Le Gendarme est sans pitié de Georges Courteline

Le Gendarme est sans pitié de Georges Courteline

25 février 2016
/ / /
Comments Closed

Le Gendarme est sans pitié de Georges Courteline et Édouard Norès

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5544937p/f312

Illustration de Barrère dans Les marionnettes de la vie, Flammation 1900. Source : BnF/ Gallica

Comédie en un acte et trois scènes, créée le 27 janvier 1899 au théâtre Antoine dans une mise en scène d’André Antoine. Edition en 1899 (Edition Flammarion)
Distribution : 4 hommes
Téléchargez gratuitement le texte intégral sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur data.libretheatre.fr

L’argument

M. Boissonnade, procureur de la République est très ennuyé. Le gendarme Labourbourax, susceptible et inculte, est le champion du procès-verbal pour outrage à agent. Il sanctionne notamment tous ceux qui prononcent diverses expressions populaires ou savantes, dans lesquelles il entend des injures, faute d’en saisir le sens. Il s’en prend au baron Larade, homme affable et pacifique qu’il pousse à bout par sa sottise.

Lien audio

Lien vers l’enregistrement audio réalisé par le site  courteline.org


Un extrait

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6379425v/f21

Photographie issue de l’édition Flammarion 1899. Source : BnF/ Gallica

« Procès-verbal. – Outrage à des représentants de la force publique dans l’exercice de leurs fonctions. – Dans la nuit du 17 au 18 courant, étant de service, mon collègue Soufflure et moi, notre attention a été éveillée par le tumulte d’une dispute. Nous étant rendus sur les lieux, nous y avons trouvé le menuisier Lacaussade occupé à interpréter sa propriétaire à travers la porte cochère, sous prétexte que cette dernière refusait à la lui ouvrir. Aussitôt qu’il nous aperçut, le délinquant se porta au-devant de nous et nous harangua en ces termes : « Vous pouvez constater que cette vieille charogne refuse de m’ouvrir la porte ; vous pouvez le constater vous-mêmes. » Il dit, puis d’une voix où le mépris le disputait à l’arrogance, il nous jeta ce mot : « des visus », voulant exprimer par là, non seulement que mon collègue et moi étions des visus – ce qui n’était pas vrai – mais encore que nous en étions de l’espèce la plus inférieure, relégués au plus bas degré de l’échelle sociale, et de tout point incompatibles avec la magistrature dont nous sommes les assimilés. » (Consterné.) Mais qu’est-ce que c’est que ça ?… Mais qu’est-ce que ça veut dire ?… Mais cet homme irréconciliable va devenir un danger public ! (Il sonne. Apparition de l’huissier.) Le gendarme ! (Sortie de l’huissier et entrée du gendarme.) Entrez donc, gendarme ! Eh bien, gendarme, que vous disais-je ? La plaisanterie continue. Il paraît que le sieur Lacaussade vous a qualifiés de visus, vous et votre collègue Soufflure ?

Enregistrements à écouter à partir du site Gallica

Enregistrement de 1954 avec Fernandel, Georges Chamarat, Bernard Lajarrige, Manuel Gary. Lien vers Gallica

Enregistrement de 1955 avec Jean Debucourt, Max Régnier, Raymond Souplex, Fernand Rauzéna. Lien vers Gallica

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.