Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée d’Alfred de Musset
Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée, de Alfred de Musset. Mise en scène de Pierre Bertin. 1955 : photographies / de Etienne Bertrand Weil. Source : BnF/Gallica

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée d’Alfred de Musset

Le Comte se rend chez la Marquise, un après-midi d'hiver. C'est son jour de réception mais il est l'unique visiteur : dehors il fait froid et il pleut. Débute un badinage galant : le comte révèle son amour mais la Marquise se moque de ses façons de faire la cour.  Le comte multiplie les faux-départs. La sincérité triomphe enfin et la pièce s'achève sur les fiançailles des deux amoureux – la porte peut se fermer.

Continuer la lecture
Les Amants d’Octave Mirbeau
Les Amants dans la campagne. Gustave Courbet 1844. Photo (C) RMN-Grand Palais / Droits réservés

Les Amants d’Octave Mirbeau

Dialogue caricatural et stéréotypé entre deux amants qui, en démystifiant l'amour, préfigure l'incommunicabilité du théâtre de l'absurde. Les codes du langage amoureux sont détournés faisant apparaître les deux amants comme des personnes stupides et égoïstes.

Continuer la lecture
L’école des mufles de Georges Courteline
L'Ouest-Éclair 19 janvier 1913. Source : BnF/ Gallica

L’école des mufles de Georges Courteline

Ce soir-là a eu lieu au Théâtre-Français la répétition générale de l'Ecole des Mufles, grande comédie satirique en cinq actes, de Pétard, l'auteur dramatique tant de fois applaudi. Devant une salle plus qu'à demi pleine, la pièce a remporté un éclatant succès, qui sans doute, se changera le lendemain en triomphe.

Continuer la lecture
Fermer le menu