Les Fourberies de Scapin de Molière

Les Fourberies de Scapin de Molière

5 mars 2017
/ / /
Comments Closed

Les Fourberies de Scapin de Molière

Comédie en trois actes et en prose, représentée pour la première fois au théâtre du Palais-Royal le 24 mai 1671.
Distribution : 7 hommes, 3 femmes
Texte à télécharger gratuitement sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur data.libretheatre.fr

L’argument

Alors que leurs pères sont partis en voyage, Octave, fils d’Argante et Léandre, fils de Géronte, se sont épris l’un de Hyacinthe, jeune fille pauvre et de naissance inconnue qu’il vient d’épouser, le second de la « jeune Égyptienne » Zerbinette.
Au retour d’Argante, Octave, très inquiet de la réaction paternelle à l’annonce de son union et ayant besoin d’argent, demande son aide à  Scapin, valet de Léandre. Argante, furieux, rencontre Géronte et lui apprend qu’il a appris par une indiscrétion de Scapin que Léandre s’est également mal conduit. Léandre, après s’être fait vertement sermonner par son père, menace Scapin mais rapidement le supplie de l’aider car il doit rassembler une rançon pour  que Zerbinette ne soit pas emmenée en Egypte.
Scapin réussit à extorquer aux deux pères les sommes dont ont besoin leurs fils. Il décide de se venger de Géronte, en lui faisant croire que sa vie est en danger et en le cachant dans un sac. Scapin simule des attaques et Géronte, dans son sac, reçoit de nombreux coups de bâton, jusqu’à ce qu’il découvre la fourberie de Scapin. Il s’apprête à se venger quand on découvre qu’Hyacinthe est la fille cachée de Géronte et Zerbinette la fille d’Argante, qui avait été enlevée quand elle était enfant.

Les sources

Extraits de la notice consacrée aux Fourberies de Scapin sur le site de la Comédie-Française

« L’intrigue est empruntée à l’auteur latin Térence (2e siècle avant Jésus-Christ), de la comédie intitulée Phormio (en français Phormion), du nom du personnage principal, type traditionnel du « parasite » hérité de la Comédie nouvelle illustrée en Grèce par Ménandre, sorte de filou réjouissant, sans morale ni respect. La comédie de Térence, elle-même imitée d’un modèle grec perdu (attribué à Apollodore), met en scène des fils qui épousent sans autorisation, en l’absence de leurs pères respectifs, des jeunes filles dont il faut racheter la liberté. Les esclaves fripons qui sont au service des jeunes gens, soutenus par l’inventivité du parasite, aboutissent au triomphe de la jeunesse, un peu aidé par d’opportunes reconnaissances. »

« Autres sources littéraires des Fourberies de Scapin :
À ses contemporains et prédécesseurs immédiats, Molière emprunte des bouts de scène : à Rotrou ( La Sœur, 1645), le début de l’acte I, à Cyrano de Bergerac ( Le Pédant joué) la célèbre scène du « Que diable allait-il faire dans cette galère? » (elle-même inspirée d’une pièce italienne de Flaminio Scala, Il Capitano, 1611) et le récit de Zerbinette à Géronte. Tous ces emprunts sont en réalité des variations sur des procédés comiques traditionnels, qu’ils soient originaires de la comédie antique, de la farce française ou de la commedia dell’arte italienne.  »

« Sans doute Les Fourberies de Scapin ont toute l’apparence d’une farce : comique de gestes (coups de bâtons, quiproquos, gags visuels), de situation (la traditionnelle opposition des pères et des fils), de personnages (caricatures qui deviennent des « types »), de langage (répétitions, jargons, accumulations), mais c’est une farce écrite, dont la langue témoigne du génie littéraire de Molière. L’improvisation existe seulement dans le jeu des interprètes. »
Lien vers le texte intégral de l’article sur le site de la Comédie-Française

 

Quelques illustrations issues des bibliothèques numériques

http://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/l-haridon-octave-penguilly_scene-des-fourberies-de-scapin-acte-ii-scene-vi?force-download=384075

Scène des Fourberies de Scapin. Acte II, scène VI. L’Haridon Octave Penguilly. Source : Comédie-Française/ RMN

http://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/laurent-cars_les-fourberies-de-scapin_eau-forte_burin-estampe?force-download=929511

Les Fourberies de Scapin par Laurent Cars, d’après François Boucher. Eau-forte du XVIIIème siècle. Source : RMN

http://bibliotheque.bordeaux.fr/in/faces/details.xhtml?id=h::BordeauxS_B330636101_DP080_020_01&jscheck=1

Desforges, dans le rôle d’Argante, des Fourberies de Scapin. Gravure du XIXème siècle. Source : Bibliothèque de Bordeaux.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53049843k/f1.item

Charles Esquier dans « Les fourberies de Scapin » de Molière / dessin de Yves Marevéry. 1906. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5840250m

Oeuvres de Molière. Les fourberies de Scapin. Illustrations par Jacques Leman et Maurice Leloir . 1882-1896. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9006705n/f1.item

Les fourberies de Scapin, comédie de Molière : costume de Baptiste cadet (Géronte) / gravé par Maleuvre. 1807. Source : BnF/Gallica

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90389548/f1.item

La Foire St Sulpice : les artistes du Vieux Colombier jouant les « Fourberies de Scapin » / Agence Meurisse. 1922. Source : BnF/Gallica


Les Fourberies de Scapin sur le site de l’INA

Les Fourberies de Scapin de Molière, mis en scène par Jean-Pierre Vincent au Festival d’Avignon – 1990

Dans sa mise en scène, présentée dans la Cour d’honneur du Palais des Papes d’Avignon au cours de l’été 1990, Jean-Pierre Vincent met en valeur ce caractère métathéâtral du personnage, faisant de son spectacle un hommage au théâtre, souligné par une scénographie évoquant à la fois un quartier pauvre de Naples et une scène de théâtre. Les deux vieillards, interprétés par Mario Gonzales et Jean-Paul Farré, sont tous deux masqués, face à un Scapin à la fois innocent et cruel, malheureux et ironique, assumé par un Daniel Auteuil très physique. Source : INA

Les Fourberies de Scapin mises en scène par Jean-Louis Benoît à la Comédie-Française

Au rebours de la tradition dominante, Philippe Torreton n’est pas un Scapin virevoltant et bouffon : au milieu d’une troupe déchaînée, il présente au contraire un calme désabusé, une gravité mélancolique et une surprenante économie de gestes. Solitaire et lucide sur les égoïsmes qui l’entourent, il semble intervenir dans les intrigues des autres personnages par pure passion du jeu, se jouant d’eux comme le ferait un montreur de marionnettes. La mise en scène tout entière est placée sous le signe de l’amour du théâtre, à commencer par la fameuse scène du sac, encadrée par un second rideau de scène. Source : INA

À voir aussi sur le site de l’INA

Mise en scène pour la télévision en 1965 par Jean Kerchbron avec Charles Denner dans le rôle de Scapin. Lien vers un extrait gratuit sur le site de l’INA

Réalisation pour la télévision, interprétation par les Comédiens Français. Pour retrouver l’atmosphère de commédia dell’arte et le ton de farce qui imprégnent la pièce de Molière, Jacques Echantillon a transposé « Les Fourberies de Scapin » dans un décor, des costumes et une mise en scène suggérant le cirque et ses artistes. Lien vers un extrait gratuit sur le site de l’INA

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.