Le clou aux maris d’Eugène Labiche

Le clou aux maris d’Eugène Labiche

26 juin 2016
/ / /
Comments Closed

Le clou aux maris d’Eugène Labiche et Emile Moreau

Comédie-vaudeville, représentée pour la première fois à Paris sur le Théâtre du Palais-Royal le 1er avril 1858.
Distribution : 3 hommes, 2 femmes
Texte intégral de la pièce à télécharger gratuitement sur Libre Théâtre
Lien vers la notice sur data.libretheatre.fr

 

L’argument

Olympia vient d’épouser le maître-clerc Piquefeu dans le seul but de faire revivre le souvenir de son défunt mari l’avoué Jules Montgicourt dont le portrait trône dans la maison.  C’est alors que Bésuchon arrive car il vient  de découvrir dans l’armoire de sa femme 32 lettres d’amour signées Jules. Il reconnait l’écriture de Montgicourt…

Un extrait

Picquefeu.
Ça y est! me voilà marié! Mon Dieu, mon Dieu, que la vie est drôle!… il y a quinze jours, j’étais maître clerc dans l’ex-étude de feu M. Montgicourt… un avoué… pas drôle… décédé il y a dix mois… Je voulais être seul, je m’étais enfermé dans mon cabinet pour travailler… et je faisais des petits bateaux avec des coquilles de noix… comme c’est mon habitude après mon déjeuner. Tout à coup on frappe… «Entrez!» Entre un monsieur… un parent… très grêlé… qui, le jour suprême, avait prononcé quelques paroles bêtes, mais bien senties! Ce monsieur me déclare, après plusieurs circuits, que j’avais inspiré de l’intérêt à madame Montgicourt, la veuve! Bref! il me propose sa main, et l’étude avec! Je tombai de mon haut… et cependant j’aurais dû m’y attendre… il y a quelque chose en moi qui aimante les veuves… c’est dans l’œil, ça… j’ai l’œil aux veuves! Je n’ai pas besoin de dire que j’acceptai avec empressement… Je voulais aller me jeter aux pieds de la patronne, lorsque ce bonhomme m’arrêta : «Pas de cour! pas de bouquets! c’est la volonté de madame Montgicourt ; elle vous connaît, vous lui convenez, vous la verrez le jour de la célébration!…» Ça me parut drôle… mais le moyen de refuser… une femme charmante ! une étude de premier ordre, un appartement délicieux… parfaitement meublé! (Apercevant le portrait.) Tiens!… voilà le patron!… Bonjour, patron!… vous savez que vous n’allez pas rester là!… c’est ma place! (A lui-même.) Ça me gênerait de l’avoir sur le dos… quand j’embrasserai sa femme… c’est- à-dire ma femme; il aurait l’air de me dire : «Je l’ai embrassée avant toi!…» C’est désagréable! je lui trouverai un petit coin… noir! seulement je garderai son cadre… pour me mettre dedans ! (S’adressant au portrait.) Tu ne tiens pas à ton cadre, n’est-ce pas?… Très bien, il est brave homme!… tu es brave homme!

Comments are closed.

Libre Théâtre 2015 - Designed by Klasik Themes.