Suggestion de Georges Courteline

La scène représente un café. Au premier plan, Ratcuit et Labouture discutent de sciences occultes devant deux bocks à demi vidés. Au fond, attablée, une dame seule, plongée dans la lecture de l'Echo de Paris. Entre la dame qui lit L'Echo et le couple Ratcuit-Labouture, un billard, où deux messieurs, armés de queue et de craie, se livrent aux douceurs du carambolage. Ratcuit tente d'hypnotiser la femme et la forcer par la seule puissance de son regard à lever les yeux et à les amener sur lui.

Continuer la lecture
Le prix d’une gifle de Georges Courteline
Illustration extraite de l'édition de Petin, Mouillarbourg et consorts, Flammarion 1899. Source : archives.org

Le prix d’une gifle de Georges Courteline

Petin a reçu une gifle de Bougnasse, qui lui avait auparavant pris sa femme. L’avocat de Bougnasse, ancien substitut, découvre le dossier en même temps qu’il le plaide et agit confusément : il commence à accuser au lieu de plaider puis se trompe de client...  c’est finalement le plaignant qui écope de prison pour outrage à magistrat.

Continuer la lecture
Le mauvais cocher de Georges Courteline
Illustration de Steinlen, parue dans le Gil Blas illustré du 16 décembre 1894

Le mauvais cocher de Georges Courteline

La Brige monte dans un fiacre pour se rendre à la place de la Bastille prendre le train pour Vincennes. Le cocher met toute la mauvaise volonté possible et arrive largement après le départ du train. La Brige demande alors au cocher de le mener à la "barrière de Vincennes". Le cocher refuse et La Brige demande qu'on appelle un agent...

Continuer la lecture
Le droit aux étrennes de Georges Courteline
Illustration de Barrère parue dans Les marionnettes de la vie. Flammarion 1900. Source : BnF/ Gallica

Le droit aux étrennes de Georges Courteline

Le 1er janvier, un bourgeois nommé Landhouille établit la liste des étrennes qu’il a reçu (aucune) et celles qu'il a donné à quantité de fâcheux et de casse-pieds. Alors qu’il est au milieu de cet inventaire à la Prévert, d’autres importuns viennent avec insolence réclamer leur part : un cocher de l'"Urbaine"qui l’a renversé lors d’une course en fiacre,  un soldat qui se révèle l’amant de sa cuisinière,  Louison, son ancienne maîtresse, accompagnée "d'un monsieur bien mis".

Continuer la lecture
La conversion d’Alceste de Georges Courteline
Henry Mayer dans "La conversion d'Alceste" dessin de Yves Marevéry. 1906. Source : Bnf/Gallica Auteur : Marevéry, Yves (1888-1914). Dessinateur

La conversion d’Alceste de Georges Courteline

Suite (et pastiche) du Misanthrope de Molière, écrite dans le même style, en alexandrins. Alceste a changé et a décidé  d'être plus tolérant avec ses semblables. Hélas, il lui arrive les mêmes déconvenues.

Continuer la lecture
Hortense, couche-toi ! de Georges Courteline
Les marionnettes de la vie / Georges Courteline ; illustrations de A. Barrère. Edition Flammation 1900. Source : BnF/ Gallica

Hortense, couche-toi ! de Georges Courteline

Un propriétaire impitoyable, Monsieur Saumâtre, s’apprête à faire saisir les meubles du locataire, La Brige, qui a commencé à déménager alors qu’il lui reste un loyer à acquitter ; La Brige a en effet dû consacrer l’argent du loyer à des frais médicaux pour sa femme, enceinte de neuf mois. Il propose au propriétaire différentes solutions, en vain. La Brige alors ne se laisse pas faire :  il refuse de payer et de quitter les lieux, la loi accordant à sa femme neuf jours pour accoucher et la situation de retourne...

Continuer la lecture
On va faire la cocotte de Georges  Feydeau
Jane Avril au Jardin de Paris. Affiche de Toulouse-Lautrec. 1893. Source : BnF/ Gallica

On va faire la cocotte de Georges Feydeau

Dans la chambre à coucher, Trévelin et sa femme Emilienne  se disputent car le mari veut sortir seul. Après plusieurs manoeuvres, Trévelin parvient à ces fins. Alors qu'Emilienne  envie le sort des cocottes, son amie, Olympe Chantrot, arrive bouleversée : leurs maris les trompent ! Emilienne, pour se venger, téléphone à Blanche de Mouzy, que l'on a vu récemment aux bras de son mari. Se faisant passer pour la femme de chambre de Trévelin, elle lui raconte que son maître n’est pas encore prêt. Il faut que Madame de Mouzy vienne passer prendre M. Trévelin chez lui. A l'arrivée de Blanche, Trévelin et sa femme se disputent. Trévelin qui finalement sort avec Blanche, tandis que Emilienne et Olympe préparent leur vengeance : elles  iront faire les cocottes au jardin de Paris.

Continuer la lecture

Mais n’te promène donc pas toute nue ! de Georges Feydeau

Le député Ventroux doit recevoir un important industriel, M. Hochepaix, par ailleurs maire de Moussillon-les-Indrets et adversaire politique. Il tente de convaincre sa femme, Clarisse, d'arrêter de se promener en tenue légère dans l'appartement comme elle en a pris l'habitude.  Il ne cesse de lui répéter "Mais n’te promène donc pas toute nue !".

Continuer la lecture
Monsieur Nounou de Georges Feydeau
Subac était un des comédiens lors de la création. Affiche de Charles Gangloff. 1890 / Source : BN/Gallica

Monsieur Nounou de Georges Feydeau

Monsieur et Madame Veauluisant ont décidé de renvoyer la nourrice Justine à cause de la légèreté de ses mœurs, et de la remplacer par une autre. Un jeune clerc de notaire, Balivet, amoureux de Justine, arrive et essaie de la séduire. Mais le domestique Médard le surprend et menace de le tuer. Le clerc de notaire se réfugie dans la chambre de Justine et en ressort habillé en nourrice.

Continuer la lecture
Fermer le menu