Deux merles blancs d’Eugène Labiche

Deux merles blancs d’Eugène Labiche

13 avril 2016
/ / /
Comments Closed

Deux merles blancs d’Eugène Labiche

Comédie-vaudeville en trois actes, mêlée de couplets d’Eugène Labiche et Alfred Delacour. Représentée pour la première fois, à Paris, sur le théâtre du Variétés, le 12 mai 1853.
Distribution : 9 hommes, 5 femmes
Texte intégral à télécharger gratuitement sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur datalibretheatre.fr

L’argument

Deux hommes qui ne connaissent rien à la vie et aux femmes (des merles blancs), Alidor et son précepteur Mouillebec, sont envoyés à Paris par le futur beau-père d’Alidor, M. de Mondésir. Ils sont confiés à Rosa de Saint-Albano, une actrice qui entretient une liaison avec un riche américain, rustre et jaloux, William Track. Alidor tombe amoureux de Rosa et Mouillebec n’est pas insensible aux charmes de la servante, Nini Taupin. Pour ne pas les quitter et ne pas exciter la jalousie de Track, ils se font passer respectivement pour un cuisinier et un domestique.

C’est l’une des premières pièces où la figure de l’Américain, brute et raciste apparait.

Un extrait

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8530002z

Portrait d’Alphonsine (1829-1884), artiste dramatique qui a créé le rôle de Rosa. Source : BnF/ Gallica

Rosacontinuant.
« Un oncle, que j’ai le plus grand intérêt à ménager, m’envoie, du fond de sa Bretagne, un petit campagnard à déniaiser et à former… M. Alidor de Boismouchy est une huître dans laquelle il y a une perle… Il est arrivé à Paris avec son précepteur et un gros portefeuille… Je t’adresse un Breton à l’état brut… renvoie-moi un Parisien en gants jaunes. »

Minette,bas à Rosa.
Ah bien, elle est forte, celle-là !

Rosa, bas.
Le comte est d’une impertinence !…

Madame Taupin, bas.
Nous ne prenons pas de pensionnaires !

Rosa, se levant.
Lequel de vous deux est M. Alidor de Boismouchy ?

Alidor, se levant, et passant près d’elle.
C’est moi !

Mouillebecse levant aussi.
Le voilà !

Rosa, déchirant la lettre.
Vous direz à M. le comte que je mange quelquefois des huîtres… mais que je ne me charge jamais de les pêcher !

Minette.
Bien répondu !

Alidor.
Comme ça, vous ne savez pas pêcher les huîtres… On lui dira.

Rosa.
Quant au service qu’on me demande, il m’est tout à fait impossible de vous le rendre…

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.