangeant le raisin.
Elle a payé son tribut à la nature ! Madame ferait bien d’en acheter une autre…
Madame Fougallas, posant la cage sur la table.
Oh ! non ! j’ai trop de malheur avec mes pauvres bêtes… depuis un mois tous les animaux de la maison sont partis les uns après les autres… C’est le chat qui a commencé.
Falingard.
II était délicat !
Madame Fougallas.
Ensuite le chien… enfin, j’avais une tortue… C’est cependant dur…
Falingard.
Pas tant qu’on croit!…
Madame Fougallas.
Et un matin, je l’ai trouvée brisée en quatre morceaux.
Falingard, ahuri.
C’est la peste bovine !!
Madame Fougallas.
Je ne sais ce que c’est… mais je ne veux plus avoir de bêtes.
Falingard.
Je crois que si Madame achetait un mouton…
Madame Fougallas.
Un mouton ! Vous êtes fou ! Est-ce que je peux faire paître un mouton dans l’appartement?
Falingard.
Ça ne laisse presque pas de traces… Ah ! si c’était une vache !!
Madame Fougallas, à pan.
Mon Dieu ! quel idiot ! (Haut.) Voyons… écoutez-moi. Un monsieur va venir me demander ; vous le prierez de m’attendre ici… et vous viendrez me prévenir.
Elle remonte.
Falingard.
Oui, madame… Et s’il ne vient pas?
Madame Fougallas, redescendant.
Vous dites ?
Falingard.
Je dis : « Et s’il ne vient pas ? »
Madame Fougallas.
Eh bien, quoi ! S’il ne vient pas, vous ne me préviendrez pas. (En sortant.) Oh ! quelle épaisseur !
Elle sort par le deuxième plan de gauche.

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.