Le pornographe de Georges Courteline

Le pornographe de Georges Courteline

26 février 2016
/ / /
Comments Closed

Le pornographe de Georges Courteline

Saynète pour un homme et une femme. Parue dans les recueils Coco, Coco et Toto (édition de 1910) et le Miroir concave (1919).
Texte à télécharger gratuitement sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur data.libretheatre.fr

l’argument

Scène à table entre un homme et sa belle-mère qui l’accuse d’être un pornographe, à cause de ses écrits.

Un extrait

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1158111d/f17

Illustration parue dans le recueil Coco, Coco et Toto, Edition Flammarion 1910. Source : BnF/ Gallica

Madame Poisvert.
Je disais que votre conduite n’a pas de nom et que si je ne me retenais pas, je vous mettrais à la porte de cette table.
Monsieur.
A la porte de cette table, bon Dieu ! Et pourquoi ?
Madame Poisvert, avec éclat.
Parce que vous êtes un pornographe ! ! !
Monsieur.
Moi ?
Madame Poisvert.
Ne jouez donc pas l’étonnement. Le journal auquel vous collaborez est une pure dégoûtation.
Monsieur.
Permettez…
Madame Poisvert.
Une pure dégoûtation, vous dis-je ; on n’y écrit que des cochonneries !
Monsieur.
Pardon ! C’est pour moi que vous dites ça ?
Madame Poisvert.
Sans doute, c’est pour vous.
Monsieurconciliant.
Voyons, belle-maman, raisonnablement, comment pourrais-je, même si je le voulais, écrire des cochonneries ? Je fais la chronique des poids et mesures !
Madame Poisvert.
Et il ne manquerait plus, à cette heure, que vous écrivissiez des horreurs, vous aussi, à l’instar de tous les goujats qui sont vos confrères et amis !
Monsieur.
Alors, de quoi vous plaignez-vous?
Madame Poisvert.
Je me plains, monsieur, que vous ne sachiez faire respecter ni la pure et chaste jeune femme qui est la compagne de votre vie, ni moi-même, à qui vous devez le jour…
Monsieurstupéfait.
Je vous dois le jour ?
Madame Poisvert.
Laissez-moi achever. —… le jour où vous avez pu tenir entre vos bras un trésor d’innocence et de poésie !
Monsieur.
Ne vous mêlez donc pas des questions d’alcôve.
Madame Poisvert.
C’est une honte à vous, Monsieur, de supporter que journellement on insulte votre femme, et il faut vraiment que ma fille soit de bonne composition pour ne vous avoir pas, vingt fois, mis à la porte de son lit. Tenez, ce matin, si je vous eusse tenu, je vous eusse craché à la figure, ma parole d’honneur.
Monsieur.
A cause ?
Madame Poisvert.
A cause de cet ignoble article intitulé : Une drôle de lorgnette ; que c’était à en faire rougir des gendarmes, et que j’en suis restée suffoquée. Oui, suffoquée ! malade d’écoeurement et de dégoût ! Que c’est donc joli, et que c’est propre, cette lorgnette qui s’allonge ! qui s’allonge ! qui s’allonge !… Ah ! il faut que vous soyez bien bas et bien vil, pour en être tombé à un tel excès de turpitude ! Pornographe, va ! Sale pornographe !
Monsieurexaspéré.
Mais quand je vous dis, nom de Dieu, que je fais les poids et mesures !

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1158111d/f17

Illustration parue dans le recueil Coco, Coco et Toto, Edition Flammarion 1910. Source : BnF/ Gallica

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.